Valérie Rabault : «Je regrette la surenchère des patrons»

La rapporteure générale du budget à l'Assemblée garde une liberté de ton vis-à-vis du gouvernement. Si elle appelle les chefs d'entreprise à « jouer le jeu » du pacte de responsabilité, elle refuse le « chèque en blanc » que le gouvernement peut être tenté de leur accorder, au nom de la croissance.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

© Mediapart

Elle est au cœur de la machine parlementaire. Rapporteure générale du budget à l’Assemblée, Valérie Rabault travaille en liaison constante avec le gouvernement pour faire voter les lois de finances et les lois de finances rectificatives, comme celle qui est actuellement discutée au Parlement (lire le portrait que nous lui avions consacré lors de sa nomination, au printemps). Pour autant, elle n’entend pas sacrifier une certaine liberté de ton vis-à-vis de l’exécutif. Dans le discours de cette ancienne banquière, percent à la fois le souci de soutenir les entreprises dans l’espoir que la croissance redémarre, et une assez grande vigilance à ne pas laisser le patronat dicter la conduite économique de la France. Une position d’équilibriste ? Elle s’estime plutôt « au centre » du parti socialiste, à équidistance des « frondeurs » et des partisans de Manuel Valls.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal