Vautrin, Daeninckx, Manchette... tous enfants de Meckert!

Par

Les textes de Jean Meckert ne sont pas sans lien avec le virage à gauche du polar qui marque en France les années 1970 et 80. De ce néo-polar au roman social, il reste une référence pour ceux qui s'obstinent à penser que le monde du travail ne doit pas être tenu à l'écart de la littérature.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Dans les œuvres de Meckert, les milieux populaires dont il est issu ne sont pas encensés, comme cela peut être parfois le cas dans la branche socialiste de la littérature ouvrière, mais ils sont présents, et même bien présents, tant dans les romans classiques que dans les romans policiers ce qui est suffisamment rare pour être souligné », note Pierre Gauyat, auteur de Jean Meckert, dit Jean Amila (Encrage, 2013). Le sous-titre de ce livre, tiré d'une thèse de doctorat, résume bien l'itinéraire de notre écrivain au cours de ses cinq décennies de vie littéraire : « du roman prolétarien au roman noir contemporain ».