Affaire Khashoggi: le mensonge de Le Drian

Le 12 novembre 2018, le ministre des affaires étrangères français a affirmé ne pas avoir eu connaissance des preuves fournies par la Turquie concernant l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi par des tueurs saoudiens. Sept diplomates et agents du renseignement français contredisent le ministre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Donald Trump est régulièrement brocardé pour son attitude inconséquente dans l’affaire Khashoggi, où il s’échine à nier l’évidence pour préserver l’Arabie saoudite des répercussions de l’assassinat particulièrement sanglant d’un journaliste. Mais que dire de la position de la France, et en particulier de celle de son premier diplomate, Jean-Yves Le Drian ? Le 12 novembre 2018, face aux caméra de France 2, il a affirmé : « Pour l’instant, je n’ai pas connaissance [des éléments transmis par la Turquie]. Si le président turc a des informations à nous donner, il faut qu’il nous les donne. »