Boris Vallaud : « Je ne crois pas aux privilégiés d’en bas »

Soucieux de parler aux « classes populaires laborieuses », le chef de file du groupe socialiste à l’Assemblée nationale estime que leurs intérêts sont conciliables avec la transition écologique. Et met en garde contre la banalisation de l’extrême droite.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

La rentrée politique et sociale s’annonce lourde, en raison d’une stratégie présidentielle consistant à ouvrir plusieurs fronts en même temps. Le test sera important non seulement pour le gouvernement, mais aussi pour son opposition de gauche, dont l’unité et les capacités de mobilisation seront mises à l’épreuve.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal