Etats-Unis: le crépuscule des dinosaures républicains

Par

Jeb Bush, Chris Christie ou John Kasich, qui étaient donnés vainqueurs il y a un an chez les conservateurs américains, sont désormais à la traîne. Même s’ils réalisent un bon score lors de la primaire du New Hampshire mardi 9 février, ils sont dépassés par leur époque.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyé spécial dans le New Hampshire (États-Unis). – Qui aurait cru qu’un membre de la famille Bush puisse un jour inspirer de la pitié ? Étrange impression. Avec son blazer bleu marine, sa main gauche calée dans la poche de son pantalon parfaitement repassé pendant que la droite accompagne ses paroles, John Ellis Bush (fils de George Herbert Walker et frère de George Walker, les deux derniers présidents républicains des États-Unis) promène sa grande carcasse patricienne dans le New Hampshire à la recherche d’électeurs qui voudraient bien lui faire confiance. Il est théoriquement en terrain conquis, cette Nouvelle-Angleterre qui a vu naître sa famille ; et pourtant il a l’air d’un oisillon tombé du nid au milieu d’une assemblée de renards.