Procès Karachi: les avocats de la défense font bloc contre la procédure

Par et

Les deux derniers jours du procès du volet financier de l’affaire Karachi ont été consacrés aux plaidoiries. Tous les avocats des prévenus, de Nicolas Bazire à Ziad Takieddine, en passant par l’ancien ministre Renaud Donnedieu de Vabres, ont plaidé la relaxe. Le jugement sera rendu en avril, vingt-six ans après les faits.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Aucun des prévenus du procès du volet financier de l’affaire Karachi ne semble savoir ce qu’il fait là. Là, devant le tribunal correctionnel de Paris, qui juge depuis le 7 octobre l’une des plus importantes affaires politico-financières de ces dernières décennies. Pendant deux jours, mardi 29 et mercredi 30 octobre, les avocats de la défense, et ils furent nombreux, ont défilé devant la présidente Christine Mée. Et tous, utilisant la large palette des moyens à leur disposition, sur le fond comme sur la forme, ont plaidé la même issue pour chacun de leur client : la relaxe.