Le Nutella, pâte très politique

Par Michel Henry

S’attaquer à la célèbre pâte à tartiner comporte des risques : en 2015, Ségolène Royal l’a appris à ses dépens. Et Matteo Salvini n’hésite pas à utiliser le Nutella afin de vendre son image d’« homme du peuple anti-élite ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le Nutella est-il un marqueur politique ? Un matin de décembre 2018, Matteo Salvini, accro aux réseaux sociaux, informe le monde que sa journée débute « avec du pain et du Nutella », et le ministre de l’intérieur s’en délecte. L’homme fort du gouvernement italien compte ainsi parfaire son image d’homme du peuple, de monsieur Tout-le-Monde anti-élite.