Fabrice Arfi

Co-responsable des enquêtes à Mediapart avec Michaël Hajdenberg.

Ma déclaration d'intérêts est à consulter ici.

#Presse Ancien reporter à Lyon Figaro (1999-2004), à 20 Minutes (2004-2005), co-fondateur de l'hebdomadaire Tribune de Lyon (2005-2007), j'ai également collaboré à l'AFP, au Monde, à Libération, au Parisien/Aujourd'hui en France, au Canard enchaîné...

#Livres Je suis l'auteur (ou co-auteur) de plusieurs ouvrages : D'argent et de sang (Seuil), Avec les compliments du Guide (avec Karl Laske, chez Fayard), Le Sens des Affaires (Calmann-Lévy), Le Contrat (avec Fabrice Lhomme, chez Stock), L'Affaire Bettencourt, un scandale d'Etat (avec Fabrice Lhomme et la rédaction de Mediapart, chez Don Quichotte), L'Affaire Cahuzac, en bloc et en détail (avec la rédaction de Mediapart, chez Don Quichotte), La République sur écoute (avec la rédaction de Mediapart, chez Don Quichotte). J'ai également co-dirigé avec Paul Moreira l'ouvrage collectif Informer n'est pas un délit (Calmann-Lévy).

#Bande dessinée Je suis le co-auteur avec Benoît Collombat, Michel Despratx, Elodie Guéguen et Geoffrey Le Guilcher de la BD Sarkozy-Kadhafi, des billets et des bombes (La Revue dessinée/Delcourt), dessinée par Thierry Chavant.

#Film Je suis le co-auteur avec Jean-Christophe Klotz d'un documentaire sur l'affaire Karachi, L'argent, le sang et la démocratie, qui a reçu en 2014 le Grand Prix et le Prix du Public du Festival international du Grand Reportage d'Actualité (FIGRA).

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Le droit syndical malmené au ministère de l'Intérieur

    Par
    C'est un mail qui ne passe pas. Alors que deux syndicats policiers (Unsa et SGP-FO) ont appelé à un mouvement de grève le 23 octobre, le directeur central de la sécurité publique, c'est-à-dire l'un des plus hauts responsables de la police en France, semble avoir pris quelques libertés avec le droit syndical dans un courrier électronique envoyé le 16 octobre à tous les directeurs départementaux sous sa responsabilité. Explications.
  • Sarkozy porte plainte quatre fois en dix-huit mois !

    Par

    Le président de la République a déposé plainte, jeudi, contre l'ancien patron des Renseignements généraux, Yves Bertrand, pour «atteinte à l'intimité de la vie privée» et «dénonciation calomnieuse» après la publication des carnets de notes du policier dans la presse. Après l'affaire du SMS, des t-shirts parodiques ou de la pub Ryanair, c'est la quatrième fois que Nicolas Sarkozy dépose plainte dans un dossier le concernant. Il rompt ainsi avec plus de trente années de silence élyséen sur le terrain judiciaire.

  • Législatives 2007: les sectes se cachaient-elles dans les urnes?

    Par
    Le parti politique La France en action a-t-il été le paravent des sectes lors des élections législatives de juin 2007? C'est la question à laquelle les juges de la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris vont répondre ce jeudi 16 octobre. Trois anciens candidats de cette organisation poursuivent en citation directe l'ancien juge et député UMP Georges Fenech qui avait pointé les «liens» entre des représentants de La France en action et diverses mouvances sectaires comme l'Église de scientologie.
  • La mafia aurait mis un contrat sur l'auteur de Gomorra (AFP via Le Monde.fr)

    Par
  • Affaire Mecili: l'enquête qui empoisonne Paris et Alger peut continuer

    Par
    L'enquête sur l'un des plus inavouables crimes politiques de ces trente dernières années va pouvoir se poursuivre. La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris a confirmé, mardi 14 octobre, la mise en examen du diplomate algérien Mohamed Ziane Hasseni, soupçonné d'être le commanditaire de l'assassinat, en 1987, à Paris, du dissident André Ali Mecili. La décision va à l'encontre des réquisitions du parquet général, très en retrait dans cette affaire que ni Paris ni Alger n'ont vraiment intérêt à voir resurgir.
  • Kundera et la délation (Respekt)

    Par
  • La porte-parole de l'UMP écrit à Mediapart

    Par et
    A la suite de l'enquête de Mediapart sur «la porte-parole de l'UMP et les caisses de Monoprix», publiée le 18 septembre, Chantal Brunel, porte-parole du parti sarkozyste, et son mari, Denys, ancien directeur général du groupe Monoprix, ont envoyé un droit de réponse. Mediapart avait fait état des accusations portées par deux hommes d'affaires et un ancien élu RPR à l'encontre des époux Brunel dans le cadre d'une instruction judiciaire actuellement menée à Paris sur un dossier de corruption et de fausses factures. Chantal et Denys Brunel dénoncent dans leur missive des «témoignages partisans, douteux et insolites».
  • Rachida Dati et les «conseillers fantômes»

    Par et

    Pour muscler sa communication, la ministre de la justice Rachida Dati est prête à tout. Y compris à s'arranger avec la loi. Depuis le 1er septembre, onze agents de la place Vendôme travaillent sous l'autorité du cabinet de Rachida Dati au service de la communication de la ministre dans un vide juridique le plus complet. La CFDT dénonce ce flou artistique et certains fonctionnaires évoquent, en interne, une appropriation des moyens de l'Etat par une personne.

    A lire aussi:

  • Quand la police veut ficher les fonctionnaires non chrétiens (Libé Lyon)

    Par
  • Enquête sur les zones d'ombre de notre facture d'eau

    Par
    Une nouvelle guerre de l'eau se profile. D'un côté, des multinationales (Véolia ou Suez) qui règnent sur le secteur depuis des décennies. De l'autre, des usagers qui militent pour un retour à une gestion publique de l'eau. Les premiers vantent une haute qualité de service. Les seconds dénoncent des dérapages financiers fréquents. Mediapart a épluché les contrats de l'eau dans plusieurs agglomérations françaises et détaille toutes les astuces qui ont permis de faire gonfler la facture. Véolia répond.