Partis pris

  • Et si Nicolas Sarkozy doutait de sa politique sécuritaire?

    Par
    Il faut oublier le contexte électoral et le «grand discours sur la sécurité» prononcé à dix jours des européennes. Il faut remiser une impression de déjà-vu quand Nicolas Sarkozy reprend le thème qui lui a permis de construire son ascension vers l'Elysée. Libéré de ces arrière-pensées, on peut examiner de plus près les propos tenus par le chef de l'Etat jeudi 28 mai. Et si Nicolas Sarkozy doutait (parfois) de l'efficacité de sa politique sécuritaire? Parti pris.
  • Claude Allègre et le mythe français du MITI

    Par
    D'un jour à l'autre, l'arrivée au gouvernement de Claude Allègre, ancien ministre de l'éducation nationale de Lionel Jospin, est annoncée puis démentie. Le microcosme retient son souffle. L'intéressé lui-même se verrait, a-t-il dit, en grand prêtre de l'innovation, à la tête d'une réincarnation française du puissant MITI japonais. Malheureusement, la vision qu'a Claude Allègre de l'innovation au Japon est aussi bien informée que son opinion sur le réchauffement climatique. Parti pris pour l'attribution d'un bonnet d'âne.
  • Club Med: conciliabules secrets entre Alain Minc et Bernard Tapie

    Par
    L'histoire du Club Méditerranée commence à livrer quelques-uns de ses mystères. On pensait qu'elle se résumait à un possible projet d'acquisition par Bernard Tapie. Il s'avère que de nombreux acteurs pèsent dans les coulisses: Alain Minc, notamment, qui est depuis de longues années le conseil rémunéré du PDG de l'entreprise, Henri Giscard d'Estaing; ou encore Claude Guéant, le secrétaire général de l'Elysée qui jouerait en faveur de Bernard Tapie. Du coup, l'annonce par la Caisse des dépôts de son retour prochain au capital du Club Med surprend: pourquoi de l'argent public est-il une nouvelle fois apporté dans une bataille privée, où sont mêlés des proches du chef de l'Etat? Parti pris.
  • Notre édito vidéo. Obama et Sarkozy, deux visions de la presse en démocratie

    Par

    Nicolas Sarkozy se rêve – ce n'est pas un secret – en Barack Obama français. Mais quand il s'agit du respect des contre-pouvoirs, les deux présidents ont des attitudes fondamentalement divergentes. La preuve par l'image dans notre édito vidéo.

  • Club Med: Bernard Tapie et le troublant silence de l'AMF

    Par
    Depuis fin avril, Bernard Tapie s'amuse avec le Club Med, multipliant les déclarations contradictoires sur ses intentions à l'égard du groupe de tourisme. Ces positions de girouette n'auraient aucune importance si elles n'avaient des conséquences troublantes sur le titre de la société en Bourse. A chaque déclaration, le cours flambe. Il a fallu attendre que le ClubMed demande une enquête sur son titre lundi soir pour que l'AMF se décide à sortir de sa réserve.
  • Justice: les dangers de la réforme Sarkozy démasqués par l'actualité

    Par et
    Dans le mois écoulé, l'actualité judiciaire a, sans le vouloir, plaidé coup sur coup contre la suppression des juges d'instruction annoncée par Nicolas Sarkozy. Sans ces magistrats indépendants, l'enquête sur les «biens mal acquis» des chefs d'Etat africains en France serait déjà enterrée. Sans eux, le dossier judiciaire relatif au groupe Casino serait bizarrement orchestré, à cause d'un douteux dîner entre le procureur de Nanterre, le chef de la police financière chargée du dossier, le patron de Casino et son avocat. Parti pris.
  • Dmitri Medvedev président: un an déjà ?

    Par
    Malgré les milliers d'utilisateurs enregistrés sur le blog vidéo du président russe Dmitri Medvedev activé à l’occasion du premier anniversaire de son mandat, jeudi 7 mai, les Russes restent sceptiques quant à sa capacité à mener à bien des réformes. Insensible à la multiplication des violences contre les défenseurs de la cause démocratique, tous les signes que donne le troisième président de la Russie laissent à penser qu'il agit dans la droite ligne de son premier ministre Vladimir Poutine, tandis que les lois les plus répressives sont adoptées sans encombre par un parlement contrôlé par le Kremlin.
  • Mais où va donc François Bayrou?

    Par
    Bien plus qu'une charge contre Nicolas Sarkozy, Abus de pouvoir (Plon), le pamphlet que François Bayrou vient de publier, est un réquisitoire contre l'omnipotence de l'Elysée et son alliance avec les milieux d'affaires. Ce procès contre la tentation de «l'exercice solitaire du pouvoir» a souvent été instruit par la droite dite orléaniste. Mais le président du MoDem renouvelle le genre. Avec, parfois, des accents de gauche. Parti pris.
  • L'association les Amoureux au ban public donne de la voix...

    Par
    Les Amoureux au ban public clip

    Le mouvement des Amoureux au ban public présente, mardi 28 avril, un CD et un DVD retraçant l'expérience, en sons et en images, de couples mixtes aux prises avec la politique migratoire du gouvernement. Des artistes, comme Rodolphe Burger, Mathilde Monnier et Claire Denis, leur ont prêté main forte. Dix ans après la reprise des Petits Papiers de Serge Gainsbourg, c'est au tour de la chanson de Georges Brassens, Les Amoureux des bancs publics, d'être adaptée.

  • Nicolas Sarkozy ou le mépris du monde

    Par

    La France peut-elle s'exprimer autrement à l'étranger qu'à la façon de Nicolas Sarkozy? Ségolène Royal a-t-elle eu raison de demander pardon, à Dakar, pour les paroles du chef de l'Etat sur l'homme africain qui «n'est pas assez entré dans l'histoire»? A-t-elle eu tort de récidiver en présentant ses excuses au premier ministre socialiste espagnol pour les propos de table du président de la République sur son intelligence limitée? Quelle importance accorder à ces indiscrétions qui dévoilent un Sarkozy vantard et orgueilleux, moquant notamment l'inexpérience de Barack Obama? Voici notre réponse à toutes ces questions, sous la forme de parti pris non seulement favorable à l'ancienne candidate socialiste à l'élection présidentielle, mais, surtout, inquiet au spectacle d'une présidence qui perd le sens des mesures et des réalités.