Marine Turchi

J'ai rejoint Mediapart à sa création pour couvrir la droite et l'extrême droite.

→ Pour me joindre: marine.turchi@mediapart.fr.
→ PGP: 962BEB3F

Consulter ici ma déclaration d'intérêts.

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • REM embrase Saint-Cloud

    Par
    Rock en Seine 2008 © marineturchi

    Après Rage against the machine la semaine dernière, le festival francilien Rock en Seine accueillait jeudi un groupe rock des années 1990 d'un autre genre: REM. Avant cette tête d'affiche, le quatuor américain Tricky, le duo franco-finlandais The Do, Kaiser Chiefs, Dirty Pretty Things, Wax Tailor, entre autres, s'étaient succédé sur les trois scènes du domaine de Saint-Cloud (Hauts-de-Seine). Mediapart vous fait partager cette soirée en images et en musique.
  • Hervé Morin, le «ministre amateur»

    Par

    En un an, le président du "Nouveau Centre" est passé du statut de traître de Bayrou à celui de ministre de la défense-tête de Turc des militaires. Attitude désinvolte, travail approximatif, méconnaisance des dossiers, gaffes à répétition, etc. Le ministre de la défense essuie aujourd'hui une vague de critiques violentes sur sa gestion de la crise afghane. En cause: sa communication, mais surtout ses compétences.

  • Régionales: trois ministres pour un fauteuil en Ile-de-France

    Par
    La présidence de l'Ile-de-France, belle reconversion pour un ministre ? Entre Roger Karoutchi (relations avec le Parlement), prétendant de longue date, Yves Jégo (outre-mer), qui souhaite «réunir les oubliés du Grand Paris» et, depuis samedi, Valérie Pécresse (enseignement supérieur), autoproclamée «candidate de la vie quotidienne», la bataille pour les primaires des régionales de 2010 a déjà commencé.
  • Annonces de Fillon: l'UMP réplique au PS

    Par
    Ni relance, ni rigueur, mais la poursuite des réformes. C'est ce qu'a annoncé lundi François Fillon, en réponse aux mauvais chiffres de la croissance du deuxième trimestre. Alors que l'opposition s'est précipitée pour réclamer l'annulation d'une partie du "paquet fiscal", dont elle dénonce depuis un an le caractère injuste et coûteux, la majorité entend bien garder le cap des réformes.
  • A l'UMP de Paris, les ministres rangent leurs armes

    Par
    Alors que les élus parisiens se préparaient à un duel entre les ministres Christine Lagarde et Rachida Dati pour prendre la tête de la première fédération UMP de France (31.000 adhérents revendiqués), c'est finalement le président sortant, Philippe Goujon, qui devrait solliciter un troisième mandat, contrairement à ce qu'il avait annoncé il y a plusieurs mois. Les élus de la capitale ont-ils opté pour l'apaisement ou bien faut-il y voir la main de Nicolas Sarkozy?
  • François Bayrou: «une réformette qui n'aborde aucune des questions essentielles»

    Par et
    Au lendemain de l'adoption par le congrès de la réforme des institutions, François Bayrou nous a reçus pour évoquer ce texte et les conditions du vote. Il dénonce un «chantage» et des «menaces de couper les circonscriptions des radicaux». Il pointe surtout du doigt une «réformette qui n'aborde pas les trois questions essentielles qui se posent» et porte en elle «des germes de blocage pour la suite». Mais le combat du président du MoDem n'est-il pas un peu tardif? Entretien.
  • La nouvelle Constitution adoptée avec une voix d'avance

    Par et
    Le Congrès réuni à Versailles a adopté la révision constitutionnelle initiée par Nicolas Sarkozy, le parti du Président l'emportant avec une seule voix d'avance. Les socialistes ont dénoncé une victoire étriquée, obtenue à coups de pressions, sur les irréductibles de l'UMP comme sur les radicaux de gauche. Jack Lang, dont certains camarades ont estimé qu'il avait fait basculer le vote en choisissant le "oui", semblait menacé d'exclusion.
  • La réforme des institutions adoptée à une voix

    Par
    On savait l'issue incertaine, on prédisait un écart court, il a été ridicule. Avec une seule voix d'avance, la réforme des institutions a été adoptée (539 voix contre 357), lundi en fin d'après-midi, par le Parlement réuni en Congrès, au château de Versailles. Avant le vote, Mediapart a traîné son micro dans les couloirs pour savoir les intentions des radicaux de gauche, centristes, souvenairistes, villepinistes et autres socialistes incertains.
  • Devedjian met le feu aux poudres dans les Hauts-de-Seine

    Par

    Patrick Devedjian entend bien faire le ménage dans les Hauts-de-Seine et il le dit, évoquant «des anomalies anciennes» qu'il a «trouvées en ouvrant les placards». Critiqué par une partie de sa majorité, menacé par le nouveau président du groupe UMP, Jean Sarkozy – et derrière lui Isabelle Balkany –, le président du conseil général est aussi en lutte permanente avec son prédécesseur, Charles Pasqua, encore très influent dans le département. L'ancien patron du 92 et une partie des conseillers généraux répliquent.

  • Sarkozy appelle les députés à la «responsabilité»

    Par et
    A six jours du Congrès sur la réforme des institutions, le chef de l'Etat a reçu, mardi midi, les députés UMP pour une nouvelle réunion à l'Elysée. Nicolas Sarkozy s'est efforcé de mobiliser les troupes de la majorité pour un vote dont l'issue est encore incertaine, appelant les députés à la «responsabilité». Interpellé sur les droits de l'homme et la visite du président syrien à Paris, il a justifié sa position dans une longue leçon de realpolitik. Lire aussi les 30 nouveautés de la "Constitution Sarkozy" rassemblées en trois tableaux.