Vivre avec 1.000 euros par mois

Par

Toute la semaine, Mediapart vous raconte la crise telle qu'on la vit au Cateau-Cambrésis, petite ville du Nord et dans les campagnes alentour. Ici, le chômage culmine à 25% et un habitantsur cinq a des revenus inférieurs au seuil de pauvreté.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Fissure géante au 1er étage de la maison des Hautecoeur © MM Fissure géante au 1er étage de la maison des Hautecoeur © MM

 

Trois mois que les Hautecœur n'étaient pas rentrés dans cette maison qui leur pourrit la vie, un rez-de-chaussée au centre-ville. Rien à faire, les fissures se sont encore agrandies. Elles éventrent le mur de la cuisine, ont déchiré le papier peint jaune aux dessins naïfs. En haut, dans la grande pièce, une faille large comme le poing court le long du mur. Dans la cour, des lézardes partout. Sonia et Jean-René Hautecœur ont acheté une maison qui s'écroule. Lors de la vente, en juin 2008, ils n'avaient rien vu. Contacté, l'ancien propriétaire a nié, «vous n'allez pas faire des histoires pour quelques fissures». L'huissier qui est venu constater l'état de ruine leur a dit : «Vous vous êtes bien fait arnaquer.»

La maison a été classée en “péril imminent”. Ils ne l'habiteront jamais. «Acheter une maison, c'était notre rêve depuis longtemps, dit Sonia. On voulait une maison pour nos enfants, avoir un but. Mais aujourd'hui, c'est même plus une maison, c'est une ruine, un château de cartes.» 100.000 euros sur trente ans, empruntés à taux variable, partis en fumée. A moins qu'ils n'obtiennent l'annulation de la vente au tribunal. Depuis deux ans, Sonia ne dort plus. Elle a les yeux rougis par les soucis, la fatigue, le découragement.

Au Cateau-Cambrésis, l'insalubrité des immeubles du centre-ville est un fléau. La faute à la pauvreté. Dans cette petite ville du Nord, 7000 habitants au cœur d'un territoire rural, la crise ne date pas d'hier. Le travail manque : 25% de chômage. La population, peu qualifiée, est peu mobile. «C'est une culture», déplore Roger Vandrepotte, directeur territorial de Pôle emploi, héritée du temps pas si lointain où les villages vivaient en quasi-autarcie. Comme Sonia et son mari, un habitant du Cateau sur cinq vit au-dessous du seuil de pauvreté. En France, ils sont huit millions. (détails sous l'onglet Prolonger)

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale

Mediapart souhaitait vous raconter la crise depuis un espace rural, au seuil d'une année 2010 où la crise sociale devrait donner toute sa mesure. Or la région autour du Cateau-Cambrésis (Nord) offre un panel des difficultés du monde rural (l'éloignement, la précarité mais aussi une certaine solidarité, les crises du monde agricole) et des problèmes posés par sa relation aux espaces urbains : ainsi, au nord, le dynamisme de Valenciennes attire des habitants, tandis qu'au sud, les campagnes périclitent. Je me suis donc installé au Cateau du 16 au 21 janvier avec dans l'idée de revenir à la base de mon métier : chercher des histoires à raconter, au gré des rencontres et des surprises.

Pour cet article, j'ai rencontré Sonia, Jean-René, Louise G. et son mari Frédéric mercredi 20 janvier au Cateau. Louise et Frédéric n'ont pas souhaité voir leur nom cité, ni leur photo publiée.