Un réquisitoire très clément pour Alexandre Benalla

Par

Le parquet de Paris a requis des peines de prison avec sursis contre Alexandre Benalla et les trois autres prévenus du procès, jeudi 30 septembre au soir.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce jeudi 30 septembre au soir, alors que le procès d’Alexandre Benalla touche à son terme, le procureur Yves Badorc fait preuve de beaucoup d’empathie et de mansuétude envers les prévenus, le gendarme réserviste Vincent Crase, le contrôleur général de la police nationale Laurent Simonin, et le commissaire Maxence Creusat. Annonçant un réquisitoire qui se veut « nuancé, objectif et sans arrière-pensée », le représentant du parquet de Paris vante les nombreuses qualités professionnelles des quatre prévenus, loue leur parcours, célèbre leur « engagement », souligne leur absence d’antécédents judiciaires, déplore la médiatisation excessive de l’affaire et, pour finir, leur trouve de larges circonstances atténuantes. C’est presque émouvant.