Après 1989, le régime chinois a édifié un «capitalisme politique»

Par et

En Chine, 1989 marque avant tout la répression du mouvement de Tiananmen. Mais dans les années qui suivent, le pays va également adopter le système capitaliste. Il le fera d’une façon originale, caractérisée par le maintien d’un parti-État fort. Les défis contemporains auront-ils raison de sa stabilité ? 

 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Cinq mois avant la chute du mur de Berlin, le régime chinois mettait fin avec brutalité au Printemps de Pékin, un mouvement de protestation contre l’inflation, la corruption et l’absence de libéralisation politique, qui avait essaimé bien au-delà de la capitale (voir notre entretien avec Lun Zhang). Dans la nuit du 3 juin 1989, les troupes les plus endoctrinées et loyales au régime ont pris en étau la ville, puis la place Tiananmen. Blindés et fantassins ont alors semé la mort parmi les étudiants, ainsi que parmi les citadins et travailleurs qui cherchaient à les protéger.