Ancienne journaliste à l'Usine Nouvelle, au Monde, et à la Tribune. Plusieurs livres: Vivendi: une affaire française; Ces messieurs de chez Lazard, Rothschild, une banque au pouvoir. Participation  aux ouvrages collectifs : l'histoire secrète de la V République, l'histoire secrète du patronat ,  Les jours heureux, informer n'est pas un délit.

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • L'ancien PDG de Vinci réclame ses stock-options

    Par martine orange

    L'avant-dernier chapitre de l'affaire Vinci s'est écrit vendredi 28 mars devant le tribunal de commerce de Nanterre. L'ancien PDG du groupe de BTP, Antoine Zacharias, y réclamait le droit de pouvoir récupérer 1,8 million de stock-options, soit 82,5 millions d'euros au cours actuel, plus 81 millions d'euros au nom de la «perte de chance» et un euro au nom du préjudice moral, pour avoir été démis de ses fonctions en juin 2006.

  • Alcatel-Lucent: 2- La Bourse pour seule boussole

    Par martine orange
    Quand Serge Tchuruk prend la présidence d'Alcatel-Alstom, c'est le premier groupe industriel du pays, le Siemens français, à peine moins gros que son concurrent allemand. Treize ans plus tard, Alcatel ne vaut plus que 8,2 milliards quand Siemens dépasse les 62 milliards. Le président du groupe a pourtant suivi toutes les règles imposées par les marchés
  • Alcatel-Lucent : Enquête sur un désastre industriel

    Par martine orange

    Le conseil d'administration du groupe s'est réuni mardi 25 mars, dans un climat de forte inquiétude. Car le mariage entre le Français Alcatel et l'Américain Lucent a tourné au désastre : plus de 16.000 suppressions d'emploi annoncées; 3,5 milliards d'euros de perte; une capitalisation boursière tombée de 28 à 8,2 milliards. Notre enquête sur ce groupe, emblématique des mutations du capitalisme, sera mise en ligne en trois volets.

  • L’offre d’Air France sur Alitalia divise l’Italie

    Par martine orange
    Le conseil d'administration de la compagnie aérienne italienne a donné samedi son accord à l'offre de reprise présenté par Air-France-KLM. Mais les conditions financières sont jugées très dures en Italie. Si le gouvernement Prodi est prêt à les accepter, Silvio Berlusconi, qui rêve de remporter les élections législatives d'avril, hésite à apporter son soutien au projet. Mais il ne peut différer longtemps sa décision. Alitalia est au bord de l'abîme.
  • Grands patrons : une nouvelle aristocratie française

    Par martine orange
    Entre 1981 et 2007, la domination des dirigeants issus de l'élite administrative sur les grands groupes du CAC 40 n'a cessé de s'accentuer. Ils représentent désormais 46% des PDG contre 37% en 1981, selon une étude réalisée par deux chercheurs, François-Xavier Dudouet et Eric Grémont, sur les patrons et l'Etat. Cette prééminence s'est transformée progressivement en la création d'une «aristocratie des affaires».
  • L’offre d’Air France sur Alitalia divise l’Italie

    Par martine orange
    Le conseil d'administration de la compagnie aérienne italienne a donné samedi son accord à l'offre de reprise présenté par Air-France-KLM. Mais les conditions financières sont jugées très dures en Italie. Si le gouvernement Prodi est prêt à les accepter, Silvio Berlusconi, qui rêve de remporter les élections législatives d'avril, hésite à apporter son soutien au projet. Mais il ne peut différer longtemps sa décision. Alitalia est au bord de l'abîme.
  • La lente montée des conflits sociaux

    Par martine orange
    De l'Oréal à Carrefour, les conflits sociaux réapparaissent. Salaires et pouvoir d'achat deviennent les principales revendications, loin devant l'emploi. La grande distribution, qui a abusé des emplois précaires et du temps partiel, connaît le plus de tensions.
  • Saint-Gobain : la très mauvaise affaire de Seillière

    Par martine orange

    Le conseil d’administration de Saint-Gobain doit approuver, ce jeudi 20 mars, l'entrée de la holding Wendel au conseil du groupe. En apparence, la firme industrielle et le fonds d'investissement d'Ernest-Antoine Seillière ont donc fait la paix. Paix trompeuse : en réalité, l'ancien président du Medef, qui rêvait de prendre le contrôle de Saint-Gobain, a pour l'instant perdu la main. Et perdu de l'argent.

  • BNP-SocGen : enquête sur une guerre sans fin

    Par martine orange

    ssd

  • Jérôme Kerviel: l'intégralité du réquisitoire du Parquet

    Par Fabrice Lhomme et martine orange
    Jérôme Kerviel, l'homme qui a fait perdre 4,9 milliards d'euros à la Société générale, a été remis en liberté mardi 18 mars au matin. La cour d'appel de Paris a jugé qu'il n'y avait pas lieu de détenir plus longuement le trader, compte tenu de l'absence de complicité et l'avancée de l'enquête. Le Parquet général réclamait au contraire son maintien en prison. Nous publions l'intégralité de son réquisitoire, qui témoigne de l'avancement de l'enquête.