A Paris, deux cortèges pour une même colère

La manifestation du 22 mars 2018 a largement mobilisé les fonctionnaires dans toute la France, et dans une moindre mesure les cheminots à Paris. Un mauvais signal pour le gouvernement, attaqué pour sa conception du service public et ses réformes menées au pas de charge. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Une unique manifestation parisienne d’un côté, plus de 180 rassemblements dans toute la France de l’autre. Des revendications diverses et autonomes les unes des autres. Mais un seul but : faire pièce aux réformes visant les services publics et ceux qui les font vivre. La mobilisation de ce jeudi 22 mars a vu défiler des fonctionnaires, nationaux, territoriaux ou hospitaliers partout en France. Les cheminots sont quant à eux venus de toutes les régions pour se réunir et se compter à Paris. Réforme du rail ou de la CSG, mesures ne défendant pas le pouvoir d'achat des fonctionnaires, réforme judiciaire, crise hospitalière, sélection à l’université… Pour tous, le but était le même : se faire entendre du gouvernement et protester contre ce qu’ils considèrent comme une attaque en règle.