Notre dossier: l'Europe centrale, à droite toute

Notre dossier: l'Europe centrale, à droite toute

La Pologne, la Hongrie, la République Tchèque et la Slovaquie forment le « groupe de Visegrad » au sein de l'Union européenne. Dirigés par des majorités ultraconservatrices ou des exécutifs socio-démocrates ayant complètement rompu avec une politique de gauche, ces pays tracent aujourd'hui la voie d'une Europe des nationalismes et du repli sur soi.

La Slovaquie veut se distinguer dans une Europe centrale gagnée par l’autoritarisme

Par

Le premier ministre slovaque Robert Fico a opéré un virage sur l’Union européenne. Il assure vouloir se rapprocher du noyau dur de l’UE et prend ses distances vis-à-vis de ses voisins. Pour le politologue Grigorij Mesežnikov, toutefois, ce positionnement est avant tout pragmatique.

L’issue du bras de fer entre l’UE et la Pologne reste incertaine

Par
Manifestation contre la réforme de la justice, à Varsovie le 26 juillet 2017 © Kacper Pempel / Reuters. Manifestation contre la réforme de la justice, à Varsovie le 26 juillet 2017 © Kacper Pempel / Reuters.

La commission de Bruxelles a durci le ton en juillet face à Varsovie, accusée de piétiner l’indépendance de la justice. Mais l’efficacité de l'offensive reste à voir. L’UE ne dispose toujours pas d’instruments permanents pour faire respecter l’État de droit sur le continent.

En Pologne, la fracture se creuse entre le pouvoir et la population sur l’UE

Par
Manifestation contre les réformes judiciaires à Varsovie, le 26 juillet 2017 © Reuters Manifestation contre les réformes judiciaires à Varsovie, le 26 juillet 2017 © Reuters

La Commission européenne a ouvert fin juillet une procédure d’infraction à l’encontre de la Pologne pour ses réformes du système judiciaire. Alors que le pouvoir s’enferme dans une posture hostile à Bruxelles, la mobilisation dans la rue a atteint un niveau sans précédent, révélant un profond attachement aux institutions européennes.

Macron «au contact» avec le groupe de Visegrad

Par

En marge du Conseil européen à Bruxelles, le chef d’État français a tenu une réunion tendue, vendredi, avec ses homologues polonais, hongrois et slovaque. Il cherche surtout à dépasser les désaccords dans le dossier toujours aussi compliqué des travailleurs détachés.

Pologne, Hongrie: ce que font les droites extrêmes au pouvoir

Par
Manifestation pro-européenne d'opposition à Viktor Orban, le 1er mai 2017, à Budapest © Reuters Manifestation pro-européenne d'opposition à Viktor Orban, le 1er mai 2017, à Budapest © Reuters

A Varsovie et Budapest, des droites ultraconservatrices sont aux manettes. Deux pays au cœur de l’Europe, et deux gouvernements qui ont imposé le repli national et une législation ultraconservatrice. Nul besoin d’aller très loin pour se rendre compte de ce que ferait le Front national une fois au pouvoir…

Viktor Orbán s’en prend à l’université, la contestation grandit à Budapest

Par
Manifestation à Budapest, le dimanche 9 avril 2017. © Ludovic Lepeltier-Kutasi pour Hu-lala.org Manifestation à Budapest, le dimanche 9 avril 2017. © Ludovic Lepeltier-Kutasi pour Hu-lala.org

Des manifestations antigouvernementales massives, déclenchées par l’attaque contre l’université d’Europe centrale, secouent la Hongrie. Face aux opposants, la propagande tourne à plein régime et le pouvoir s’enferme dans la haine et le mensonge… en se faisant menaçant.

«La Pologne est devenue un problème pour l'Union européenne»

Par
Début de l'occupation du Parlement par les députés de l'opposition polonaise, le 16 décembre 2016 © Reuters Début de l'occupation du Parlement par les députés de l'opposition polonaise, le 16 décembre 2016 © Reuters

Depuis le 16 décembre, les députés de l’opposition polonaise occupent le Parlement à Varsovie. Ils contestent le vote du budget, opéré en catimini par le parti au pouvoir, ouvrant un nouveau front contre sa dérive autoritaire. Entretien avec le député à l’origine de la mobilisation.

«Les gauches européennes doivent changer de modèle»

Par

Barbara Nowacka est l'une des figures qui contribuent depuis quelques années au renouvellement de la gauche polonaise. Entretien avec une féministe engagée, lauréate 2017 du prix Simone de Beauvoir.

En Hongrie, on fête Trump… en attendant Poutine

Par

Le premier ministre Viktor Orbán, qui a joué il y a trois ans la carte russe, affiche son soutien à Donald Trump. Cela ne l'empêche nullement de recevoir Vladimir Poutine jeudi à Budapest : l'heure est à l'alliance des nationalistes, populistes, chrétiens et conservateurs ! Le tout sur le dos de tous les opposants de la société civile.

Hongrie: les accusations de corruption massive font vaciller le régime Orbán

Par
Le premier ministre hongrois Viktor Orbán, le 22 juillet 2016. © Reuters Le premier ministre hongrois Viktor Orbán, le 22 juillet 2016. © Reuters

Dans l’État « illibéral » de Viktor Orbán, la collusion entre politique et économie est quasi totale. Ses adversaires, à gauche et à l’extrême droite, dénoncent un État mafieux et au service des intérêts d’une oligarchie. « Intérêt national ! », brandit en retour le Fidesz, parti de Viktor Orbán.

Derrière le «populisme», des basculements ultra-conservateurs

Par

Le succès de Donald Trump aux États-Unis rappelle la progression des droites ultraconservatrices en Europe centrale. C'est aussi l’occasion de réfléchir à nouveau à la catégorie de «populisme», brandie sans cesse dans les médias. Explications avec Frédéric Zalewski, chercheur.

Dans une Pologne divisée, les résistances tentent de faire surface

Par

Varsovie a rejeté, ce jeudi 27 octobre, les recommandations de la commission européenne pour se remettre sur les rails de l’État de droit. Tandis que le pouvoir ouvre un nouveau front, cette fois-ci en Europe, des Polonais continuent de s’insurger contre ses dérives autoritaires.

«La peur» a poussé les Polonaises dans la rue

Par

L’offensive du gouvernement polonais pour interdire complètement le droit à l’avortement a été contrée par une mobilisation massive dans la rue. Mais le mouvement des femmes est encore balbutiant. Entretien avec l’une des figures du féminisme en Pologne, Agnieszka Graff.

Penser l'absence des Juifs en Pologne avec Igor Ostachowicz

Par

C'est un roman qui dérange. La Nuit des Juifs-vivants met en scène avec humour le réveil des disparus de l'ancien ghetto de Varsovie. Rencontre avec un auteur iconoclaste de la scène littéraire polonaise.

Un mouvement d’opposition de masse a émergé en Pologne

Par
Mateusz Kijowski, l’un des fondateurs du KOD © Amélie Poinssot Mateusz Kijowski, l’un des fondateurs du KOD © Amélie Poinssot

Une organisation citoyenne pour faire pression sur les partis politiques : c’est l’ambition du KOD (Comité de défense de la démocratie), créé l’an dernier en opposition au tournant ultraconservateur pris par Varsovie. Rencontre avec Mateusz Kijowski, son président.

Le gouvernement polonais impose une relecture politique de son passé

Par
En 2001, à Jedwabne, Aleksander Kwaśniewski, alors président, prononce les premières excuses officielles au nom de l'État polonais © Reuters En 2001, à Jedwabne, Aleksander Kwaśniewski, alors président, prononce les premières excuses officielles au nom de l'État polonais © Reuters

Le gouvernement ultraconservateur en place à Varsovie lance de nouvelles offensives: une remise en cause du déjà très restrictif droit à l’avortement et une relecture de la Seconde Guerre mondiale. Gros plan sur cette nouvelle politique historique.

Le résultat du référendum anti-migrant n’est qu’un demi-échec pour Orbán

Viktor Orbán lors des résultats le 2 octobre au soir. © Reuters Viktor Orbán lors des résultats le 2 octobre au soir. © Reuters

Le seuil de 50 % de participation n’a pas été atteint lors du référendum de ce dimanche 2 octobre en Hongrie. Les électeurs étaient sommés de se prononcer contre la politique européenne de quotas de répartition des réfugiés. En réalité, cela fait longtemps que le premier ministre hongrois a gagné cette bataille à Bruxelles.

Référendum anti-migrants en Hongrie: voyage au bout de la xénophobie

Par
Le premier ministre hongrois Viktor Orbán, le 22 juillet 2016. © Reuters Le premier ministre hongrois Viktor Orbán, le 22 juillet 2016. © Reuters

On imaginait Sopron, ville hongroise frontalière de l’Autriche, un pied hors de la névrose politique nationale à la veille du référendum anti-migrants du 2 octobre. Or la cité se révèle un miroir des intentions démagogiques du premier ministre Viktor Orbán.

Europe centrale: les raisons de la droitisation

Par
Manifestation pro-européenne d'opposition au gouvernement polonais, mercredi 1er juin à Varsovie © Reuters Manifestation pro-européenne d'opposition au gouvernement polonais, mercredi 1er juin à Varsovie © Reuters

La Commission européenne a commence à hausser le ton contre la Pologne. Mais plusieurs élections, ces derniers mois, ont vu des pays d'Europe centrale basculer vers une droite ultra. Mediapart a interrogé plusieurs spécialistes de la région.

Après le Brexit, l’Europe centrale est déterminée à jouer sa carte

Par

Le référendum britannique renforce la cohésion du groupe de Visegrad (Pologne, Hongrie, République tchèque, Slovaquie), déjà à l’œuvre lors de la crise des réfugiés. Même si ces pays assurent vouloir avancer à l’unisson avec les Vingt-Sept, une vision de l’Europe refait surface : celle d’une Union limitée à un grand marché avec un poids renforcé des États membres.

Hongrie: la dérision politique devient une arme anti-Orbán

Par Corentin Léotard et Ludovic Lepeltier-Kutasi

Face à l’autoritarisme du gouvernement Orbán, et à quelques jours du référendum du 2 octobre, la société hongroise ressuscite son humour politique aux confins de l’absurde, qui faisait sa force sous le régime soviétique.

Hongrie: la politique du pire de Viktor Orbán

Par
Le premier ministre hongrois à Budapest le 15 mars 2016. © Reuters Le premier ministre hongrois à Budapest le 15 mars 2016. © Reuters

Au milieu du fracas du monde et de l'Europe, le premier ministre hongrois continue de se nicher dans le pire. Avant le référendum organisé le 2 octobre sur l'accueil des réfugiés, Viktor Orbán a annoncé la construction d’une nouvelle clôture anti-migrants. Derniers développements à mettre au compte de ce démocratophage…

Hongrie: Orbán lance un référendum pour barrer la route aux réfugiés

Par Corentin Léotard

Le premier ministre a annoncé, pour l'automne, un référendum sur le programme européen d'accueil des réfugiés. Hostile au système de quotas, il communique à tout-va et construit méthodiquement des alliances au niveau européen.

Contre les migrants, la Hongrie matraque à plein

Par Philippe Bertinchamps
La frontière entre la Serbie et la Hongrie © Marija Janković La frontière entre la Serbie et la Hongrie © Marija Janković

Affiches, spots publicitaires à la radio et à la télévision… Tandis que la campagne référendaire bat son plein, pour ou contre la « relocalisation » des migrants en vertu de l'accord européen, des centaines de réfugiés espèrent un jour pouvoir passer les murs de barbelés érigés par Budapest à la frontière entre la Serbie et la Hongrie. À leurs risques et périls. 

Ce qui distingue les droites réactionnaires en Pologne et en Hongrie

Par

Le nouveau gouvernement à Varsovie a annoncé, depuis son entrée en fonctions début novembre, une série de mesures fracassantes mettant à mal certains principes de la démocratie polonaise. Face à ce virage autoritaire, la société civile proteste et dénonce une « orbanisation » de la Pologne, du nom du premier ministre hongrois. Varsovie et Budapest sont-elles en train de prendre le même chemin ?

Bruxelles place la Pologne sous surveillance

Par
Manifestation en défense de la télévision publique polonaise, le 9 janvier 2016. Une banderole représente Jarosław Kaczyński, le chef du PiS, en marionnettiste. © Reuters Manifestation en défense de la télévision publique polonaise, le 9 janvier 2016. Une banderole représente Jarosław Kaczyński, le chef du PiS, en marionnettiste. © Reuters

Après les mesures inquiétantes prises par le nouveau gouvernement polonais, la Commission s’est saisie du dossier ce mercredi 13 janvier. Pour comprendre les enjeux de cette décision inédite, Mediapart a interrogé des élus et des analystes européens.

En Pologne, la droite conservatrice succède à la droite libérale

Par

Les Polonais votaient dimanche 24 mai pour l'élection présidentielle. Bronisław Komorowski, candidat à sa réélection, a échoué devant le candidat de l'opposition, Andrzej Duda. La droite conservatrice revient au pouvoir, et avec elle ses vieux démons : euroscepticisme et repli sur soi.

En Pologne, un nouveau gouvernement à droite toute

Par

Un nouveau gouvernement a été formé à Varsovie, conséquence des élections législatives du 25 octobre, remportées haut la main par le parti Droit et Justice (PiS). La droite conservatrice revient aux manettes de l'exécutif polonais dans le contexte de la crise des réfugiés et à l'approche de la COP21 : deux dossiers dans lesquels elle va s'illustrer par ses positions rétrogrades et nationalistes.

Maya Szymanowska: «La Pologne est un pays encore à construire»

Par

Les Polonais s'apprêtent à voter, le 25 octobre, pour élire de nouveaux députés. Dans un essai publié aux ateliers Henry Dougier, la journaliste et spécialiste de la Pologne Maya Szymanowska raconte les différentes facettes de ce pays devenu un acteur incontournable de l'Union européenne, parfois pris au piège de ses propres contradictions.

Intraitable, la Slovaquie ne veut pas entendre parler de réfugiés

Par

En Slovaquie, les réfugiés n'existent pratiquement pas. Mais il n'est question que d'eux. Avant les élections de mars, les responsables politiques se livrent à une incroyable surenchère. Le premier ministre refuse d'en accueillir plus que quelques centaines. Reportage.

« La Slovaquie doit se montrer solidaire », selon son président

Par

Dans un entretien à Mediapart, Andrej Kiska appelle le gouvernement de son pays, opposé aux quotas européens d'accueil de réfugiés, à sortir de « la mauvaise route » qu'il est en train de prendre. Les ministres de l’intérieur de l’Union européenne se retrouvent ce mardi pour discuter de la répartition des réfugiés en Europe.

Réfugiés: en Pologne, la solidarité de la société contraste avec l'égoïsme du pouvoir

Par

Au pays de Solidarność, les initiatives pour accueillir des réfugiés syriens se multiplient. Elles viennent de la société civile, de l’Église, des mairies… Tandis que les politiques, complètement à contre-courant et les yeux rivés sur les prochaines élections, ont freiné un maximum sur la question des quotas.

Crise des réfugiés: le cri d'alarme d'une cinéaste polonaise

Par

La cinéaste polonaise Agnieszka Holland a signé, avec une centaine d'intellectuels et d'artistes d'Europe centrale, une lettre ouverte pour encourager l'accueil des réfugiés dans ces pays postcommunistes. Elle dénonce « les émotions hostiles » qui menacent l'Europe centrale. Entretien.

Malgré le «mur», la Hongrie est plus que jamais traversée par les migrants

Par Corentin Léotard

Le mur de barbelés dressé pour fermer la frontière avec la Serbie est aisément contourné. Jamais autant de migrants n’ont traversé la Hongrie, plus de 70 000 depuis que ce pays est officiellement bouclé ! Passés par la Croatie, les réfugiés sont aussitôt conduits vers l'Autriche par les autorités hongroises.

Migrants: en Hongrie, solidarités contre la xénophobie d’État

Par Corentin Léotard

La politique du gouvernement hongrois génère des sursauts de solidarité envers les migrants qui traversent le pays pour gagner l’Allemagne. 

En Hongrie, l'afflux de réfugiés provoque une surenchère droitière

Par Corentin Léotard
Des réfugiés campent dans la gare de Budapest, le 28 août 2015 © Reuters Des réfugiés campent dans la gare de Budapest, le 28 août 2015 © Reuters

La pression humaine de plus en plus forte à sa frontière sud, la politique d’accueil de l’Allemagne et le drame des 71 personnes retrouvées mortes jeudi n’ébranlent pas la foi du gouvernement de Viktor Orbán en sa mission : il faut stopper la route des exilés du Moyen-Orient pour protéger la Hongrie et l’Europe.

La mort tant annoncée d'Imre Kertész

Par
Imre Kertész. © (dr) Imre Kertész. © (dr)

Le prix Nobel de littérature Imre Kertész est décédé ce jeudi 31 mars à Budapest. Retour sur un écrivain qui, dans L'Ultime Auberge (Actes Sud), offrait des adieux aussi fascinants qu'irritants.

György Konrád : «La censure peut même se lire sur les visages»

Par
Miklós et György Konrád, Budapest, avril 2015 (© A.P.) Miklós et György Konrád, Budapest, avril 2015 (© A.P.)

Rencontre à Budapest avec l'écrivain György Konrád, né en 1933, et avec son fils, l'historien Miklós Konrád, né en 1967. Regards croisés sur la Hongrie, pays mutant coincé entre son passé socialiste et l'avenir national-populiste que lui trace Viktor Orbán...

En Hongrie, Viktor Orbán persiste chaque jour à saper la démocratie

Par
Affiche électorale du Jobbik, parti fascisant hongrois... Affiche électorale du Jobbik, parti fascisant hongrois...

Le premier ministre hongrois, Viktor Orbán, fragilisé par la montée en puissance de l'extrême droite, s'aligne davantage sur le Jobbik, parti post-fasciste. Budapest prône la chasse aux immigrés, le rétablissement de la peine de mort et la fin des vestiges démocratiques en Europe.

Poutine-Orbán: la force de l'axe

Par

À Budapest, l'autocrate Viktor Orbán se pose en Chávez anti-yankee de la Mitteleuropa. Il sert d'agent d'influence à Vladimir Poutine, qui joue au de Gaulle russe ramassant le tronçon du glaive de l'Europe des nations. La réalité s'avère plus régressive. Et antidémocratique au possible…

Adam Zagajewski: «Voici que renaît la vieille Europe des haines recuites»

Par
Adam Zagajewski. © (dr) Adam Zagajewski. © (dr)

Adam Zagajewski, l’un des plus grands poètes polonais vivants, évoque l'Ukraine où il est né, la Pologne, sa patrie, l'Europe en laquelle il espère encore, la Russie dont il ne voudrait pas désespérer malgré Vladimir Poutine. Et le tourbillon de l'Histoire qui secoue tout cela…

Hongrie: Viktor Orbán populiste mais populaire, pourquoi?

Par Hélène Bienvenu et Corentin Léotard
Le premier ministre hongrois, Viktor Orbán, le 15 mars. © Reuters Le premier ministre hongrois, Viktor Orbán, le 15 mars. © Reuters

Ultra-conservateur, il est à nouveau l'écrasant favori des élections législatives qui doivent se tenir le 6 avril. Voici les treize raisons de sa puissance et de sa popularité.

Le Musée de l'histoire des Juifs ouvre ses portes à Varsovie

Par
Le musée de l'histoire des Juifs à Varsovie © Amélie Poinssot Le musée de l'histoire des Juifs à Varsovie © Amélie Poinssot

Le Musée de l'histoire des Juifs polonais ouvre ce mardi 28 octobre. En plein cœur de l'ancien ghetto, il est le point d'orgue de vingt ans d'initiatives politiques, de recherche historienne et de travail de mémoire. Si pendant longtemps l’histoire des Juifs et de leur extermination est restée exclue du récit national, l'ouverture de ce musée atteste de la fin de ce refoulement.

Tous les articles