Dans les soutes du jeu vidéo (3/3) Enquête

Le début de sursaut collectif des salariés du jeu vidéo

Le STJV, Syndicat des travailleurs et travailleuses du jeu vidéo, vient de voir le jour. Dans un milieu où les revendications sur les salaires ou les heures de travail sont encore regardées avec étonnement, voire suspicion, certains employés du secteur sautent le pas de l’organisation collective pour changer leurs conditions de travail.

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

Ils ont enfin pris la parole. Avec prudence. À la suite de la longue enquête de Mediapart et de Canard PC sur les conditions de travail dans l’industrie des jeux vidéo, le SNJV (Syndicat national du jeu vidéo), qui rassemble les entreprises françaises du secteur, a finalement réagi. Certes, pas pour condamner les travers décrits (faibles salaires, gros horaires, pression généralisée), ou les démentir. Pas plus pour donner son avis sur les coulisses, que nous avons dévoilées, de Quantic Dream, le studio du réputé David Cage. Mais dans le communiqué accompagnant son baromètre annuel des salaires, le puissant lobby patronal du secteur reconnaît pour la première fois que l’accent doit être « mis en particulier sur la gestion des ressources humaines, sur la reconnaissance du travail des femmes et des hommes dans nos studios ». « La structuration de cette jeune industrie […] ne s’est pas faite sans à-coups et ses acteurs sont conscients qu’elle peut et qu’elle doit collectivement continuer à s’améliorer », écrit le SNJV.

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Santé — Parti pris
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
France — Enquête
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Médias — Parti pris
Bolloré : la commission d’enquête se mue en café du commerce
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches nationalistes.
par Laurent Mauduit
Médias — Parti pris
Médias : la commission d’enquête ménage aussi Bernard Arnault
L’audition du patron de LVMH par la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est déroulée de manière aussi calamiteuse que celle de Vincent Bolloré. La plupart des dangers qui pèsent sur l’indépendance et l’honnêteté de la presse ont été passés sous silence.
par Laurent Mauduit
Société — Enquête
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel
Littérature — Entretien
Éric Vuillard : « La narration politique, c’est de la mauvaise littérature »
Dans son dernier récit, « Une sortie honorable », l’écrivain aborde la guerre d’Indochine, largement reléguée dans la mémoire nationale, et le cadre politique et financier qui l’a soutenue. Entretien sur la politique, l’histoire et la littérature.
par Joseph Confavreux, Ellen Salvi et Lise Wajeman

Nos émissions

Grand entretien
par Fabien Escalona et Romaric Godin
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik