Procès Karachi: les porteurs de valise face au «complot» des femmes

Par

Thierry Gaubert, ancien chef de cabinet de Nicolas Sarkozy au ministère du budget, qui comparaît pour avoir encaissé en 1995 des espèces provenant des contrats d’armement, s’en est pris à son ex-épouse et à « ces femmes » qui ont trop parlé. La misogynie imprègne le procès Karachi, où les prévenus font face à un tribunal féminin.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Cette histoire racontée par ces deux femmes, c’est un complot », certifie Thierry Gaubert, d’une voix assurée, devant le tribunal correctionnel. Cela fait huit ans que l’ancien collaborateur de Nicolas Sarkozy s’en prend à sa femme, Hélène, puis à l’ex-femme de Ziad Takieddine, Nicola Johnson, coupables, selon lui, d’avoir trop parlé à la police de leurs biens cachés, de leurs rencontres secrètes, des valises d’argent échangées et de tout ce qu’elles avaient su.