Aux Lentillères, des légumes et des luttes

Par

À Dijon, un quartier de jardins et de maisons collectives invente un rapport maraîcher et libre à la ville. Promenade au cœur d’une friche rebelle qui fabrique des antidotes au marasme politique. Liberté, hospitalité et potagers !

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyée spéciale aux Lentillères (Côte-d’Or).– C’est là que des Touaregs ont découvert qu’ils aimaient les framboises. Que des squatteurs et des squatteuses écrivent de la science-fiction pour imaginer un avenir désirable. Qu’un amphithéâtre a été construit avec les pierres d’une maison détruite par la mairie. Que des écureuils courent sur les branches et que des hérissons se promènent. Que des personnes échappent à la police.