christian salmon

Ses Derniers articles

  • L’affaire Sarkozy, ou la mise en examen d’un régime

    Par
     © Reuters © Reuters

    L’enjeu de l’affaire Sarkozy n’est pas seulement judiciaire, il est aussi symbolique. En nous invitant à substituer les signes de l’impuissance à la toute-puissance de l’État, c’est le mélodrame d’une fin de partie qui se joue. Le sujet est l’État lui-même, son dépérissement, sa corruption, son dessaisissement.

  • Fini le storytelling, bienvenue dans l’ère du clash

    Par

    Depuis dix ans, les événements ne s’ordonnent plus en feuilletons mais sont gouvernés par l’imprévisibilité, l’irruption, la surprise. Ils relèvent davantage d’une sismographie politique que de la technique tant prisée du storytelling. Bienvenue dans l’ère du clash.

  • Homère contre Google: enquête sur un retour aux Anciens

    Par
    Homère. Homère.

    Les Anciens sont de retour. L’actualité témoigne d’un regain d’intérêt pour les épopées d’Homère ou d’Ovide. Qu’est-ce que ce retour signifie ? Est-ce le signe d’une quête des sources « gréco-latines » de l’identité européenne ? Ou une réaction à l’uniformisation culturelle et linguistique que favorise Internet ? Est-ce une arme pour les conservateurs ou un bond en avant vers l’altérité ?

  • «Fake news», les étoiles éteintes de la démocratie

    Par

    Tout le mal de nos démocraties tiendrait en deux mots : « Fake news ». Derrière l’illusion d’un diagnostic, l’expression fonctionne comme un écran, un alibi pour une censure étatique qui masque les causes du discrédit de la parole publique et son histoire depuis les années 1990.

  • Macron en Afrique, les faux adieux de Ouagadougou

    Par
    Emmanuel Macron lors de son discours à Ouagadougou, le 28 novembre 2017. © Reuters Emmanuel Macron lors de son discours à Ouagadougou, le 28 novembre 2017. © Reuters

    « Il n’y a plus de politique africaine de la France », a dit à Ouagadougou le président français. Et pourtant, ce voyage en Afrique a quelque chose d’un trafic d’apparence. Franc CFA, passé colonial, immigration, natalité : Emmanuel Macron a utilisé tous les procédés qui permettent de créer un monde nouveau, mais reconduisent la vieille raison coloniale sous les traits de la bonne gestion.

  • Le carnaval cannibale de Donald Trump

    Par

    L’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche il y a tout juste un an est en fait l’aboutissement d’un long processus. Pour reprendre une expression de Baudrillard, voici pourquoi et comment ce « roi de carnaval » est advenu, chargé d’une mission historique : détruire l’illusion démocratique.

  • Yuri Slezkine, l’épopée de la grande solitude soviétique

    Par
    La Maison du Gouvernement ou Maison du Quai, ensemble construit face au Kremlin La Maison du Gouvernement ou Maison du Quai, ensemble construit face au Kremlin

    La Maison éternelle, de Yuri Slezkine n’a pas d’équivalent depuis L’Archipel du Goulag, d’Alexandre Soljenitsyne. L’auteur raconte la révolution russe à travers l’histoire des habitants de la Maison du Gouvernement, immeuble construit pour y abriter la nomenklatura bolchevique. Il explore les mille voix de la solitude soviétique et dresse un mausolée à tous ceux qui, comme l’écrivait Chalamov, « ont participé à cette grande bataille perdue pour un renouvellement effectif de la vie ».

  • Michel Feher: les nouveaux enjeux de la question sociale

    Par
    Michel Feher, invité à Mediapart pour débattre avec Yanis Varoufakis. Michel Feher, invité à Mediapart pour débattre avec Yanis Varoufakis.

    Comment sortir par la gauche de la société salariale ? Dans un livre ambitieux, Le Temps des investis, le philosophe Michel Feher analyse la façon dont le centre de gravité du capitalisme s’est déplacé des entreprises industrielles vers les marchés financiers. Il invite à réorganiser les luttes sociales en fonction de ce déplacement.

  • Sa majesté Macron ou le paradoxe de l’immaturité

    Par

    Si la fonction présidentielle n’est plus crédible, c’est que nous sommes passés de la souveraineté à la gouvernance, de l’État-nation à l’État start-up, et du père de la nation au manager agile. Macron est le coursier et le représentant historique de cette mutation. Même s'il rêve de retrouver « le double corps du roi ».

  • Octobre 17. Les cent vies de Blumkine: poète, espion, tueur et martyr de Staline

    Par
    Yakov Blumkine (1898-1929) © (dr) Yakov Blumkine (1898-1929) © (dr)

    On se perd dans les vies multiples de Yakov Blumkine, né dans une famille juive d’Odessa, ami des poètes, passionné d’Asie et de langues étrangères, proche de Trotski, dont il fut bien plus que le secrétaire. Espion, tueur, membre de la Tchéka (la police politique du régime soviétique), homme des missions impossibles à l’étranger, il consuma ses vies pour finir fusillé, à 31 ans, sur ordre personnel de Staline.