Fabrice Arfi

Co-responsable des enquêtes à Mediapart avec Michaël Hajdenberg.

Ma déclaration d'intérêts est à consulter ici.

#Presse Ancien reporter à Lyon Figaro (1999-2004), à 20 Minutes (2004-2005), co-fondateur de l'hebdomadaire Tribune de Lyon (2005-2007), j'ai également collaboré à l'AFP, au Monde, à Libération, au Parisien/Aujourd'hui en France, au Canard enchaîné...

#Livres Je suis l'auteur (ou co-auteur) de plusieurs ouvrages : D'argent et de sang (Seuil), Avec les compliments du Guide (avec Karl Laske, chez Fayard), Le Sens des Affaires (Calmann-Lévy), Le Contrat (avec Fabrice Lhomme, chez Stock), L'Affaire Bettencourt, un scandale d'Etat (avec Fabrice Lhomme et la rédaction de Mediapart, chez Don Quichotte), L'Affaire Cahuzac, en bloc et en détail (avec la rédaction de Mediapart, chez Don Quichotte), La République sur écoute (avec la rédaction de Mediapart, chez Don Quichotte). J'ai également co-dirigé avec Paul Moreira l'ouvrage collectif Informer n'est pas un délit (Calmann-Lévy).

#Films Je suis le co-auteur avec Jean-Christophe Klotz d'un documentaire sur l'affaire Karachi, L'argent, le sang et la démocratie, qui a reçu en 2014 le Grand Prix et le Prix du Public du Festival international du Grand Reportage d'Actualité (FIGRA).

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Ultimes mises en examen dans l’affaire des «parachutes dorés» de Canal+

    Par et
    Après avoir mis en examen trois anciens dirigeants de la chaîne cryptée, qui auraient bénéficié de contrats antidatés, le juge Henri Pons a achevé son enquête sur l'affaire des "parachutes dorés" de Canal+ et transmis le dossier au procureur de Paris. Au total, cinq personnes, dont l'ancien PDG de la chaîne, Pierre Lescure, sont menacées d'un renvoi devant le tribunal correctionnel.
  • Notre enquête sur les fausses factures: la porte-parole de l'UMP et les caisses de Monoprix

    Par et
    L'étau se resserre autour de l'une des principales animatrices du parti de Nicolas Sarkozy. De nouveaux témoignages renforcent aujourd'hui les soupçons de financement occulte visant l'actuelle porte-parole de l'UMP, Chantal Brunel, députée de Seine-et-Marne. Elle aurait bénéficié, en 2000, de fonds «collectés» par son mari, Denys Brunel, à l'époque où il dirigeait le groupe Monoprix, par l'intermédiaire d'un jeu de fausse facturation qui rappelle les affaires politico-judiciaires des années 1980 et 90.
  • Ventes d'armes: la corruption au cœur de la République

    Par et

    Le financement de la campagne présidentielle d'Edouard Balladur, l'attentat de Karachi en 2002, l'aide au clan Pinochet au Chili, l'espionnage de magistrats et d'hommes politiques, l'affaire des frégates de Taiwan... Les juges Françoise Desset et Jean-Christophe Hullin, qui enquêtent sur un dossier de corruption dans le milieu de l'armement français, découvrent de nombreux éléments pouvant déboucher non pas sur une mais plusieurs affaires d'Etat. Déjà apparaissent les noms de plusieurs hommes politiques de haut rang: Nicolas Sarkozy, Brice Hortefeux, Edouard Balladur, Charles Millon... Nos révélations.

  • Une bombe au cœur de la République

    Par et

    Le financement de la campagne présidentielle d'Edouard Balladur, l'attentat de Karachi en 2002, l'aide au clan Pinochet, l'espionnage de magistrats et d'hommes politiques, l'affaire des frégates de Taïwan... Les juges Françoise Desset et Jean-Christophe Hullin, qui enquêtent depuis le début de l'année sur un dossier de corruption dans le milieu de l'armement français, découvrent au fil de leur instruction de nombreux éléments pouvant déboucher non pas sur une mais plusieurs affaires d'Etat. Si elles se confirmaient, les informations contenues dans le dossier pourraient éclabousser la classe politique française, en général, et l'entourage de Nicolas Sarkozy, en particulier. Déjà apparaissent dans le dossier les noms de plusieurs hommes politiques français de haut rang: Nicolas Sarkozy, Brice Hortefeux, Edouard Balladur, Charles Millon. Et d'autres. Nos révélations.

  • Le bon plan immobilier du bras droit de Patrick Balkany

    Par

    Jean-Yves Cavallini, deuxième adjoint de la ville de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), dirigée par un intime du président de la République, Patrick Balkany (UMP), est un habitant chanceux. Après avoir profité pendant plus de vingt ans d'un duplex de 180 m2 pour un loyer mensuel de 859 euros dans un immeuble HLM de la ville, il est autorisé par la municipalité à acheter son appartement à un prix bien en deçà de ceux du marché grâce à une opération d'«accession sociale à la propriété».

  • Ce visage vous dira forcément quelque chose (Play-List/20Minutes)

    Par
  • Fraude fiscale: un as de la finance accuse

    Par et

    Bernard da Costa, ancien dirigeant de l'un des leaders mondiaux de l'économie parapétrolière, Acergy, lève un coin de voile sur les «dérives» comptables de la finance internationale. Il affirme avoir été licencié d'Acergy après s'être refusé à «falsifier» des comptes pour ne pas cautionner un «système de fraude fiscale massive». Le géant Acergy est sous le coup d'un contrôle fiscal en France qui pourrait lui coûter entre 100 et 200 millions d'euros. Enquête.

  • Assassinat de Mecili: le diplomate algérien continue de nier, les charges s'accumulent

    Par et

    Il persiste et signe. Mohamed Ziane Hasseni, le diplomate algérien arrêté mi-août à Marseille et soupçonné d'être l'un des organisateurs de l'assassinat, en 1987 à Paris, du dissident André Ali Mecili, a une nouvelle fois nié son implication dans ce crime, lundi 1er septembre, devant le juge d'instruction Baudoin Thouvenot. Les charges, elles, s'accumulent.

  • Affaire Mecili: les révélations de l'ex-espion algérien

    Par

    Le colonel Samraoui, plus haut gradé de l'armée algérienne en exil et témoin clé de l'affaire Mecili, est aujourd'hui en mesure d'affirmer à Mediapart que Mohamed Ziane Hasseni, le diplomate algérien arrêté le 14 août dernier à l'aéroport de Marseille, est bien le commanditaire de l'assassinat, en avril 1987 à Paris, de l'avocat et opposant au régime d'Alger André Ali Mecili. Nous avons rencontré l'ancien agent secret en Allemagne, où il réside depuis 1997. Révélations sur une affaire Ben Barka bis qui cache depuis plus de vingt ans un crime sans procès. Lire aussi le portrait de Pierre Puchot: "Mohammed Samraoui, l'ex-officier qui fait toujours peur à Alger".

  • Le patron du tennis français va rebondir au tribunal

    Par et
    L'horizon judiciaire de l'homme fort du tennis français vient brusquement de s'obscurcir. Depuis février 2005, la justice enquête sur Christian Bîmes, l'actuel président de la Fédération française de tennis (FFT) et du tournoi de Roland-Garros. Il devra finalement comparaître dans les prochains mois devant le tribunal correctionnel de Paris pour «prise illégale d'intérêts» et «abus de confiance».