Sylvia Pankhurst, l’infatigable combattante

Par

En 1936, Sylvia Pankhurst s’est lancée dans un soutien total à l’Éthiopie attaquée par l’Italie fasciste, malgré le cynisme de l’Occident et l’indifférence de la gauche. Cette dernière lutte reflète un engagement permanent de toute une vie contre le racisme et le colonialisme, mais aussi pour les femmes et la classe ouvrière.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 3 juin 1936, à la gare londonienne de Waterloo, un petit homme descend du train en provenance de la côte. Cet homme, c’est Tafari Makonnen, plus connu sous son nom de couronnement Haïlé Sélassié (« La puissance de la Trinité »), négus d’Éthiopie, descendant supposé du roi Salomon et de la reine de Saba. Le « Roi des rois » n’a cependant pas le droit à une réception officielle dans la gare londonienne. Aucune délégation du gouvernement du conservateur Stanley Baldwin n’est présente, pas davantage un représentant du roi Édouard VIII, encore moins le souverain lui-même.