christian salmon

Ses Derniers articles

  • Et maintenant, changer d’imaginaire

    Par

    « La pire séduction du mal, écrivait Kafka, c’est la provocation au combat. » Voilà le piège du terrorisme. En décrétant l’état d’urgence, un tournant sécuritaire et une révision constitutionnelle, François Hollande est tombé dans ce piège avec le soutien unanime de la majorité et de l’opposition. Son choix conjugue une souveraineté affaiblie et un militarisme impuissant.

  • Dans le tombeau de l’intellectuel français de souche

    Par
    Alain Finkielkraut, le 19 juin 2009, à Paris. © Reuters Alain Finkielkraut, le 19 juin 2009, à Paris. © Reuters

    Finkielkraut, Zemmour, Onfray… : rebelles de papier au service des pouvoirs, leur omniprésence mérite qu’on s’y arrête car elle marque une nouvelle étape d’une mue entamée il y a plus de trente ans avec l’invention de l’intellectuel médiatique. Avec eux, les médias sont devenus le lieu du blanchiment des pires préjugés racistes, le paradis fiscal où se recycle l’argent sale du commerce xénophobe. Les uns s'alimentent des autres dans un affaissement généralisé du débat public.

  • Rencontre avec Yanis Varoufakis : « Il est temps d’ouvrir les boîtes noires »

    Par
    Wolfgang Schaüble et Yanis Varoufakis © Reuters Wolfgang Schaüble et Yanis Varoufakis © Reuters

    Il y a une semaine, l'ex-ministre grec des finances Yanis Varoufakis était en France à l’invitation d’Arnaud Montebourg. J’ai eu la chance de le rencontrer, une occasion de dépasser le personnage-écran, narcissique et provocateur, que les médias ont construit et véhiculé dans le but de le décrédibiliser. C'est un homme chaleureux, ouvert à la discussion et préoccupé non seulement par l'avenir de son pays mais par celui de l'Europe.

  • Crise grecque : l’Europe kidnappée

    Par
    Durant la campagne pour le référendum en Grèce. © Reuters Durant la campagne pour le référendum en Grèce. © Reuters

    Ce sont les moments historiques qui constituent l’Europe bien plus que les traités. Et la réponse de Bruxelles au "non" grec sorti des urnes le 5 juillet signe la faillite morale de l’Europe. L’euro est apparu non pas comme un instrument d’échange entre Européens, mais comme un totem au nom duquel on pouvait sacrifier les peuples.

  • Un insider raconte: comment l'Europe a étranglé la Grèce

    Par
    Le Néerlandais Jeroen Dijsselbloem (de dos) et le Grec Yanis Varoufakis, en février à Athènes. © Reuters. Le Néerlandais Jeroen Dijsselbloem (de dos) et le Grec Yanis Varoufakis, en février à Athènes. © Reuters.

    Quelques jours avant le référendum, un conseiller important du gouvernement grec, au cœur des négociations avec Bruxelles, a reçu Mediapart. Il raconte les cinq mois du gouvernement de Syriza, les discussions avec les Européens, la situation catastrophique de la Grèce. Il détaille surtout la stratégie d'étouffement mise en place méthodiquement par l'Eurogroupe et l'asphyxie financière qui a détruit l'économie grecque. Voici le texte de cet entretien au long cours.

  • La déclaration d’indépendance de la Grèce

    Par
    Lundi 29 juin au soir, manifestation devant le parlement grec. © Reuters Lundi 29 juin au soir, manifestation devant le parlement grec. © Reuters

    En annonçant dans la nuit du vendredi 26 au samedi 27 juin la tenue d’un référendum, Tsipras a fait voler en éclats le cadre juridique et comptable dans lequel voulaient l’enfermer les dirigeants de la zone euro. En soumettant aux citoyens grecs les mesures souhaitées par ses créanciers (Commission européenne, BCE, FMI), il a réintroduit le peuple souverain dans la négociation. Et mis au jour la guerre qui jusque-là se déroulait derrière le paravent des négociations.

  • A Vintimille, un Etat insouverain fabrique de la frontière

    Par

    Le blocus français de Vintimille, illégitime et illégal, révèle les impasses d’une Europe en mal de souveraineté. 

  • L’esprit du 11 janvier et la danse macabre de la laïcité

    Par
    Manifestation du 11 janvier 2015 à Paris. © Thomas Haley Manifestation du 11 janvier 2015 à Paris. © Thomas Haley

    Manuel Valls vole « en défense de l'esprit du 11 janvier ». Mais cet esprit s’est mué en une mêlée confuse, une danse macabre avec son cortège de masques grimaçants, de postures héroïques et de dénonciations. Et le tour de passe-passe s'opère: la restriction des libertés au nom de la défense de la liberté, les déclarations bellicistes au nom de la paix, une laïcité sacralisée et instrumentalisée. Décryptage.

  • Valls à Matignon : l’année de la pensée magique

    Par
    François Hollande et Manuel Valls © Reuters François Hollande et Manuel Valls © Reuters

    L’action du gouvernement se donne à lire, non plus comme la rencontre raisonnée d’une délibération collective, mais comme une forme de pensée magique, tout entière vouée à convoquer par incantations l’unité de la gauche, l’inversion de la courbe du chômage, le retour de la croissance « aimée »… La vie politique de ce quinquennat se dévoile comme une gestion stratégique des attentes non satisfaites.

  • Grèce contre Europe: la guerre des récits

    Par
    Yanis Varoufakis et Wolfgang Schäuble © Reuters Yanis Varoufakis et Wolfgang Schäuble © Reuters

    La bataille des chiffres, la querelle des mots, le conflit des images et la dispute des valeurs : voilà les quatre ingrédients qui composent la guerre des récits et visent à transformer le compromis économique et financier décroché par Syriza à Bruxelles en une défaite politique.