Enquetes

  • Un marathon qui pourrait mener vers l'Elysée

    Par

    Il se dit concentré sur les solutions à apporter à la crise, tout entier dévoué à Nicolas Sarkozy. Il n'empêche: comme la grande majorité des premiers ministres de la Ve République, François Fillon pense forcément à la prochaine élection présidentielle. Et ce d'autant plus que sa cote de popularité dépasse celle du chef de l'Etat. Troisième volet de notre enquête.

  • Soupçons d'espionnage généralisé chez les opposants au nucléaire

    Par et
    Les soupçons s'éveillent, un à un. Depuis la mise en cause d'EDF dans une affaire d'espionnage visant l'association écologiste Greenpeace, plusieurs experts, consultants, anciens conseillers ministériels et militants associatifs opposés à la politique nucléaire de la France ont raconté au cours d'entretiens avec Mediapart les soupçons qu'ils éprouvent après une série de cambriolages, vols d'ordinateur ou surveillances diverses dont ils ont été victimes ces dernières années. Notre enquête.
  • «Lui c’est Nicolas, moi c’est François»

    Par

    Il va fêter ses deux ans à Matignon. Pour beaucoup, François Fillon, catalogué «gaulliste social», a vendu son âme au diable en quittant Jacques Chirac pour rejoindre Nicolas Sarkozy en 2004. Celui qui a fait ses armes dans l'équipe de Philippe Séguin a souvent été la caution sociale de gouvernements libéraux. Mais le «fillonisme» existe-t-il? Porte-t-il vraiment les valeurs d'une droite traditionnelle, sociale et «anti bling-bling», comme l'affirment ses proches? Où n'est-ce qu'un faible avatar du sarkozysme. Deuxième volet de notre enquête. (Photo © Rémi Jouan).

  • Fillon deux ans après: une froide revanche enfin prise sur Sarkozy

    Deux ans à Matignon et le temps de l'humiliation est fini. La crise sévit, le pays gronde, les problèmes assaillent le couple exécutif et lui, le premier ministre, ne s'est jamais mieux porté politiquement. Comme si, dans le tandem qu'il forme avec Nicolas Sarkozy, le président de la République s'affaiblirait tandis que lui se requinquerait au fur et à mesure qu'il affirme son identité. Foin du bling-bling, le vrai homme de droite, c'est lui. Effacé mais convaincu. Endurant mais pas résigné. Et si François Fillon existait vraiment? Enquête de Mediapart, en quatre volets, sur un des mystères de la politique française.

  • Révélations sur un drôle d'accord entre la justice française et le Qatar

    Par et

    Plusieurs pays arabes et du Moyen-Orient appliquant la charia, parmi lesquels l'Iran, l'Arabie saoudite ou le Soudan, vont financer les activités d'une antenne de l'Ecole nationale de la magistrature (ENM) au Qatar, selon des documents officiels obtenus par Mediapart. Ce pôle permanent de l'ENM à l'étranger – une première à ce jour – a été voulu par la ministre de la justice, Rachida Dati. Cette antenne de l'ENM aura son siège à Doha, capitale du Qatar, un pays avec lequel la garde des Sceaux semble entretenir des liens privilégiés. Mme Dati est en déplacement ce lundi en Jordanie, l'un des pays appelés à financer ce projet inédit.

  • Brice Hortefeux, le ministre virtuel

    Par

    Les défilés du 1er mai, qui réunissaient les huit principaux syndicats français, ont mobilisé plusieurs milliers de personnes en France. Les syndicats ont annoncé un total de 1,2 million de manifestants (465.000 selon la police) dont 160.000 à Paris (65.000 selon la police). Ces chiffres sont nettement supérieurs à ceux de 2008. Le 19 mars, la mobilisation avait été plus forte puisque 3 millions de personnes (selon les syndicats) s'étaient retrouvées dans les rues. N'empêche, c'est un nouveau message fort adressé à Nicolas Sarkozy et au gouvernement. Pourtant, le ministre du travail, Brice Hortefeux, n'a pas prévu de rencontrer les acteurs sociaux. Portrait d'un ministre du travail très politique et pas pressé de se plonger dans les dossiers, alors que la crise fait rage.

  • Julien Coupat: «L'antiterrorisme est la forme moderne du procès en sorcellerie»

    Par

    Ironie, fronde, démentis. Aux policiers, Julien Coupat, mis en examen dans l'affaire du sabotage des lignes TGV, a opposé un silence constant – qui en dit long sur son engagement. Face au juge, il s'est montré plus disert. Et ses déclarations, auxquelles Mediapart a eu accès, éclairent l’«affaire Tarnac» sous un jour nouveau. A lire également nos révélations sur les anomalies de l’enquête et la surveillance toute particulière dont Julien Coupat fait l’objet en prison.

  • Julien Coupat: «l'antiterrorisme est la forme moderne du procès en sorcellerie.»

    Par
    Ironie, fronde, démentis. Aux policiers, Julien Coupat, mis en examen dans l'affaire du sabotage des lignes TGV, a opposé un silence constant –qui en dit long sur son engagement. Face au juge, il s'est montré plus disert. Et ses déclarations, auxquelles Mediapart a eu accès, éclairent l’«affaire Tarnac » sous un jour nouveau. A lire également nos révélations sur les anomalies de l’enquête et la surveillance toute particulière dont Julien Coupat fait l’objet en prison.
  • Villepin tente l'OPA sur le front anti-Sarkozy

    Par

    Dominique de Villepin a déclaré vendredi 24 avril qu'il souhaitait «très fort» pouvoir être candidat à la présidentielle de 2012. Il se pose, aujourd'hui, comme le porte-drapeau du front anti-Sarkozy qui s'organise à droite. Mais son avenir politique est suspendu au procès de l'affaire Clearstream, dans lequel il sera jugé à partir du 14 septembre.

  • Comment Villepin se prépare pour 2012

    Par

    Dominique de Villepin et Alain Juppé critiquent la «rupture» de Nicolas Sarkozy parfois aussi violemment que François Bayrou, dont l'opposition au sarokozysme est le fond de commerce; les parlementaires de la majorité accumulent les actes de rébellion; les rencontres et les conciliabules se multiplient au cours de déjeuners et dans les cercles de réflexion politiques. Autant de signaux qui témoignent de fissures en "Sarkozie" mais aussi du malaise d'une partie de la droite qui ne se reconnaît plus tout à fait en celui qu'elle a porté à L'Elysée en 2007. Ces mécontentements peuvent-ils déboucher sur une candidature alternative crédible en 2012?