Marine Turchi

J'ai rejoint Mediapart à sa création pour couvrir la droite et l'extrême droite.

→ Pour me joindre: marine.turchi@mediapart.fr.
→ PGP: 77ED666B

Consulter ici ma déclaration d'intérêts.

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Afghanistan: les faux-semblants de la bataille parlementaire

    Par et
    Devant l'Assemblée nationale, puis le Sénat, François Fillon a posé, lundi 22 septembre, la question de la prolongation de l'action de la France en Afghanistan. Les deux chambres ont voté oui à la suite d'un débat couru d'avance. La gauche ne s'est finalement pas divisée même si certains de ses représentants se sont exprimés favorablement ou se sont abstenus.
  • Afghanistan: la gauche se déchire avant le vote

    Quelle sera l'attitude du groupe socialiste, lundi, à l'Assemblée nationale, à l'occasion du vote sur la prolongation de l'intervention militaire française en Afghanistan? Vote non ; favorable ; sous conditions? Abstention? Mediapart présente l'état des lieux du débat: fortes divisions à gauche, opposition du PCF et du NPA, rares hésitations à droite et inauguration d'une nouvelle procédure parlementaire.

    Notre dossier spécial Afghanistan: la France dans le piège des talibans.

    L'article d'Edwy Plenel: cette guerre n'est pas la nôtre.

  • Elections: quelques règles pour un bon "charcutage" des circonscriptions

    Par

    L'opposition dénonce un manque de transparence; le ministre veut calmer le jeu. Avant même les véritables négociations, le redécoupage de la carte électorale (inchangée depuis 1986) suscite une polémique. Le secrétaire d'Etat aux collectivités territoriales, Alain Marleix, sera officiellement chargé, lors du conseil des ministres de ce mercredi, de mener à bien ce chantier explosif sur lequel pèsent les suspicions de «charcutage électoral». Mais quelle est la réelle marge de manœuvre du gouvernement? Mediapart a décrypté les enjeux (et les dangers) de ce redécoupage.

  • Succession au Front national : Gollnisch tacle Le Pen

    Par

    Après avoir évoqué, jeudi, pour la première fois, sa succession à la tête du FN, Jean-Marie Le Pen ne cesse de marquer sa préférence pour sa fille, rompant ainsi la promesse faite à Bruno Gollnisch, son ancien lieutenant. Arguments invoqués? L'âge, les problèmes de santé et le manque «d'extériorisation» de l'ancien numéro deux du parti. Des propos qui ébranlent la fidélité historique de Bruno Gollnisch au patron du FN.

  • Derrière une unité de façade, l'UMP est divisée sur le RSA

    Par

    Rien, ils ne lâcheront rien. Pendant les trois jours qu’a duré l’université d’été de l’UMP, réunie ce week-end à Royan (Charente-Maritime), ministres, élus et ténors de l'UMP n’auront rien laissé filtrer. Quitte à en faire trop. Harmonie surjouée, rapprochements artificiels de frères ennemis devant les caméras, rhétorique "anti-La Rochelle". Derrière cette apparente unité, des divisions sont tout de même apparues sur la question du financement du revenu de solidarité active (RSA). Une polémique qui promet un automne agité au sein de la majorité. Lire aussi notre billet "Une soirée avec les "Jeunes Pop" ...et Morano".

  • Dossier Mediapart: les Hauts-de-Seine sous haute tension

    Par

    Département le plus riche de France (après Paris), les Hauts-de-Seine sont aussi le plus médiatisé. Parce qu'ils sont le terrain de jeu de Nicolas Sarkozy depuis 1983 - et de son fils depuis peu. Parce qu'ils demeurent le fournisseur officiel de tous les conseillers élyséens et le fief de nombreux poids lourds de l'UMP. Mais aussi parce qu'ils sont le théâtre des déchirements entre pasquaiens et proches de Patrick Devedjian. Mediapart vous propose de revenir sur une année riche en rebondissements dans le "92".

  • L'Elysée travaille à un remaniement... de la direction de l'UMP

    Par
    Nicolas Sarkozy n'apprécie pas la gestion de Patrick Devedjian à la tête de l'UMP et le fait savoir. En mars, il l'avait encadré de deux secrétaires généraux adjoints. Aujourd'hui, l'Elysée prépare le prochain remaniement de la direction du parti. Un remaniement qui déchaîne les ambitions et provoque la mise sur orbite de Brice Hortefeux. Lire également: Devedjian sur la sellette dans les Hauts-de-Seine.
  • Patrick Devedjian est sur la sellette dans les Hauts-de-Seine

    Par

    Déjà contesté au sein de sa majorité au conseil général des Hauts-de-Seine, Patrick Devedjian ne s'est pas attiré les sympathies de ses collègues en annonçant un grand ménage dans le département, où trois affaires sont déjà en cours d'instruction. Après une année sous haute tension, le patron du "92" n'est pas à l'abri d'une mise en minorité, lors du prochain vote du budget, en mars 2009. Lire aussi: l'Elysée programme un remaniement à la tête de l'UMP.

  • REM embrase Saint-Cloud

    Par
    Rock en Seine 2008 © marineturchi

    Après Rage against the machine la semaine dernière, le festival francilien Rock en Seine accueillait jeudi un groupe rock des années 1990 d'un autre genre: REM. Avant cette tête d'affiche, le quatuor américain Tricky, le duo franco-finlandais The Do, Kaiser Chiefs, Dirty Pretty Things, Wax Tailor, entre autres, s'étaient succédé sur les trois scènes du domaine de Saint-Cloud (Hauts-de-Seine). Mediapart vous fait partager cette soirée en images et en musique.
  • Hervé Morin, le «ministre amateur»

    Par

    En un an, le président du "Nouveau Centre" est passé du statut de traître de Bayrou à celui de ministre de la défense-tête de Turc des militaires. Attitude désinvolte, travail approximatif, méconnaisance des dossiers, gaffes à répétition, etc. Le ministre de la défense essuie aujourd'hui une vague de critiques violentes sur sa gestion de la crise afghane. En cause: sa communication, mais surtout ses compétences.