«C’est un système oligarchique qui gouverne le Liban»

Par et

Fawwaz Traboulsi, figure de la gauche et de la scène intellectuelle au Liban, évacue les lieux communs sur le « miracle » libanais ou le système confessionnel, pour exposer les fragilités cachées et les fonctionnements concrets d’un pays dont des pans entiers sont en train de s’effondrer, en dépit de la « résilience » vantée par ses habitants.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Beyrouth (Liban), de nos envoyés spéciaux.– Fawwaz Traboulsi, professeur à l’Université américaine de Beyrouth, est une éminente figure de la scène intellectuelle libanaise, en particulier à travers la revue Bidayat et ses nombreuses études de référence, telles que A History of Modern Lebanon (Pluto Press, 2007), ou son analyse du pouvoir politique libanais au regard des classes sociales qui composent le pays, publiée par la fondation Heinrich-Böll. Il est aussi un des penseurs d’une gauche libanaise aujourd’hui divisée et mal en point, notamment sur le soutien à apporter au Hezbollah chiite qui est intervenu aux côtés du régime Assad en Syrie. Pour Mediapart, il revient sur les menaces qui planent encore sur le Liban, après une certaine forme de stabilisation politique, et sur la manière dont la question sociale demeure largement évacuée des façons de penser l’avenir du pays et de la région.