DSK, l'annonce et le «storytelling» du sauveur de Washington

Par
Dominique Strauss-Kahn va-t-il y aller? En tout cas, son épouse assure ce mercredi qu'elle «ne souhaite pas qu'il fasse un second mandat à la tête du FMI». Ni une ni deux, les spéculations reprennent de plus belle.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

A défaut de savoir quelles seront les idées d'un Strauss-Kahn candidat, on admire chaque jour un peu plus son aisance, volontaire ou non, dans le storytelling du prétendant mystère. Toujours en poste à la tête du FMI, le peut-être héraut socialiste parvient toujours à occuper les gazettes, malgré son silence forcé sur l'actualité nationale. Nouvel épisode ce mercredi, avec la «petite phrase» de son épouse Anne Sinclair, déjà promue porte-voix officieuse en novembre dernier (voir la vidéo). Dans un article «exclusif» du Point, l'épouse fidèle lâche: «Je ne souhaite pas qu'il fasse un second mandat au FMI.»