Gérard Desportes

Ses Derniers articles

  • Henri Guaino contre le «renoncement moral»

    Par

    Vendredi 22 janvier, la Gauche moderne du sous-ministre d'ouverture Jean-Marie Bockel a réuni les nationaux-républicains de feu la fondation Marc-Bloch autour d'Henri Guaino pour discuter de «la morale en politique». Séquence nostalgie.

  • Quand le président improvise

    Par et
    Un discours par jour en plus du tout-venant, c'est-à-dire, deux, trois prises de parole publiques quotidiennes, des pages et des pages de phrases pour dire un projet politique, de formules plus ou moins obligées pour galvaniser les «forces vives de la Nation». La période des vœux n'est pas une sinécure pour un président de la République, même pour Nicolas Sarkozy qui a rarement décollé le nez de ses feuilles dans ces exercices imposés. Raison de plus pour s'intéresser à ce qui se dit au moment où le récitant se met à improviser.
  • Nicolas Sarkozy et Frédéric Mitterrand votent PSU

    Par
    Parmi les points abordés ce mercredi en conseil des ministres, la liste des célébrations nationales de 2010. Où l'on apprend que l'Etat honorera le cinquantième anniversaire... du PSU, principal sas du gauchisme post-68 vers la gauche sociale-démocrate!
  • Philippe Séguin, mort d'un emmerdeur

    Par
    Philippe Séguin, premier président de la Court des comptes. © Photo DR. Philippe Séguin, premier président de la Court des comptes. © Photo DR.
    Philippe Séguin est mort dans la nuit du mercredi 6 au jeudi 7 janvier d'une crise cardiaque. Il avait 66 ans. Les hommages affluent pour saluer une carrière politique riche en rebondissements. L'homme cependant savait montrer de lui-même une autre facette que celle qu'il affichait dans les médias et sur les estrades des meetings. Article et dossier.
  • Nicolas Sarkozy convoque Coué à l'Elysée

    Par

    Premier conseil des ministres en 2010, mardi 5 janvier, et traditionnels vœux du président de la République aux membres du gouvernement. L'année 2009 a été «difficile» a dit Nicolas Sarkozy, cependant déterminé à poursuivre les réformes. Une résolution qui tient autant de l'entêtement que l'autopersuasion: la taxe carbone est enlisée, repoussée au mieux au 1er juillet, la grippe H1N1 crée la polémique, le poison du débat sur l'identité nationale poursuit ses ravages...

  • Les voeux de Martine Aubry (site du PS)

    Par
  • Les vœux de Nicolas Sarkozy: l'entêtement au risque de la fracture

    Par

    Sale année pour Nicolas Sarkozy et vœux en conséquence. Fédérateur, sur la défensive, presque modeste, jeudi 31 décembre, le Président a essayé de tourner la page de 2009 en appelant à «l'unité» et à «la fraternité». Sans nier les difficultés, les «peines» et les «nouvelles souffrances», en annonçant que «les épreuves ne sont pas terminées», tout le propos a tourné autour de continuité. En 2010, l'action du gouvernement s'inscrira dans la lancée de ce qui a été préparé en 2009. Des vœux en forme de transition mais, au final, du sang et des larmes: réduction des dépenses courantes, réforme des retraites et des collectivités locales, nouvelle mouture de la taxe carbone... Nicolas Sarkozy persiste et signe.

  • Le désert catholique français et l'arroseur arrosé

    Par

    Le quotidien La Croix a publié, mardi 29 décembre, une enquête sur la place de la religion et du catholicisme dans notre pays. Alors que les promoteurs du débat sur «l'identité nationale» connaissent les pires difficultés à empêcher qu'il se fixe sur la seule question de l'islam, l'enquête arrive à point nommé. Un: toutes religions confondues, c'est une France sans Dieu qui s'installe. Deux: un large consensus existe pour dire que «toutes les religions se valent». Du coup, l'arroseur Sarkozy est arrosé. Une sorte de cadeau de Noël.

  • Bruno Lemaire et la crise agricole

    Par
  • Identité nationale: l'arrêt du débat fait débat

    Par
    Le débat officiel sur l'identité nationale s'est d'abord centré sur l'immigration pour se fixer désormais sur l'islam. Les propos de Nadine Morano, secrétaire d'Etat à la famille, après ceux de Nicolas Sarkozy, ont mis le feu à la plaine.