Au Chili, les étudiants veulent en finir avec l'ère Pinochet

Parti de la hausse des frais d'inscription à l'université, le mouvement au Chili a vite dépassé le monde étudiant. En cause, un pays qui vit toujours dans un système mis en place par Pinochet.

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

PDF

Parti de la hausse des frais d'inscription à l'université, le mouvement au Chili a vite dépassé le monde étudiant. En cause, un pays qui vit toujours dans un système mis en place par Pinochet.

Où en est-on aujourd'hui ?

Le ministre de l'Éducation a démissionné et a été remplacé le 29 décembre, devenant le deuxième titulaire du poste à renoncer en cinq mois. Le ministre de l'Agriculture, Jose Antonio Galilea, a également présenté sa démission. Le ministre de l'Éducation a semble-t-il été déçu de la faible marge de manœuvre consentie par le gouvernement pour négocier avec les étudiants, toujours mobilisés fin décembre.

Nos articles :

Étudiants chiliens : et maintenant, on va où ? (16/11/11)

Chili: ce n'est pas une révolte d'étudiants, c'est une révolution! (16/11/11)

A lire dans le Club :

Les étudiants chiliens relèvent le défi (30/07/2011)

«¿Donde Estan?» Les étudiants chiliens interpellent la social-démocratie (7/11/2011)

Chili : Bilan 2011 et perspectives 2012, du mouvement étudiant, «Le Chili est une cocotte-minute» (25/12/2011)

La rédaction de Mediapart


Aujourd’hui sur Mediapart

Exécutif — Analyse
par Romaric Godin et Ilyes Ramdani
Politique
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Santé — Enquête
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint
Voir la Une du Journal

Nos émissions

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne