Valérie Rabault : «Je regrette la surenchère des patrons»

Par et

La rapporteure générale du budget à l'Assemblée garde une liberté de ton vis-à-vis du gouvernement. Si elle appelle les chefs d'entreprise à « jouer le jeu » du pacte de responsabilité, elle refuse le « chèque en blanc » que le gouvernement peut être tenté de leur accorder, au nom de la croissance.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.