Edwy Plenel

Né en 1952, journaliste depuis 1976. D’abord à Rouge (1976-1978), puis quelques mois au Matin de Paris et, surtout, au Monde pendant vingt-cinq ans (1980-2005). Cofondateur et président de Mediapart depuis sa création en 2008. Auteur d’une trentaine d'ouvrages (bibliograhie disponible sur Wikipedia en français, in Englishen español, en catalan, en breton).

Consulter ici ma déclaration d’intérêts.

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Dire non à ce coup d'Etat permanent

    Par

    S'il fallait une nouvelle preuve de la nécessité de Mediapart, la révision constitutionnelle soumise au vote du Congrès, ce lundi 21 juillet en fin de journée, est en train de l'apporter. Les deux seuls quotidiens nationaux classés à gauche et au centre, au centre de la gauche ou à la gauche du centre, Le Monde et Libération, ont en effet pris une position favorable à la réforme sarkozyste dans leurs éditoriaux respectifs, jugeant non constructive l'opposition du PS et du Modem. En décalage avec la diversité réelle de l'opinion, cette uniformisation médiatique illustre l'enjeu du choix capital qui est aujourd'hui entre les mains des parlementaires: faire un pas de plus vers une hyperprésidence omnipotente et omniprésente, sans véritable contre-pouvoir, continuer à construire le pouvoir monocratique d'un seul qui, pendant cinq ans, ne rendra vraiment de comptes qu'à lui-même, ou bien, dans un sursaut démocratique, dire non à cette corruption de l'esprit public que, dans sa dérive vieillissante, ne cesse de diffuser le présidentialisme français. Appuyé sur le constat argumenté que cette réforme, loin d'équilibrer le pouvoir présidentiel, va l'accentuer, notre choix est aussi un parti pris de cohérence, tant cette concentration du pouvoir est par essence l'adversaire de la liberté de la presse. Lire aussi Constitution : comment, depuis un an, Sarkozy manœuvre et une sélection de nos archives sur le sujet.

  • L'affaire «Charlie Hebdo» ou la caricature de l'époque

    Par
    Avec son hystérisation de notre vie publique, où toute l'actualité semble tourner autour de lui seul, promu petit Roi Soleil d'une nation stupéfaite, Nicolas Sarkozy est en passe de réussir son pari: rendre folle notre presse pour que nous n'y comprenions plus rien, pour que le faux semble vrai, pour que l'accessoire l'emporte sur l'essentiel. Loin d'être mineure, la crise picrocholine qui agite actuellement l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo relève de ce registre. Allons-nous assister à l'ultime normalisation médiatique, celle qui, s'agissant des puissants et des puissances, bannit l'humour, la caricature, l'insolence, les mauvaises pensées et le mauvait goût? Tentative de décryptage et ébauche de discussion.
  • Mediapart part en campagne pour la liberté et le pluralisme de la presse

    Par

    Mediapart, votre journal payant d'information en ligne, n'a que deux mois d'existence. Deux mois qui ont déjà prouvé que notre pari, loin d'être fou, était réaliste. Le nombre d'abonnés a été doublé, atteignant aujourd'hui les 7.200. Le nombre de visiteurs uniques avoisine les 300.000. Il nous faut maintenant transformer l'essai : doubler nouveau le nombre d'abonnés, pour atteindre 14.000 durant l'été ; faire connaître la richesse de Mediapart à un public plus large ; l'installer comme l'exemple d'une presse libre réinventée. C'est pourquoi nous partons en campagne...

  • Secret des sources: attention, cette loi est un piège !

    Par

    L'Assemblée nationale débat, jeudi 15 mai, du projet de loi relatif à la protection des sources des journalistes. Annoncé en janvier par Nicolas Sarkozy lui-même, ce texte arrive dans un contexte d'attaques contre la presse non conforme et mal pensante. Or sous l'apparente avancée, il cache une reculade et reste très en retrait par rapport à d'autres législations européennes, par exemple en Belgique.

  • Le Président, la France et le monde : fausse grandeur, vrai déclin

    Par
    Le voyage que vient d'effectuer le président de la République en Tunisie marque un tournant. C'en est officiellement fini des références bravaches aux droits de l'homme dont la France serait l'ambassadrice naturelle de par le monde. Au-delà du reniement des promesses électorales, que signifie ce tournant? Une simple conversion politicienne à la realpolitik? Ou bien une conviction plus profonde et autrement alarmante?
  • Martinique éveilleuse du monde

    Par

    Nicolas Sarkozy a dû repousser à jeudi son interview télévisée, pour cause d'obsèques nationales d'Aimé Césaire. Mais, sur place, il fut contraint au silence, interdit de discours pendant que le peuple martiniquais enterrait l'auteur du Discours sur le colonialisme.

  • Mediapart en version imprimée

    Par
    A partir d'aujourd'hui, nous vous proposons un nouveau service pour mieux profiter de Mediapart: vous pouvez désormais imprimer chacune des trois éditions quotidiennes de Mediapart. A une seule condition, bien sûr: être abonné. Il suffit de cliquer sur le bouton noir "Journal imprimé", en bas à gauche de notre page d'accueil.
  • Mediapart a dépassé les 5000 abonnés

    Par
    Le 31 mars, à minuit, vous étiez 5445 abonnés à Mediapart. Deux semaines après le lancement de notre journal et une semaine après son passage au payant, le 23 mars, nous sommes au-dessus de l'objectif que nous nous étions fixé de 5000 abonnés fin mars. C'est un premier signe encourageant. Mais la route est encore longue et, plus que jamais, nous avons besoin de vous, lecteurs.
  • Mediapart, mode d’emploi et visite guidée

    Par
    Cet article est en accès libre. Depuis le 23 mars, Mediapart devient payant. Au-delà de la page d’accueil, pour avoir accès à notre journal, il faut être abonné. En vous abonnant, vous devenez aussi membre de notre club où vous pouvez contribuer. la lecture des contenus du club est en accès libre.
  • Mediapart sera en accès libre jusqu’à dimanche

    Par
    Devant le bon accueil rencontré par Mediapart depuis son lancement, dimanche 16 mars, nous avons décidé de prolonger la période de découverte de ce média pas comme les autres. Tous nos contenus seront donc en accès libre jusqu’au dimanche 23 mars, à 13 heures. Ensuite, au-delà de la page d’accueil, il vous faudra être abonné pour lire notre journal, les contributions du club restant en libre accès.