En Guyane, autochtones et écolos se fédèrent contre la Montagne d’or

Par

Le débat public ouvert au mois de mars en Guyane, concernant le gigantesque projet de mine d’or au cœur de la forêt amazonienne, se termine le 7 juillet. Les documents donnés par le maître d’ouvrage, jugés partiels, voire mensongers, n’ont guère convaincu. Les peuples autochtones, opposés par principe à ce projet, ont eu du mal à se faire entendre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Cayenne et Saint-Laurent-du-Maroni (Guyane), de notre envoyé spécial.– Il est 14 h 15, lundi 18 juin à Saint-Laurent-du-Maroni et la pluie vient de cesser. Sur le parking qui jouxte le terrain de football, à l’entrée de la grande ville de l’Ouest guyanais (environ 50 000 habitants), de larges flaques parsèment la terre ocre. Une centaine de manifestants se réfugient à l’ombre de quelques arbres alors que le soleil recommence à briller. Des Blancs, beaucoup, quelques Amérindiens. Un véhicule de gendarmes observe la scène de loin.