Dossier: Airbus aux prises avec la corruption

La justice américaine a ouvert fin 2017 une enquête pour corruption chez Airbus, suite aux procédures judiciaires déjà en cours depuis 2015 en France et en Grande-Bretagne. Elle porte sur des centaines de millions d'euros de commissions occultes présumées. Tous nos articles sur un système qui a prospéré pendant quinze ans, et qui menace aujourd'hui le fleuron européen de l'aéronautique.

La justice américaine enquête aussi sur Airbus

Par et
 © Reuters © Reuters

Le groupe aéronautique révèle dans son communiqué de résultats trimestriel que la justice américaine a ouvert une enquête sur certains de ses contrats, après la découverte d’« inexactitudes ». Les risques judiciaires encourus par Airbus menacent désormais tout le groupe. 

Derrière le remaniement, Airbus s’enfonce dans la crise

Par et
Tom Enders et Fabrice Brégier © Reuters Tom Enders et Fabrice Brégier © Reuters

Sous la pression des affaires de corruption, le conseil d’administration du groupe aéronautique a engagé un grand renouvellement de l’équipe dirigeante. Cet arbitrage, pris sous l’œil vigilant de Paris et Berlin, est censé mettre un terme à la guerre des chefs. Il risque au contraire d’aggraver les incertitudes au moment où Airbus est plus déstabilisé que jamais.

Corruption: les documents qui accusent le patron d'Airbus

Par , et Lea Fauth
Thomas Enders dirigeait la division défense d'Airbus entre 2000 et 2005. Il est le PDG du groupe depuis 2012. © Reuters Thomas Enders dirigeait la division défense d'Airbus entre 2000 et 2005. Il est le PDG du groupe depuis 2012. © Reuters

Mediapart et Der Spiegel révèlent comment Thomas Enders s'est impliqué dans la création d'une caisse noire qui aurait servi à distribuer des pots-de-vin pour vendre des Eurofighter à l'Autriche. Poursuivi dans ce dossier, le PDG d'Airbus a aussi commandé des enquêtes internes calibrées pour ne rien trouver.

 

Airbus: l'histoire d'une tolérance organisée

Par et
Tom Enders et Marwan Lahoud, alors directeur du SMO, en 2016. © Reuters Tom Enders et Marwan Lahoud, alors directeur du SMO, en 2016. © Reuters

Au fil des enquêtes judiciaires française et britannique, tout un passé ressurgit que le groupe aéronautique aurait voulu oublier. Il fait émerger un système de corruption parfaitement toléré par les plus hauts dirigeants d’Airbus. La partie obscure de ses succès commerciaux.

Le dossier Airbus inquiète Paris et Berlin

Par et
Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel. © Reuters Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel. © Reuters

Découvrant tardivement l’ampleur du scandale qui secoue Airbus, Paris et Berlin sont décidés à faire front commun pour sauver le groupe aéronautique. Tous cherchent à mettre en place au plus vite une transaction négociée avec les justices française et britannique.

Chez Airbus, un parachute doré à 80 millions d'euros

Par et
Jean-Paul Gut, directeur d'EADS International et de la stratégie jusqu'en juin 2007. © D.R. Jean-Paul Gut, directeur d'EADS International et de la stratégie jusqu'en juin 2007. © D.R.

L’ancien directeur commercial d’EADS Jean-Paul Gut, qui a mis en place le système au cœur des enquêtes de corruption des justices française et britannique, a touché environ 80 millions d’euros d’indemnités à son départ du groupe aéronautique en 2007.

L'étrange stratégie de John Harrison, l'homme-clé de la défense d'Airbus

Par
John Harrison, secrétaire général et directeur juridique d'Airbus. © Airbus John Harrison, secrétaire général et directeur juridique d'Airbus. © Airbus

Alors que les pouvoirs publics découvrent avec retard la gigantesque affaire de corruption qui menace Airbus, de nombreuses questions se posent sur le rôle et les méthodes de John Harrison, directeur juridique du groupe aéronautique dans le dossier. D’autant qu'il a un précédent : il était directeur juridique chez Technip, ébranlé lui aussi par les affaires et passé sous contrôle américain depuis six mois.

Le gigantesque scandale de corruption qui menace Airbus

Par et
megabloc-airbus

L'enquête judiciaire franco-britannique pour corruption visant Airbus porte sur des centaines de millions d'euros de commissions occultes présumées. Révélations sur un système qui a prospéré pendant quinze ans, et qui menace aujourd'hui les plus hauts dirigeants du groupe aéronautique européen.

Airbus: l'imperator Enders crée le malaise

Par et

En cinq ans de présidence, Tom Enders a profondément remanié le groupe aéronautique et concentré tous les pouvoirs, affaiblissant son numéro deux, Fabrice Brégier. Les cadres français dénoncent la baisse des budgets de recherche et l'emprise croissante des Allemands.

Un avionneur pris dans les turbulences industrielles

Par et

Airbus a les plus grandes difficultés à faire face à tous ses développements lancés depuis dix ans. Le programme de l'A380 est plus que jamais menacé, celui de l'A400M est mal en point. Engagé dans une folle course aux commandes, sa rentabilité se dégrade mais les actionnaires n'en voient rien.

La justice enquête sur une mystérieuse mine d'or d'Airbus au Mali

Par
La mine d’or de Kodiéran est à l’arrêt depuis octobre 2013. Sa société exploitante, Wassoul’or, a déposé le bilan en août 2014. © Pearl Gold La mine d’or de Kodiéran est à l’arrêt depuis octobre 2013. Sa société exploitante, Wassoul’or, a déposé le bilan en août 2014. © Pearl Gold

Airbus Group est cité dans une enquête judiciaire pour escroquerie sur une mine d'or malienne en dépôt de bilan, dont les actionnaires ont été ruinés. Le projet d'investissement du géant de l'aéronautique dans cette mine, dirigée par un proche du pouvoir malien, semblait destiné à dégager des fonds occultes pour faciliter l'obtention de marchés militaires dans le pays.

Kazakhgate: la commission occulte qui inquiète Airbus

Par et
caspian-1

Les juges d’instruction ont trouvé la trace d’une commission suspecte de 8,8 millions d'euros, versée par Airbus dans le cadre d’une vente de satellites au Kazakhstan. Le PDG du groupe, Thomas Enders, a été entendu comme témoin par les policiers de l’office anticorruption.

Kazakhgate: les juges sur la piste d'une commission occulte de 12 millions d'euros

Par
La photo de Jean-Pierre Talamoni (EADS) et Patokh Chodiev dans la villa de l'oligarque, révélée par Mediapart en octobre 2014. © Mediapart La photo de Jean-Pierre Talamoni (EADS) et Patokh Chodiev dans la villa de l'oligarque, révélée par Mediapart en octobre 2014. © Mediapart

Deux juges d'instruction, chargés de l'enquête pour corruption sur la vente d'hélicoptères au Kazakhstan en 2011, ont mis la main sur des emails où Eurocopter et sa maison mère EADS se disent prêts à verser une commission occulte de 4 % à un oligarque kazakh. Révélations sur les coulisses de ce sulfureux marché, où on retrouve plusieurs proches de l'ex-président Nicolas Sarkozy.

Les 12 millions d’euros d’Airbus pour le premier ministre kazakh

Par
Le président Nicolas Sarkozy et son homologue kazakh Noursoultan Nazarbaïev à l'Élysée le 27 octobre 2010, à la suite de la signature du premier accord sur la vente des hélicoptères d'Airbus Group. © Reuters Le président Nicolas Sarkozy et son homologue kazakh Noursoultan Nazarbaïev à l'Élysée le 27 octobre 2010, à la suite de la signature du premier accord sur la vente des hélicoptères d'Airbus Group. © Reuters

Mediapart révèle que le géant de l’aéronautique était « prêt à s’engager » à verser en 2010 une commission occulte de 12 millions d’euros destinée au premier ministre kazakh, afin de faciliter la vente de 45 hélicoptères. 

Kazakhgate: 5 millions d'euros de commissions ont été livrés en cash à Paris

Par Yann Philippin Et Alain Lallemand (Le Soir)
trajet

Selon nos informations, une valise contenant 5 millions d'euros en liquide a été livrée à Paris en 2011 dans le cadre du Kazakhgate, sur fond de vente d'hélicoptères, de corruption et de manœuvres orchestrées par des proches de l'ex-président Sarkozy. Cela renforce l'hypothèse de rétrocommissions dont auraient profité des hommes de l’Élysée.

Les gros cadeaux d'un oligarque kazakh à l’équipe Sarkozy

Par et Geoffrey Le Guilcher
Nicolas Sarkozy et Damien Loras, à l'Elysée, en avril 2012. © Reuters Nicolas Sarkozy et Damien Loras, à l'Elysée, en avril 2012. © Reuters

En septembre 2009, l’oligarque kazakh Patokh Chodiev convainc les conseillers de Nicolas Sarkozy d’actionner leurs soutiens en Belgique pour le blanchir dans une affaire de corruption. Il offre alors une montre de 44 000 euros à un conseiller diplomatique de l’ancien président, Damien Loras. Une partie de cette affaire s'est nouée lors d’un dîner réglé rubis sur l’ongle – 11 000 euros –, selon des documents obtenus par Mediapart.

Airbus est menacé par une affaire de commissions occultes

Par et Geoffrey Le Guilcher Et Geoffrey Livolsi
Marwan Lahoud, qui a été jusqu'en février 2017 le numéro 2 d'Airbus Group en charge des ventes et de la stratégie, lors d'un déplacement au Kazakhstan en compagnie d'un intermédiaire. © Mediapart. Marwan Lahoud, qui a été jusqu'en février 2017 le numéro 2 d'Airbus Group en charge des ventes et de la stratégie, lors d'un déplacement au Kazakhstan en compagnie d'un intermédiaire. © Mediapart.

Un contrat de 10 milliards de dollars portant sur la livraison de 160 Airbus, signé en 2007, a-t-il donné lieu à un système de commissions occultes ? Deux intermédiaires turcs accusent le groupe aéronautique. La brigade financière enquête. Mediapart a obtenu un document manuscrit attribué au numéro trois du groupe, fixant le niveau des commissions à 250 millions de dollars.

Tous les articles