Procès Karachi: Takieddine n’endosse pas la caisse noire devant le tribunal

Par

Entendu lundi par le tribunal correctionnel, l’intermédiaire Ziad Takieddine a contesté avoir remis des espèces destinées à la campagne d’Édouard Balladur, accusant le juge Renaud Van Ruymbeke d’avoir forcé ses premières déclarations. Jeudi, il avait déjà soutenu qu’il n’avait été qu’un « émissaire de l’Arabie saoudite » et un messager pour la première ministre Benazir Bhutto.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À l’interruption de l’audience, Ziad Takieddine s’est détaché de la barre et s’est approché lentement de Nicolas Bazire et Renaud Donnedieu de Vabres. Il a échangé quelques mots avec eux, à voix basse, que les deux hommes ont semblé approuver tout aussi discrètement.