Gérard Desportes

Ses Derniers articles

  • La France a un premier ministre et il ne s'appelle plus Nicolas Sarkozy

    Par
    On l'aura vu sur tous les lieux de pouvoir, tous les dossiers chauds, colmatant ici la fronde des élus contre la réforme des collectivités locales, défendant là le fils du président ou la réforme des lycées. La folle semaine de Fillon aura aussi été celle où la majorité aura le plus tangué, obligeant Sarkozy à venir s'expliquer devant le peuple de droite, via Le Figaro. Du coup, le mano a mano reprend du relief.
  • Trois livres pour discuter la crise financière

    Par

    Au moment où la finance américaine annonce des bonus records pour 2009, trois livres apportent un éclairage, chacun différemment, pour mieux comprendre, se mettre en colère ou rêver d'un autre monde. L'alter-mondialiste, le réformiste et le marxiste, il y en a pour tous les goûts. Et si cette crise qui balaie les faibles et enrichit les plus riches était l'occasion d'un renouveau de l'économie politique?

  • Majorité UMP et exécutif: c'est la foire d'empoigne !

    Par et

    Entre la réforme de la taxe professionnelle, contre laquelle les maires de France, aiguillonnés par le sénateur Jean-Pierre Raffarin (UMP), ancien premier ministre, ont manifesté publiquement leur réprobation, mercredi 14 octobre, et la prochaine nomination de Jean Sarkozy à la tête de l'Etablissement public d'aménagement de La Défense (aux pouvoirs élargis), qui a soulevé, la veille, la colère d'une partie des députés UMP à l'initiative de Pierre Cardo (Yvelines), les projets du chef de l'Etat mettent en relief les fractures de la majorité comme elles ne l'ont jamais été depuis le début du quinquennat. La proximité des élections régionales (mars 2010), du coup plus périlleuses que prévu pour l'UMP et ses alliés, ne va pas arranger les choses.

  • Jean Sarkozy, patron de La Défense: la gauche propose une sortie honorable

    Par

    Jean Sarkozy, 23 ans, conseiller général des Hauts-de-Seine, devrait être élu à la tête de l'établissement public qui gère La Défense (1 milliard d'euros de chiffre d'affaires en 2008). La vague d'indignation ne cesse de monter. Une pétition a déjà réuni 10.000 signatures et l'affaire dérange jusqu'au sommet de l'Epad. En coulisse, Patrick Jarry, le maire communiste de Nanterre, propose une solution.

  • «La Gauche citoyenne» offre ses idées à qui veut. Mais qui veut?

    Par
    Une centaine de militants et des élus du réseau «La Gauche citoyenne» se sont retrouvés, samedi 10 octobre, à Arcueil (Val-de-Marne), en vue des élections régionales. Une initiative qui en rencontre d'autres en Ile-de-France pour renouveler l'offre politique au profit du pôle écologiste et au détriment des partis traditionnels.
  • Qu'est-ce qu'être français? Vaste question. Réponse le 4 décembre...

    Par

    L'Institut Montaigne lance une vaste opération auour du thème «Qu'est-ce qu'être français?» Un livre, un site, un groupe Facebook vont lancer le débat et recueillir l'avis des Français. En point d'orgue de cette recherche identitaire, un colloque, le 4 décembre, avec le chef de l'Etat, Nicolas Sarkozy. Derrière cette opération: la tentation de la droite française de redéfinir le sentiment national pour en faire le projet politique de la fin du quinquennat.

  • Le sarkozysme est-il soluble dans le doute?

    Quand le président de la République est occupé à survoler la France (voyage en Moselle, jeudi 8 octobre), c'est Claude Guéant qui doit rassurer un Premier ministre en plein doute, des ministres d'ouverture en crise, des amis fragilisés, des députés en voie de rébellion, des poids lourds de la majorité en flagrant délit de tentative sécession et une opinion publique qui perd confiance. Gros travail.

  • A Evreux, un agent de France Télécom s'arme d'un fusil à pompe

    Par
    A Evreux, un salarié de France Télécom a pénétré dans son entreprise avec son fusil et une cartouche dans la poche avant d'être désarmé par ses collègues. C'est le premier incident de ce type après la vague de suicides qui a touché les salariés du groupe. Direction comme syndicats sont très embarrassés par cette affaire et craignent une éventuelle propagation de ce genre de contestation. Une réunion du comité d'hygiène et de sécurité a lieu ce jeudi.
  • Roselyne Bachelot est privée de discours et d'élections régionales

    Par
    Une demi-heure avant de prendre la parole, mercredi 7 octobre, lors des rencontres annuelles de l'Institut national du cancer, Nicolas Sarkozy a interdit à Roselyne Bachelot de prononcer un discours et lui a intimé, à distance, l'ordre de lire son propre message. On apprenait un peu plus tard que la ministre de la santé renonçait aux élections régionales. Ce qui ressemble fort à une sanction ou une mise à l'écart se produit alors que fait rage une bataille sur l'augmentation du prix du tabac.
  • La Poste: deux millions de votants agitent la droite comme la gauche

    Par
    2.200.000 personnes ont participé au vote organisé durant huit jours sur le projet gouvernemental de changement de statut de La Poste. A droite comme à gauche, on n'a pas tardé dès dimanche à prendre la mesure de cet élan populaire et des questions qu'il pose. Questions sur l'avenir du service public mais question aussi sur la démocratie. Que faire maintenant de ces deux millions de bulletins? L'UMP a choisi d'y répondre de manière coordonnée lundi matin, en criant à la «manipulation», à la «farce» et en laissant son porte-parole, Frédéric Lefebvre, expliquer que certains avaient voté «22 ou 23fois» et que «Louis de Funès et Marlon Brando» avaient participé auscrutin.