Tunisie: l'espoir démocratique

Nos articles sur la transition démocratique en Tunisie après l'adoption d'une constitution.

Tunisie: la constitution en bloc et en détail

Par

Les Tunisiens ont enfin une nouvelle constitution, qui remplacera celle de 1959. En partenariat avec l’ONG tunisienne Bawsala, Mediapart publie l’intégralité de ce texte et passe en revue 22 articles clés avec le juriste Yadh Ben Achour et l'analyste politique Sélim Kharrat.

La Tunisie réveille l'espoir démocratique

Par

À l’heure où les voisins libyen et égyptien sombrent dans la violence et l’autoritarisme, l’adoption d'une nouvelle constitution marque une étape importante dans le cheminement du pays vers un idéal démocratique unique dans la région.

Cinq bonnes raisons de croire en la transition politique tunisienne

Par

Alors que les forces politiques tunisiennes viennent de se mettre d’accord sur l’identité du nouveau premier ministre, voici cinq bonnes raisons de rompre avec une vision pessimiste de la transition politique et d’espérer une issue favorable au processus en cours, trois ans après la révolution.

En Tunisie, l'Assemblée constituante veut franchir les derniers obstacles

Par

Après plusieurs mois de blocage politique, l'Assemblée tunisienne et les élus du peuple ont enfin repris la main. Mais ce mardi, au troisième anniversaire de la chute du dictateur tunisien, les députés n'ont adopté que les deux tiers des articles du texte constitutionnel. Texte qui contient encore des ambiguïtés malgré des dispositions progressistes.

Tunisie : la transition patine

Par

Dès leur élection le 23 octobre 2011, les députés tunisiens s’étaient engagés à élaborer une nouvelle Constitution en moins de 12 mois. Deux années plus tard, les Tunisiens attendent toujours le vote du texte, et le processus de dialogue national entamé pour sortir le pays de la crise politique achoppe sur la question d'une éventuelle démission du premier ministre.

Deux attentats en Tunisie soulignent la désorganisation des services

Par

Ces nouveaux attentats, qui visaient notamment des touristes dans l'un des plus grands hôtels de Tunisie, sanctionnent le démantèlement des services de renseignements, dont le pays ne se remet pas. 

La Tunisie à l’épreuve de la menace terroriste

Par
Meeting d'Ennahda à la casbah de Tunis, samedi 3 août © Pierre Puchot Meeting d'Ennahda à la casbah de Tunis, samedi 3 août © Pierre Puchot

Assassinats d'opposants, soldats attaqués à la frontière algérienne, militants salafistes arrêtés, bombes désamorcées... À Tunis, le terrorisme occupe le devant de la scène avant la manifestation d’Ennahda ce samedi soir. Une résurgence d’autant plus inquiétante qu’elle se heurte à la désorganisation des forces de l'ordre, qui handicape gravement le secteur de la lutte antiterroriste. Enquête de notre envoyé spécial en Tunisie.

Pour la presse, rien ne change en Tunisie

Par

En soutien aux journalistes récemment emprisonnés pour délit d'opinion, le syndicat national des journalistes tunisiens appelait ce mardi 17 septembre à une grève générale. Un mouvement largement suivi.

En Tunisie, les agressions contre les artistes se multiplient

Par

Au-delà des cas les plus connus comme le rappeur Weld El 15, de nombreuses figures de la scène culturelle tunisienne sont victimes d’arrestations par la police mais aussi d’agressions de la part de groupes salafistes.

Tunisie: ce qu'est le Front populaire de Mohamed Brahmi

Par

Trois jours après l’assassinat de l’opposant Mohamed Brahmi, les manifestations se poursuivent en Tunisie réclamant la démission du gouvernement et la dissolution de l’Assemblée. Le député était l'un des responsables du Front populaire, une coalition disparate qui n'est pas parvenue à desserrer l"étau entre islamistes d'Ennahda et partisans de l’ancien régime.

Tunisie: mort d'un manifestant après l'assassinat de Mohamed Brahmi

Par

42 députés ont annoncé leur démission de l’Assemblée constituante, après le meurtre du dirigeant du Front populaire. L’opposition demande la démission du gouvernement. 

L'assassinat d'un député d'opposition plonge la Tunisie dans la crise

Par

Six mois après l'assassinat de Chokri Belaïd, l'une des figures de l'opposition en Tunisie, un autre responsable politique a été tué, jeudi à Tunis. Il s'agit là aussi d'un militant de la gauche laïque, Mohamed Brahmi. Une grève générale devait toucher le pays ce vendredi.

Notre dossier: la Tunisie depuis la révolution

Par

Enquêtes, récits et reportages sur la nouvelle Tunisie en marche.