Emmanuel Macron. Battre Le Pen, et ensuite?

capture-d-e-cran-2017-05-06-a-18-31-41

Marine Le Pen est aux portes du pouvoir, son adversaire Emmanuel Macron est favori mais peine à convaincre. Démocratie, corruption et transparence, chômage, international : Mediapart l'interroge. Notre émission de vendredi 5 mai en replay.

Les alliés du Front national en Europe

snaps-ext-dte-europe

Les droites extrêmes sont déjà au pouvoir en Europe : en Hongrie, en Pologne. Elles se renforcent en Autriche, en Allemagne, au Royaume-Uni, aux Pays-Bas, au Danemark. Comment gouvernent-elles, comment pèsent-elles sur les politiques publiques ? Avec Amélie Poinssot, journaliste à Mediapart.

Pologne, Hongrie: ce que font les droites extrêmes au pouvoir

Par
Manifestation pro-européenne d'opposition à Viktor Orban, le 1er mai 2017, à Budapest © Reuters Manifestation pro-européenne d'opposition à Viktor Orban, le 1er mai 2017, à Budapest © Reuters

A Varsovie et Budapest, des droites ultraconservatrices sont aux manettes. Deux pays au cœur de l’Europe, et deux gouvernements qui ont imposé le repli national et une législation ultraconservatrice. Nul besoin d’aller très loin pour se rendre compte de ce que ferait le Front national une fois au pouvoir…

Six enquêtes judiciaires visent le FN et Marine Le Pen

Par
 © Reuters © Reuters

Patrimoine, financement des campagnes, assistants au Parlement européen et au conseil régional du Nord-Pas-de-Calais : Marine Le Pen et/ou son parti sont visés par pas moins de six enquêtes judiciaires.

Champagne et vins fins: Le Pen père fait payer le Parlement européen

Mediapart révèle que l’eurodéputé Jean-Marie Le Pen a utilisé une partie des fonds alloués à sa communication pour se faire livrer une centaine de bouteilles de grands crus dans son manoir de Saint-Cloud. Coût de l’opération : plus de 8 500 euros.

Un candidat du FN a supervisé la collaboration de Lafarge avec Daech en Syrie

Par , et Julien Antoine

L’un des dirigeants du groupe Lafarge qui a supervisé le marchandage financier avec l’État islamique, permettant au géant du ciment de poursuivre son activité en Syrie en 2013 et 2014, est un fervent soutien de Marine Le Pen, dont il a défendu les couleurs lors des dernières municipales à Paris.

Voter ou s’abstenir: le «cas de conscience» des quartiers populaires

Par
Près de 7 000 manifestants ont défilé à Paris contre les violences policières, le 19 mars 2017. © Reuters Près de 7 000 manifestants ont défilé à Paris contre les violences policières, le 19 mars 2017. © Reuters

Oubliés de la campagne présidentielle, les habitants des quartiers populaires, plus abstentionnistes que la moyenne nationale, constituent une des clefs du deuxième tour. Exaspérés par les consignes de vote, ils rappellent que les pratiques racistes font partie de leur quotidien.

A Montpellier, la Paillade dit adieu au front républicain

Par Nejma Brahim
Les jeunes de Générations solidaires et citoyennes © N.B Les jeunes de Générations solidaires et citoyennes © N.B

Dans ce quartier populaire, l’abstention a pris des allures de sanction, et devient même parfois militante et revendicative. Lors du premier tour, 40 % ne se sont pas déplacés. Face aux inégalités sociales, aux discriminations ou à l’état d’urgence, le risque FN n’effraie plus.

Dans la Marne, le manque d’enthousiasme domine

Par
 © ES © ES

Dans les territoires ruraux de la Marne, Marine Le Pen est arrivée largement en tête le 23 avril, devant François Fillon et Emmanuel Macron. Pour tous ceux qui ont vu leur candidat éliminé au soir du premier tour, le vote en faveur du candidat d’En Marche! est loin d'être une évidence.

Les idéopôles s’affirment entre Macron et Mélenchon

Par
capture-d-e-cran-2017-05-05-a-11-46-18

Dans les métropoles gagnantes de la mondialisation, les votes divergent de ceux du reste du pays. Le FN y est plus que jamais sous-représenté, et la gauche y progresse ou résiste plus qu’ailleurs. Macron y apparaît comme un médiateur entre les élites du marché et celles du savoir. 

Avec la «monnaie commune», le FN en pleine confusion

Par
capture-d-e-cran-2017-05-03-a-13-42-12

Marine Le Pen ne veut plus effrayer avec une éventuelle sortie de l'euro et reprend à présent, avec son nouvel allié Nicolas Dupont-Aignan, une évolution vers une « monnaie commune » qu'elle identifie à l'ancienne « ECU ». Cette confusion cache des idées fondamentalement floues et imprécises qui visent à satisfaire les exigences contradictoires de l'électorat frontiste. 

Les deux campagnes d’entre-deux-tours des socialistes

Par
Benoît Hamon et Bernard Cazeneuve © Reuters Benoît Hamon et Bernard Cazeneuve © Reuters

Laminé au premier tour de la présidentielle, le PS s’est retrouvé pour appeler unanimement à voter Emmanuel Macron face à Marine Le Pen. Mais avec deux versions contradictoires : les uns pour appartenir à une future majorité présidentielle, les autres pour figurer dans l’opposition. 

Marine Le Pen «trumpise» le débat du second tour

 © Reuters © Reuters

Alternant insinuations, contrevérités et formules chocs, la candidate du Front national n'a pas cherché à dérouler une quelconque vision face à Emmanuel Macron, préférant le résumer à l'« héritier » de Hollande. Le candidat d'En Marche! l'a de son côté poussée à se positionner.

Ce qu’il faut retenir de deux heures et demie d'un débat tendu

 © Reuters © Reuters

Pendant deux heures et demie de débat, mercredi soir, Marine Le Pen a cherché le pourrissement. Emmanuel Macron a tenté de faire face en déroulant son projet d'inspiration libérale.

Croquis. De la dédiabolisation à la «racaillisation»

Par
Marine Le Pen et Jean-Marie Le Pen après l'annonce des résultats, le 22 avril 2007. © Reuters Marine Le Pen et Jean-Marie Le Pen après l'annonce des résultats, le 22 avril 2007. © Reuters

La France vient d’assister au pire débat d’un second tour de l’élection présidentielle. Marine Le Pen a étalé sa violence et son inconsistance, mais sa présence à ce niveau révèle aussi une crise de la démocratie française.

Face à Macron, Le Pen et la désinformation massive

Le décor du débat de l'entre-deux-tours. Il sera animé par les journalistes Christophe Jakubyszyn (TF1) et Nathalie Saint-Cricq (France 2) © Reuters Le décor du débat de l'entre-deux-tours. Il sera animé par les journalistes Christophe Jakubyszyn (TF1) et Nathalie Saint-Cricq (France 2) © Reuters

Le débat de ce mercredi 3 mai entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, la candidate d'extrême droite, est inédit. Marine Le Pen n'hésitera pas à utiliser les outrances rhétoriques qu'elle a héritées de son père. Emmanuel Macron, lui, promet un « corps à corps ». Il serait bien inspiré de méditer les leçons du match Trump-Clinton…

La propagande russe en faveur de Marine Le Pen mise en échec

Par et

Depuis le début de la campagne présidentielle, de forts soupçons d’ingérence se tournent vers Moscou. Les médias d’État russes soutiennent activement Marine Le Pen. Mais au lendemain du premier tour, la déception est palpable. La candidate du FN a assuré qu’elle ne serait « soumise absolument à personne ».

La France rance se déchaîne contre Macron

Par
Compte de la Manif pour tous © LD Compte de la Manif pour tous © LD

Depuis des mois, la candidature d’Emmanuel Macron a suscité sur les réseaux sociaux – par-delà les légitimes débats politiques – une campagne d’une rare violence dans la droite ultra. Banquier cosmopolite, homosexuel honteux, fossoyeur de la famille soutenu par des pédophiles, mais aussi par Daech… Des fantasmes nourris par un imaginaire maurrassien.

La vraie histoire du financement russe de Le Pen

Marine Le Pen lors de sa visite à Moscou, le 24 mars 2017. © Site Internet du Kremlin Marine Le Pen lors de sa visite à Moscou, le 24 mars 2017. © Site Internet du Kremlin

Les financements russes de Marine Le Pen se sont organisés autour d'un conseiller de Vladimir Poutine, Alexandre Babakov. Des emails démontrent une ingérence politique de deux lobbyistes russes.

Le Front national a traité avec des banques mafieuses russes

Par

Toutes les banques russes auxquelles le Front national a fait appel, tant en 2014 qu'en 2016, ont disparu. Elles étaient dirigées par des escrocs ou des blanchisseurs d'argent. De l'argent sale russe a-t-il financé les campagnes du Front national ?

Dossier: l'argent russe du Front national

Par
capture-d-e-cran-2017-03-24-a-19-11-46

Marine Le Pen a officiellement rencontré Vladimir Poutine le 24 mars 2017. Des rencontres officieuses avaient eu lieu en 2014 et 2015, alors que le FN et Jean-Marie Le Pen avaient obtenu deux prêts russes pour un montant total de 11 millions d'euros. Toutes nos enquêtes.

Des étudiants lyonnais résignés avant le second tour

Par
Ludmila, Kevin, Amaury, Ianis à Lyon, près du stade Gerland © FZ Ludmila, Kevin, Amaury, Ianis à Lyon, près du stade Gerland © FZ

Quinze ans après le 21 avril 2002, le Front national accède au second tour de l'élection présidentielle. À l'époque, les jeunes avaient manifesté en masse. Aujourd'hui, la mobilisation est bien plus timide et le fatalisme domine. Rencontre avec des étudiants de Lyon, une ville où l'extrême droite essaie de marquer sa présence à l'université. 

Second tour: au sein de La France insoumise, le blanc et l’abstention dominent

Par
Jean-Luc Mélenchon dimanche 23 avril, au soir du premier tour de la présidentielle Jean-Luc Mélenchon dimanche 23 avril, au soir du premier tour de la présidentielle

240 000 militants, sur environ 450 000, se sont prononcés lors de la consultation organisée par La France insoumise sur le second tour de l’élection. 36,12 % souhaitent voter blanc ou nul, 34,83 % voter pour Emmanuel Macron et 29,05 % comptent s’abstenir. Un statu quo assez fidèle au refus de se prononcer clairement de Jean-Luc Mélenchon. 

Philippe Péninque, l’éminence grise de Marine Le Pen

Par et Mathias Destal
Philippe Péninque lors du discours de Marine Le Pen, le 1er-Mai 2013, à Paris. © Mediapart Philippe Péninque lors du discours de Marine Le Pen, le 1er-Mai 2013, à Paris. © Mediapart

Cet ex-chef du GUD, qui fut à la création du mouvement d'Alain Soral, serait omniprésent en coulisses. Ancien avocat fiscaliste – il a notamment ouvert le compte en Suisse de Jérôme Cahuzac –, Philippe Péninque œuvre depuis près de 15 ans au service de la candidate du FN. Toujours dans l’ombre.

Le programme Le Pen 2017 au scanner de Mediapart

fn20022017

La rédaction de Mediapart s’est mobilisée pour évaluer et démonter le programme du Front national. Mesure par mesure, nous vous présentons en dix-sept fiches la vraie nature du projet de Marine Le Pen.

Les cercles d’influence de Marine Le Pen

Par
hommelepen

Si Marine Le Pen arrivait à l’Élysée, ils joueraient un rôle important, dans la lumière pour les uns, dans l’ombre pour les autres. Mediapart passe en revue les vingt personnages clés qui entourent la candidate, au-delà du très médiatique Florian Philippot.

Croquis. Un bâton de maréchal pour le général de Gaulle?

Par
capture-d-ecran-2017-04-30-a-19-16-10

La présidentielle 2017 est historique, au sens étymologique du terme. Elle ne parle que d’Histoire, en la revisitant ou en la trafiquant. Par le truchement de Dupont-Aignan, le gaullisme le plus affiché vient même de se rallier aux descendants du pétainisme. Un jeu de rôle dangereux pour une France déboussolée.

Face au FN, l’équation impossible de Christian Estrosi

Par
 © Reuters © Reuters

Figure de la « droite décomplexée », Christian Estrosi veut aujourd’hui s’imposer comme le héraut de la bataille contre l’extrême droite. Une posture qui ne laisse pas d’étonner tous ceux qui ont suivi son cheminement politique, de Jacques Médecin qui disait partager les thèses du FN « à 99,9 % », à Nicolas Sarkozy qui en a repris les mots et les idées.

Dire non au désastre

Par
Marine Le Pen lors de son meeting à Villepinte, lundi 1er-Mai 2017. © Reuters Marine Le Pen lors de son meeting à Villepinte, lundi 1er-Mai 2017. © Reuters

Contre Le Pen, nous voterons Macron le 7 mai. Ce ne sera pas pour approuver son programme mais pour défendre la démocratie comme espace de libre contestation, y compris face aux politiques du candidat d’En Marche!. Tandis qu’avec l’extrême droite identitaire et autoritaire, la remise en cause de ce droit fondamental est assurée.

Un 1er Mai de mobilisation et d'interrogations

Le 1er Mai, à Paris. © Reuters/Gonzalo Fuentes Le 1er Mai, à Paris. © Reuters/Gonzalo Fuentes

Que faire ? Quelle stratégie privilégier six jours plus tard ? Partout en France, les manifestations ont rassemblé dans le désordre militants syndicaux et simples citoyens. Tous les regards sont fixés sur le second tour, dimanche 7 mai. Mais les choix ne seront pas les mêmes.

Patriotismes, nationalismes et 1er Mai

Par Nicolas Lebourg
Marine Le Pen avec Nicolas Dupont-Aignan, lors de son meeting à Villepinte, lundi 1er mai 2017. © Reuters Marine Le Pen avec Nicolas Dupont-Aignan, lors de son meeting à Villepinte, lundi 1er mai 2017. © Reuters


Marine Le Pen affirme représenter « les patriotes » contre le « mondialiste » Emmanuel Macron, lequel affirme que « les patriotes » sont avec lui, et qu'en face, ce sont « les nationalistes », tandis que les manifestants scandaient lundi 1er mai « Marianne, pas Marine ». Se retrouve là l'expression antagonique de deux nationalismes qui ont traversé l'histoire de France.

Macron sème de petits cailloux en vue du second tour

Par
"Marseillaise" à la fin du meeting de la Villette, lundi 1er mai © Reuters "Marseillaise" à la fin du meeting de la Villette, lundi 1er mai © Reuters
À six jours du second tour, Emmanuel Macron tente de convaincre les indécis en leur donnant enfin quelques gages. Mais son principal argument reste la possibilité d'une victoire de l'extrême droite dimanche 7 mai.

Le Pen fille et père attaquent Macron sur tous les tons

Par et
Marine Le Pen, meeting à Villepinte, le 1er Mai. Marine Le Pen, meeting à Villepinte, le 1er Mai.

Les fâcheries familiales sont mises de côté. Jean-Marie Le Pen, devant la statue de Jeanne d'Arc, puis Marine Le Pen, en meeting à Villepinte, ont concentré leurs tirs sur Emmanuel Macron. Sur tous les tons et tous les sujets, avec le renfort de Nicolas Dupont-Aignan.

A Nantes: «Ni avion, ni béton! Ni patrie, ni patron»

Par
Militants de CGT AGO, qui regroupe des travailleurs de l'actuel aéroport, le 1er mai à Nantes (JL). Militants de CGT AGO, qui regroupe des travailleurs de l'actuel aéroport, le 1er mai à Nantes (JL).

Un cortège syndical contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes a réuni le plus grand nombre de manifestants du défilé traditionnel du 1er Mai à Nantes. En pleines tensions de l’entre-deux-tours, les manifestants voient dans la rue le seul espace d’expression politique. 

Malgré Marine Le Pen, le 1er Mai unitaire n’aura pas lieu

Par et

Force ouvrière ne voulait pas de consigne de vote ; la CFDT ne souhaitait pas de mot d'ordre social trop affirmé ; la CGT n'a pas voulu ou pu faire de geste, ni vers l'un ni vers l'autre. Les syndicats ne se rassembleront pas contre le FN pour leur traditionnel défilé annuel.

«Les relations entre les organisations syndicales sont encore très tendues»

Par

Maître de conférences à Lyon-II et spécialiste du monde syndical, Sophie Béroud rappelle les plaies laissées par la séquence de la loi El Khomri pour expliquer la difficulté à organiser un 1er Mai unitaire. En cas de victoire de Marine Le Pen, elle pense qu’un front syndical uni pourrait rapidement se constituer, alors que cela prendrait plus de temps pour contrer le programme social d’Emmanuel Macron.

Pourquoi la rue est amorphe

Par Nicolas Lebourg
Manifestation anti-FN sur la place de la Bastille, le 1er Mai 2002. © Reuters Manifestation anti-FN sur la place de la Bastille, le 1er Mai 2002. © Reuters

Pour l'historien Nicolas Lebourg, la stratégie de « dédiabolisation » du Front national n'est pas la seule explication à l'absence de grandes manifestations contre la présence de l'extrême droite au second tour : s'y ajoutent la crise de l'antiracisme et les divisions de la gauche.

La police se divise sur l’appel du syndicat Alliance contre le FN

Par

Comme en 2002, le syndicat policier Alliance, majoritaire chez les gardiens de la paix et gradés, a appelé à voter contre le Front national au second tour de l’élection présidentielle. Selon une enquête inédite du Cevipof, 65 % des 308 policiers et militaires interrogés fin mars avaient l’intention de voter Marine Le Pen au second tour, en cas de duel avec Emmanuel Macron.

Marwan Muhammad: «L’adhésion aux thèses d’extrême droite n’a jamais été aussi forte»

Par
illustration-marwan-muhammad

Alors que la campagne du second tour s’est engagée avec l’accusation faite par Marine Le Pen à Emmanuel Macron d’être « entre les mains des communautaristes », entretien avec Marwan Muhammad, directeur du CCIF, qui vient de publier un ouvrage intitulé Nous (aussi) sommes la nation (La Découverte).

André Burguière: la gauche condamnée?

Par
entretien-21-visuel2

L'historien André Burguière vient de publier un long essai, La gauche va-t-elle disparaître ?, aux éditions Stock. La gauche a oublié… la gauche, explique-t-il. Pourquoi, sur quels points ? Et comment la réveiller, refonder un nouveau projet ? Ses réponses.

Macron reste gêné par son double

Par
Emmanuel Macron à la CCI d'Amiens, le 26 avril © Nicolas Serve / Hans Lucas Emmanuel Macron à la CCI d'Amiens, le 26 avril © Nicolas Serve / Hans Lucas

Dans ses appels à l’unité face au Front national, le candidat d’En Marche! est handicapé par son CV, son image et son projet qui rebute certains à gauche et à droite. Il tente de donner quelques gages à ceux qui n’ont pas voté pour lui. Mais, sur le fond, il garde sa ligne et veut hâter, s’il est élu, une « recomposition » politique après la présidentielle.


Face aux médias, le FN entre censure et tentative d’instrumentalisation

Par et Caroline Monnot
Marine Le Pen en déplacement à Nice, le 13 février 2017. © Reuters Marine Le Pen en déplacement à Nice, le 13 février 2017. © Reuters

Pendant cette campagne, le Front national a élargi sa « liste noire » des médias interdits de suivre Marine Le Pen, confortant son attitude paradoxale : d’un côté il effectue un tri des journalistes, de l’autre il mène une stratégie de « dédiabolisation » qui passe beaucoup par l’utilisation des médias. Récit de deux journalistes ayant couvert le FN, Caroline Monnot (Le Monde) et Marine Turchi (Mediapart).

Nicolas Dupont-Aignan rallie le FN pour «recomposer la vie politique»

Par
Nicolas Dupont-Aignan © Reuters Nicolas Dupont-Aignan © Reuters

Le candidat souverainiste, dont le mouvement est asphyxié financièrement, a officialisé son ralliement à la candidate du Front national pour le second tour de l’élection présidentielle. Marine Le Pen, au cours d’une conférence de presse commune, a précisé qu’il serait son premier ministre si elle était élue le 7 mai. 

Le «Pourquoi pas elle?» des retraités fillonistes des Sables-d’Olonne

Par
Un groupe de retraités aux Sables-d'Olonne © LD Un groupe de retraités aux Sables-d'Olonne © LD

Dans la cité balnéaire de Vendée, qui a ravi à Nice le titre de ville la plus âgée de France, Fillon est arrivé très largement en tête du premier tour. Les électeurs de droite s'y disent désemparés pour le second. En phase avec le FN sur bien des points, ils s’inquiètent surtout de la sortie de l’euro. 

Pour serrer les rangs insoumis, Mélenchon ne donne pas de consigne

Par
capture-d-ecran-2017-04-28-a-19-07-56

Le candidat de La France insoumise indique qu'il ne votera pas Le Pen lors du second tour de la présidentielle, sans dire qu'il votera pour Emmanuel Macron. « Pourquoi je ne le dis pas ? Pour que vous puissiez rester regroupés », lance-t-il aux 490 000 soutiens de La France insoumise. Le mouvement, né il y a un peu plus d'un an, est appelé à faire bloc aux législatives.

A Amiens, Marine Le Pen tente de pirater Emmanuel Macron

Par
Emmanuel Macron devant l'usine Whirlpool d'Amiens, avant de discuter avec les salariés. © Nicolas Serve / Hans Lucas Emmanuel Macron devant l'usine Whirlpool d'Amiens, avant de discuter avec les salariés. © Nicolas Serve / Hans Lucas

Marine Le Pen y est allée au culot. Mercredi, elle s’est invitée à l’usine Whirlpool d’Amiens (Somme), tandis qu’Emmanuel Macron rencontrait les syndicats. Entre les deux candidats, tous les coups sont permis.  

Arras regarde Macron avec méfiance

Par
 © MH © MH

Pendant que Macron (se) débattait avec les salariés de Whirlpool, et avant qu’il ne tienne meeting le soir, nous avons rencontré les habitants d’Arras, qui expriment majoritairement leurs réserves et leur distance à l’égard de l’enfant du cru.

Les inégalités à l’origine du malaise social

Par
capture-d-e-cran-2017-04-27-a-18-47-35

La montée des populismes est la résultante de nos échecs économiques. Le travail se retrouve de plus en plus exclu du partage des richesses créées au profit du capital. Jamais les inégalités n’ont été aussi grandes. Un effondrement historique depuis l’avènement de l’ère industrielle.

Macron entretient le flou sur le social

Par et
capture-d-e-cran-2017-04-25-a-16-42-20

Emmanuel Macron prône une politique sociale libérale, il ne s’en cache pas. Mais souhaitant ménager partenaires sociaux et électeurs venus de la gauche, le candidat d’En Marche! demeure flou sur les modalités de mise en œuvre de ses propositions en cas de victoire.

Le FN n'est jamais du côté des salariés

Par et
capture-d-e-cran-2017-04-28-a-13-49-43

Pour nombre d'ouvriers et de précaires, Marine Le Pen est celle qui les entend le mieux. Mais dans les faits – les déclarations de ses dirigeants, leurs votes, leurs décisions, et même leur programme –, le Front national ne défend pas les intérêts des salariés. Démonstration en trois points.

Les électeurs de gauche se déchirent sur le second tour

Par
capture-d-e-cran-2017-04-25-a-14-29-14

Exaspération face aux injonctions, critiques du programme d'En Marche!, sentiment de répétition… Depuis dimanche soir, de nombreux électeurs de gauche font part de leurs profonds tiraillements, voire de leur refus de voter Macron au second tour.

Voter ou ne pas voter Macron, quand on est de gauche

voter-macron

La parole à Mathilde Larrère, historienne, moitié des Détricoteuses, Karl Ghazi, secrétaire de la CGT Commerce de Paris, Caroline de Haas, militante féministe, et Olivier Tonneau, universitaire.

La France insoumise ne cédera pas aux «injonctions absurdes» à voter Macron

Par
capture-d-e-cran-2017-04-27-a-13-10-54

Après le lancement d'une consultation de ses adhérents, les proches de Jean-Luc Mélenchon ont tenu une conférence de presse pour dire que « pas une voix » des leurs ne devrait aller au FN, tout en considérant toute autre option (abstention, vote nul ou vote Macron) « légitime et compréhensible ». Mélenchon devrait « garder sans doute son vote pour lui ».

Pourquoi la dynamique Mélenchon peut se poursuivre

Par Usul et Thibault Jeandemange
ac-12-nue

Le candidat de La France insoumise ambitionnait de « fédérer le peuple ». Ce ne sera pas pour cette fois, mais il est probable que son équipe et lui n’ont pas fait que bouleverser le jeu électoral et ont amorcé une dynamique nouvelle dans certaines parties du corps social.

La France insoumise sonde ses troupes

Par
Jean-Luc Mélenchon, dimanche 23 avril Jean-Luc Mélenchon, dimanche 23 avril

La consultation des 440 000 soutiens de la France insoumise démarre ce mardi. Les militants pourront dire s’ils veulent voter Emmanuel Macron, blanc ou nul, ou s’abstenir. Le candidat ne devrait pas s’exprimer avant le résultat. De leurs côtés, le PCF et Ensemble appellent à battre le Front national.

Discuter et comprendre le populisme (de gauche)

Par
Vidéo dans l'article Vidéo dans l'article

Au lendemain du premier tour, retour sur la notion de populisme de gauche avec Christophe Ventura, chercheur à l'Iris, spécialiste de l’Amérique latine, ancien secrétaire national du PG à l'international et soutien de Jean-Luc Mélenchon pendant la campagne présidentielle. 

Michel Broué: pourquoi il nous faut voter Macron

snaps-broue-about-mediapartlive-26-avril-2017-on-mediapart-gn

Pourquoi 2017 n'est pas 2002 et quelle mobilisation contre Marine Le Pen ? Dans sa tribune intitulée « À nos amis de gauche qui deviennent fous », Michel Broué, mathématicien, sonne l'alarme contre le Front national.

Des candidats et des affaires: comment Mediapart a enquêté

retour

Nombreux sont les abonnés qui, depuis le début de la campagne, interpellent la rédaction sur le traitement journalistique des différents candidats et des affaires les concernant. Pourquoi, en effet, toutes ces révélations sur Fillon et Le Pen et rien sur Hamon et Macron ?

Après Fillon, la droite prépare sa recomposition

droite

François Fillon battu au premier tour de la présidentielle, la droite doit à présent s’atteler à se reconstruire. Ligne politique, leadership, législatives, position à tenir vis-à-vis d’Emmanuel Macron et du Front national… Beaucoup de questions se posent.

Entre Le Pen et Macron, la droite joue avec le feu

Par
Laurent Wauquiez, François Baroin et Nicolas Sarkozy, le 9 octobre 2016. © Reuters Laurent Wauquiez, François Baroin et Nicolas Sarkozy, le 9 octobre 2016. © Reuters

Le second tour de la présidentielle divise la droite entre les partisans d’un appel à voter Macron, ceux qui préfèrent s’abstenir et ceux qui se disent prêts à voter FN. Confrontés à l’extrême droitisation d’une large partie de leur base, nombre d’élus LR craignent de voir Marine Le Pen l’emporter.

Emmanuel Macron face au mur du 7 mai

Par
Emmanuel Macron, lors de l'hommage en l'honneur du policier assassiné, Xavier Jugele, mardi, à Paris © Reuters Emmanuel Macron, lors de l'hommage en l'honneur du policier assassiné, Xavier Jugele, mardi, à Paris © Reuters

Finaliste de la présidentielle, le candidat d’En Marche! est apparu grisé par son résultat dimanche. Au risque de donner le sentiment de ne pas assez se préoccuper de « rassemblement ». Il reprend vraiment sa campagne mercredi, en déplacement dans les Hauts-de-France, région où le FN est arrivé en tête.

Sens commun refuse le front républicain de Fillon

Par
Les dirigeants de Sens commun dans un bar proche du QG de Fillon. © L.D. Les dirigeants de Sens commun dans un bar proche du QG de Fillon. © L.D.

Parmi les militants sonnés par la défaite, l'appel à faire barrage à la candidate de l'extrême droite ne fait pas l'unanimité. Sens commun, le mouvement issu de la Manif pour tous, qui a pris une place centrale dans la campagne, refuse de soutenir un candidat qui s'attaque « à tous les socles de notre pays ».

Vu d’Espagne: Mélenchon réussit le «sorpasso» rêvé par Podemos

Par
capture-d-e-cran-2017-04-24-a-17-06-02

C’est l’obsession de Podemos depuis sa création : passer devant les socialistes du PSOE. Jean-Luc Mélenchon, lui, y est parvenu en France, alors même que beaucoup de cadres de Podemos, à Madrid, ont longtemps douté de la stratégie du candidat français.

Pourquoi Marine Le Pen a gagné dans l'Outre-mer

Par
capture-d-e-cran-2017-04-24-a-18-35-14

Pour la première fois, le FN est le parti qui a recueilli le plus de voix dans les départements et collectivités d'Outre-mer. Au premier tour de l'élection présidentielle, Marine Le Pen capitalise tout à la fois sur les échecs des partis de gouvernement, le sentiment d'abandon et la prégnance des problématiques migratoires exacerbés dans ces territoires.

Présidentielle 2017: un nouvel ordre électoral se cherche encore

Par et
capture-d-e-cran-2017-04-25-a-20-14-13

Le premier tour de l’élection présidentielle de 2017 est marqué par le niveau historiquement faible de la gauche et l’émergence d’un centre indépendant capable de contester le pouvoir aux blocs de droite et de gauche qui y alternaient jusqu’à présent.

En six cartes, tous les résultats du premier tour

te-le-chargement

Retrouvez les résultats par commune, par département et par région. Et aussi, le vote par candidat dans chaque département.

Macron: «Nous avons changé le visage de la politique»

Par
Emmanuel Macron et Brigitte Macron, dimanche soir © Reuters Emmanuel Macron et Brigitte Macron, dimanche soir © Reuters

Emmanuel Macron est en tête du premier tour. Pour ses soutiens, c’est comme s'il avait déjà gagné la présidentielle. Il appelle au « rassemblement » des « patriotes » le 7 mai face au Front national, premier jalon d'une majorité à construire.

Marine Le Pen: le «premier parti de France» termine deuxième

Par
Marine Le Pen après son discours, dimanche soir, à Hénin-Beaumont. © Reuters Marine Le Pen après son discours, dimanche soir, à Hénin-Beaumont. © Reuters

Marine Le Pen se qualifie pour le second tour avec 21,3 % des suffrages et bat son record de voix. Mais en manquant la première place, elle ne parvient pas à lancer une dynamique réelle pour espérer la victoire. Décryptage d'un résultat en demi-teinte pour le FN.

Tout est maintenant à refaire. Enfin!

Par
À Bercy, ce 17 avril © Reuters À Bercy, ce 17 avril © Reuters

L'élimination des candidats des deux grands partis de gouvernement, l'irruption en tête du centriste Macron, la percée spectaculaire de La France insoumise et de son candidat Jean-Luc Mélenchon sont un bouleversement sans précédent depuis 1958. Chaque camp parle d'une recomposition complète du champ politique. Tout est à reconstruire.

Une élection sur fond de crise de régime

Vidéo dans l'article Vidéo dans l'article

Premier débat de notre soirée électorale: l'abstention et la crise de la Ve République. Invités : Camille Peugny, sociologue ; 
Valérie Igounet, historienne ; Denis Pelletier, historien, et 
Anne Jadot, politistes.

Macron-Le Pen, premières analyses

Vidéo dans l'article Vidéo dans l'article

Deuxième partie de notre soirée: la présence d'Emmanuel Macron et de Marine Le Pen au second tour, l'effondrement des partis politiques de gouvernement, la bataille des législatives.

Fillon: la recomposition de la droite est ouverte

Par
Alain Juppé, Nicolas Sarkozy et François Fillon, le 5 septembre 2015. © Reuters Alain Juppé, Nicolas Sarkozy et François Fillon, le 5 septembre 2015. © Reuters

Après des semaines de campagne au son des casseroles et des « Rends l’argent », François Fillon est éliminé. Bien décidés à ne pas endosser la responsabilité de cette défaite, nombre d’élus LR l’attaquent ad hominem. En coulisses, beaucoup préparent la suite.

Et maintenant, comment va la gauche?

Vidéo dans l'article Vidéo dans l'article

Lætitia Avia, soutien d'Emmanuel Macron, 
Sandra Laugier, soutien de Benoît Hamon,
 et Sarah Legrain, soutien de Jean-Luc Mélenchon, étaient les invitées de la troisième partie de la soirée électorale de Mediapart.

Mélenchon: une défaite aux airs de victoire

Par

Le candidat de La France insoumise a échoué à créer la surprise lors du premier tour de la présidentielle, en finissant à la quatrième place. Il a réservé son appel au vote pour le second tour. En arrivant très largement devant le PS, il se place comme incontournable à gauche pour la reconstruction à venir.

MediaPorte: «Mélenchon? Connais pas!»

Par Didier Porte
Vidéo dans l'article Vidéo dans l'article

À l'issue du premier tour de la présidentielle, Didier Porte fait son mea-culpa.

Après la débâcle Hamon, la recomposition incertaine du PS

Par
Benoît Hamon au soir de sa défaite, le 23 avril © Nicolas Serve Benoît Hamon au soir de sa défaite, le 23 avril © Nicolas Serve

Le candidat du PS a enregistré un score historiquement bas au premier tour de la présidentielle, avec seulement 6 % des suffrages, loin derrière Jean-Luc Mélenchon, également éliminé. Ses proches appellent à une recomposition de la gauche et à une refondation du PS. Mais avec des contours plus que flous dans un parti extrêmement divisé.

Et la télé souffla, l'air de rien, sur les braises lepénistes

Par
c-imfyvwsauxhrs

La soirée électorale sur les petits écrans a donné le spectacle d'un monde mort sans le savoir, favorisant inconsciemment ce qui fermente de rage lepéniste dans une France en souffrance. La machine cathodique infernale…

Croquis. 2007-2017, la revanche de François Bayrou

Par
capture-d-ecran-2017-04-24-a-01-01-15

L’Histoire a de la mémoire. Le chamboulement du 23 avril 2017 est le troisième acte d’un mouvement qui s’enclenche en 2007. En attendant le quatrième, l'avènement probable d'Emmanuel Macron est aussi la victoire de François Bayrou, dix ans après.

Jour de vote: «J’ai éliminé les partis»

capture-d-e-cran-2017-04-24-a-03-58-50

Les correspondants et envoyés spéciaux de Mediapart sont partis, dimanche 23 avril, à la rencontre des électeurs devant les bureaux de vote, pour comprendre leurs choix. Derrière une grande diversité de choix, se dégage un immense besoin de renouvellement. Récit d’une France éclatée qui ne s’est pas désintéressée du scrutin.

Direct. Hamon et Fillon appellent à voter Macron, Mélenchon ne donne pas de consigne

capture-d-e-cran-2017-04-24-a-04-02-49

Revivez notre suivi en direct de la journée de vote puis de la soirée électorale, avec nos envoyés spéciaux en régions et dans les QG des candidats, ainsi qu'avec nos dessinateurs de Battre la campagne.

Voter, et voter pour

Par
1492966007556844

Il n’est pas l’heure des votes tactiques. C'est le moment d'un vote d'adhésion.

Les différents projets point par point

capture-d-e-cran-2017-03-03-a-15-56-20

Notre comparatif sur dix-sept thèmes.

Macron, le «jeune loup» à l’assaut de l’Elysée

Par
 © Reuters © Reuters

Emmanuel Macron était inconnu des Français il y a trois ans. À 39 ans, il prétend devenir président de la République au terme d’une campagne 2.0, ultra-marketée, dont il est le produit principal. Récit d’une campagne où l’énarque orthodoxe s'est affiché en homme neuf.

Emmanuel Macron, libéral de gauche à droite

Par
 © Reuters © Reuters

Énarque, jeune banquier d’affaires chez Rothschild, conseiller économique de François Hollande, ministre de Manuel Valls… puis candidat à l'élection présidentielle. Nos enquêtes, analyses et reportages.

Mélenchon s’est imposé comme le vote «utile» de gauche

Manuel Bompard, directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon, à bord du camion « Au tour du peuple » © CG Manuel Bompard, directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon, à bord du camion « Au tour du peuple » © CG

Le candidat de La France insoumise est parvenu à se hisser parmi les prétendants au second tour. Il a construit un mouvement à même de porter son ambition indépendante du PS et hors parti.

Jean-Luc Mélenchon, la marche du tribun

capture-d-ecran-2017-01-18-a-09-44-02

Retrouvez notre compte-rendu de la campagne du héraut de la France insoumise, de sa déclaration de candidature en février 2016 jusqu'aux portes du second tour de la présidentielle.

Hamon, les prémices d'une rénovation inaboutie

Par
Benoît Hamon en campagne de primaire © Reuters Benoît Hamon en campagne de primaire © Reuters

Le candidat socialiste espère limiter, dimanche, l'ampleur de sa défaite annoncée. Prisonnier de l'appareil du PS et de ses propres hésitations malgré un programme renouvelé, il n'a jamais réussi à prendre la main sur une campagne chaotique.

Benoît Hamon, de la surprise à la survie

Benoît Hamon, en janvier dernier. © Nicolas Serve Benoît Hamon, en janvier dernier. © Nicolas Serve

Retrouvez nos enquêtes, reportages et analyse sur le vainqueur inattendu de la primaire du PS, devenu candidat d'un parti en lambeaux et ne parvenant pas à trouver son espace entre Mélenchon et Macron.

Fillon a organisé sa campagne entre démagogie et mensonges

Par et
 © Reuters © Reuters

Le candidat de la droite a conclu vendredi sa « douloureuse » campagne sur le thème du « totalitarisme islamique », l’une de ses marottes. Empêtré dans les affaires depuis fin janvier, il a multiplié les contre-vérités et radicalisé son propos pour tenter de se maintenir dans la course. À la veille du premier tour, il est encore convaincu de créer la surprise dimanche.

François Fillon, une campagne, des affaires

Par
François Fillon © Reuters François Fillon © Reuters

L'ancien premier ministre est rattrapé par le scandale des emplois présumés fictifs de sa femme Penelope et des rémunérations consenties à ses enfants. Tétanisée, la droite s'interroge : François Fillon a-t-il encore la moindre chance de gagner la présidentielle ?

Les candidats, leur campagne

Élysée 2017, candidat par candidat.