Errejón (Podemos): «Le plus grand perdant des élections italiennes, c’est Bruxelles»

Par

Dans un entretien à Mediapart, l’une des figures de Podemos et théoricien du populisme de gauche, l’Espagnol Íñigo Errejón, analyse les secousses des législatives italiennes et plaide pour une gauche capable de « mettre de l’ordre », en réaction aux virages droitiers observés en Europe.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De passage en France à l’invitation de Sciences-Po Paris, l’Espagnol Íñigo Errejón, député de Podemos – et qui fut longtemps le numéro deux du mouvement anti-austérité dirigé par Pablo Iglesias –, a accordé un entretien à Mediapart.