Analyses

  • Notre abécédaire pour s'y retrouver dans les 21 contributions socialistes

    Par
    Mediapart a lu pour vous les 21 contributions enregistrées par le bureau national du PS, et qui présentent les différentes orientations du parti avant le congrès de Reims. Inégaux, dans la forme comme dans le fond, ces textes représentent la diversité d'une organisation en quête d'une nouvelle direction. Seconde partie de notre abécédaire, de N comme "Non-cumul des mandats" à Z comme "Zone rouge". En cliquant ici, retrouver la première partie (de A à M). Lire aussi l'analyse de Laurent Mauduit sur l'aspect économique de ces contributions.
  • Mediapart épluche de A à Z les 21 contributions socialistes

    Par
    Mediapart a lu pour vous les 21 contributions enregistrées par le bureau national du PS, et qui présentent les différentes orientations du parti avant le congrès de Reims, en novembre. Inégaux dans leurs formes comme dans leurs ambitions, ces textes représentent la diversité d'une organisation en quête d'une nouvelle direction. Abécédaire en guise de synthèse (première partie: de A comme "Alliances" à M comme "Militant de Meurthe-et-Moselle"). Et demain, de N... à Z. Lire aussi l'analyse de Laurent Mauduit sur l'aspect économique de ces contributions.
  • Les socialistes en quête d'une politique économique

    Par

    Les différentes contributions des ténors du parti socialiste étant maintenant publiées, en prévision de leur congrès de Reims, les contours de ce que pourrait être la future politique économique et sociale, en cas d'alternance, prennent forme. Peu de grandes surprises ni d'idées franchement nouvelles: en dehors de quelques grandes réformes, comme la «révolution fiscale» préconisée par Ségolène Royal, ou la création d'un fonds souverain français, suggérée par Laurent Fabius, les socialistes ne renouvellent guère leur doctrine économique.

  • La liquidité financière est-elle un bien public ?

    Par

    La crise financière commencée en août 2007 a placé sur le devant de la scène le risque de liquidité, un réveil brutal pour les banques et leurs autorités de surveillance qui avaient perdu de vue la mutation de ce danger, pourtant inhérent à l'activité bancaire consistant à transformer une ressource à court terme en placement à long terme. Si la liquidité financière en vient à être regardée comme un bien public, quelles leçons politiques faut-il en déduire? Un débat qui commence à peine.

  • PS: le congrès par quatre chemins

    Par
    Au-delà de la succession de François Hollande, les habitudes du parti varient peu : 21 textes ont été déposés mercredi soir au conseil national du PS en vue du congrès de Reims de novembre. Et si l'on retrouve souvent les mêmes contributeurs que lors du dernier congrès, les postures ont évolué en fonction des ambitions. Entre les favoris, les cadres, les marginaux et les «archéos», tentative de typologie.
  • La France, terre d'asile du nucléaire ?

    Par
    Sans attendre l'annonce du lancement d'un deuxième EPR en France, l'électricien allemand prend date. Il a indiqué indiqué mercredi qu'il n'excluait pas de construire une centrale nucléaire en France. Un tabou est en train de se lever. Alors que le nucléaire est interdit dans la plupart des pays de l'Europe de l'Ouest, les électriciens européens se verraient bien s'implanter en France.
  • Valérie Pécresse obtient sa réforme du CNRS

    Par
    Recul du gouvernement ou défaite de la communauté scientifique? L'adoption, après quelque six mois de controverses, par le conseil d'administration du CNRS mardi 1er juillet de la réforme le transformant en une fédération d'instituts marque une étape importante de l'évolution de l'organisme. Mais laisse ouverte les questions qui fâchent : quels crédits pour les années à venir? Combien de postes statutaires?
  • Les quatre crises de la social-démocratie européenne

    Par
    La gauche dite "de gouvernement" a perdu treize des quinze dernières élections en Europe. Les socialistes français se débattent dans la préparation du congrès de Reims tandis qu'Olivier Besancenot lance le nouveau parti anticapitaliste... A l'occasion d'un colloque universitaire qui s'est tenu à Saint-Ouen les 25 et 26 juin, Mediapart rapporte quatre analyses de chercheurs sur les raisons des défaites en série de la social-démocratie européenne. Personnalisation extrême du pouvoir; panne d'idées sur l'Europe; faiblesse militante; politiques sociales vécues comme néolibérales: ce sont les quatre moteurs de la crise actuelle.
  • La Corée du Nord offre à Bush une victoire diplomatique

    Par
    En acceptant de remettre à la Chine un document recensant les différents éléments de son programme nucléaire, le régime de Kim Jong-Il accède aux demandes des négociateurs et entame sa dénucléarisation militaire. Au passage, la nation-recluse, de nouveau au bord de la famine, démontre à George W. Bush les vertus de la discussion par rapport à la confrontation.
  • La grande réforme de la médecine du travail attendra

    Par

    Le ministre du travail Xavier Bertrand présente ce vendredi ces idées pour la réforme de la médecine du travail. La profession, dont les effectifs fondent, s'interroge sur son rôle. Depuis plusieurs mois, les rapports officiels ne manquent pas. Tous plus ambitieux les uns que les autres, par les réformes proposées, ils mettent en évidence la crise profonde de ce secteur. Le gouvernement a choisi une réforme sage. Pas la révolution que certains espéraient. Décryptage. Lire aussi : "Les médecins du travail désemparés face au stress croissant des salariés".