Autour d’Angers, l’autoproduction alimentaire pour «se réapproprier les choses essentielles»

Par

Créée il y a plus d’un an, l’association RAARE a mis en maraîchage des terrains récupérés dans les alentours d’Angers. Autour de ces cultures, tout un réseau d’entraide s’est développé ; ses activités se sont décuplées depuis le confinement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

On butte jusqu’où ? J’ai jamais butté des patates… Ce jour-là, dans la ferme du Petit Faiteau à quelque 20 minutes d’Angers, dans le Maine-et-Loire, Theo interroge le plus expérimenté du groupe. Les feuilles de la rangée de pommes de terre sont sorties, il s’agit de les recouvrir. Il passera ensuite avec l’arrosoir – ici tout se fait à la main – puis il y remettra le paillage laissé de côté, afin de conserver l’humidité.