Dans les villes et campagnes d’Uttar Pradesh se révèlent les fractures de l’Inde

Par

Alors que les premières estimations laissent entrevoir une victoire de la majorité parlementaire sortante de Narendra Modi, reportage au cœur de la « ceinture hindoue ». En 2014, les 230 millions d’habitants du plus grand État de l’Inde, élisant à eux seuls 15 % des députés, avaient voté en masse pour le BJP au pouvoir. Depuis, son agenda nationaliste d’hindouïsation de la vie publique n’a pas fait disparaître les crises économiques et communautaires.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lucknow (Uttar Pradesh), Inde, envoyée spéciale.– À la nuit tombée, à l'heure où la chaleur suffocante s'atténue dans un semblant d'air, familles et groupes d'amis prennent place sur les tabourets du Dezzerts Parlor. Derrière le comptoir, Mitlish, 35 ans, recommande les cornets « Divorce Party » et « Facebook Fun », ses meilleures ventes. Le glacier est « sûr à 110 % que Narendra Modi sera réélu pour un second mandat » lors du scrutin national dont la dernière phase de vote a eu lieu le 19 mai. « C’est le politicien le plus honnête que l’Inde ait connu, il n’est pas corrompu et a rendu notre pays fort et moderne, donnant de l’espoir aux jeunes », dit-il.