Au tribunal, Alexandre Benalla nie avoir joué au cow-boy

Par

L’examen des événements du 1er mai 2018 ne tourne pas à l'avantage d’Alexandre Benalla ni de son ami Vincent Crase, qui se sont pris pour des policiers sans en avoir le droit ni le titre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Alexandre Benalla est un bon citoyen. Quand il voit une infraction se commettre sous ses yeux, c’est plus fort que lui, il faut qu’il intervienne. C'est un courageux. Un brave. Pas comme ceux qui se contentent de sortir leur téléphone pour filmer une agression. Mais attention, s’il agit, c'est toujours « avec courtoisie », « sans violence », et surtout « dans le respect de la loi ». Voilà le leitmotiv de l’ancien « Monsieur sécurité » d’Emmanuel Macron, à la deuxième semaine de son procès.