La mémoire oubliée des Allemands du Danube

Par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico

C’est l'une des tragédies oubliées du XXe siècle. Dans la décennie qui suivit la Seconde Guerre mondiale, des centaines de milliers d’Allemands furent expulsés de Hongrie, de Yougoslavie et de Roumanie, où ils s’étaient installés deux cents ans auparavant. Aujourd'hui, seuls quelques milliers de leurs descendants tentent de maintenir la mémoire de la communauté.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le village de Gakovo s’étale dans la riche plaine agricole de Voïvodine, tout au nord de la Serbie, à une dizaine de kilomètres des frontières croate et hongroise. Les moissons battent leur plein, quelques robustes gaillards font la pause au café, parlant des cours du blé et du maïs. Des adolescents traînent leur désœuvrement dans la chaleur torride des mois d'été. Les actuels habitants de Gakovo sont arrivés du Monténégro et des régions arides et montagneuses de la Krajina croate à la fin de la Seconde Guerre mondiale, mais autrefois le village était presque entièrement peuplé d’Allemands du Danube, les Donauschwäben.