Razmig Keucheyan: «La sobriété ne peut s’organiser que collectivement»

Par

Le sociologue Razmig Keucheyan explore les pistes ouvertes par la crise sanitaire pour repenser nos besoins. Le défi à relever est double : les satisfaire de manière égalitaire, mais limiter ceux qui ne sont pas soutenables. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Qu’est-ce qu’une activité « essentielle à la Nation » ? Ce débat, ouvert par la crise sanitaire et la suspension de la vie sociale ordinaire, renvoie à la question des besoins individuels et collectifs à satisfaire en priorité. Une question qui avait été effacée par la trompeuse ère d’abondance dont nos générations sont issues, et qui perdurera bien après le pic de la pandémie.