Fabrice Arfi

Co-responsable des enquêtes à Mediapart avec Michaël Hajdenberg.

#Presse Ancien reporter à Lyon Figaro (1999-2004), à 20 Minutes (2004-2005), co-fondateur de l'hebdomadaire Tribune de Lyon (2005-2007), j'ai également collaboré à l'AFP, au Monde, à Libération, au Parisien/Aujourd'hui en France, au Canard enchaîné...

#Livres Je suis l'auteur (ou co-auteur) de plusieurs ouvrages : Pas tirés d'affaires (Seuil), D'argent et de sang (Seuil), Avec les compliments du Guide (avec Karl Laske, chez Fayard), Le Sens des Affaires (Calmann-Lévy), Le Contrat (avec Fabrice Lhomme, chez Stock), L'Affaire Bettencourt, un scandale d'Etat (avec Fabrice Lhomme et la rédaction de Mediapart, chez Don Quichotte), L'Affaire Cahuzac, en bloc et en détail (avec la rédaction de Mediapart, chez Don Quichotte), La République sur écoute (avec la rédaction de Mediapart, chez Don Quichotte). J'ai également co-dirigé avec Paul Moreira l'ouvrage collectif Informer n'est pas un délit (Calmann-Lévy).

#Bande dessinée Je suis le co-auteur avec Benoît Collombat, Michel Despratx, Elodie Guéguen et Geoffrey Le Guilcher de la BD Sarkozy-Kadhafi, des billets et des bombes (La Revue dessinée/Delcourt), dessinée par Thierry Chavant.

#Film Je suis le co-auteur avec Jean-Christophe Klotz d'un documentaire sur l'affaire Karachi, L'argent, le sang et la démocratie, qui a reçu en 2014 le Grand Prix et le Prix du Public du Festival international du Grand Reportage d'Actualité (FIGRA).

Contacts

Twitter
@fabricearfi

Déclaration d’intérêts

Par souci de transparence vis-à-vis de ses lecteurs, les journalistes de Mediapart remplissent et rendent publique depuis 2018 une déclaration d’intérêts sur le modèle de celle remplie par les parlementaires et les hauts-fonctionnaires auprès de la Haute autorité de la transparence et de la vie publique (HATVP), instance créée en 2014 après les révélations de Mediapart sur l’affaire Cahuzac.

Consultez ma déclaration d’intérêts

Tous ses articles

  • Mesrine, le film: la colère du commissaire Broussard (L'Express)

    France — Lien

  • Crise: jeu de massacre sur le front de l'emploi

    France

    Le gouvernement a fait fuiter la nouvelle pour atténuer le choc: les chiffres du chômage pour le mois d'octobre sont catastrophiques. En forte hausse avec 40.000 demandeurs d'emploi de plus. «Oui, la tendance est très mauvaise», a reconnu le secrétaire d'Etat Laurent Wauquiez, annonçant aussitôt un plan de relance dans les dix jours.Notre carte des liquidations d'entreprises et plans sociaux en cours: cliquez sur l'image. Mediapart a enquêté sur deux annonces de fermetures d'usines:Pour Molex (300 emplois), la justice est saisie d'une mise à mort programmée Le conseil général de Haute-Garonne et la commune de Villemur ont saisi la justice pour empêcher la fermeture de cette usine. La holding américaine a-t-elle délibérément orchestré la mise à mort du site pour partir en Slovaquie? (cliquez sur Lire la suite).Liquidation d'Amora-Maille: le faux alibi de la crise [cliquez ici]La moutarde et les cornichons ruinés par la crise? Le groupe Unilever ferme trois usines (265 emplois) chez Amora-Maille. La société dijonnaise est-elle victime de la crise ou des errements stratégiques de sa maison-mère?

  • «Carnets noirs» d'Yves Bertrand, le grand bal des hypocrites

    France — Parti pris

    La publication des calepins sur lesquels l'ancien patron des renseignements généraux, Yves Bertrand, notait rumeurs et ragots portant sur la probité ou la vie intime de diverses personnalités suscite depuis plusieurs semaines une vague d'indignation. Cette affaire témoigne surtout, de la part de la presse comme de la classe politique, en premier lieu de Nicolas Sarkozy, d'une incroyable tartufferie et d'une mauvaise foi de première classe. Parti pris.

  • Et si le «Canard enchaîné» était sous influence sarkozyste?

    France

    Il est l'image même de la presse indépendante et satirique, un monument national: c'est Le Canard enchaîné. Deux journalistes, Karl Laske et Laurent Valdiguié, viennent lui taper sur le bec avec la publication d'une longue enquête, Le Vrai Canard, qui sortira le 26 novembre chez Stock. De nombreuses trouvailles pourraient faire vaciller l'aura de cette institution. La plus déconcertante d'entre elles veut que l'hebdomadaire entretienne des relations étroites avec l'Elysée, le président et plusieurs de ses conseillers. Ils alimentent ainsi la fameuse "page 2" comme le "journal de Carla B". Revue de détails.

  • Le "Canard enchaîné" et Sarkozy: un pavé dans la mare

    France

    Cela semblait être acquis à la cause: s'il y a un journal inattaquable sur le terrain de l'indépendance en France, c'est bien Le Canard enchaîné. Deux journalistes, Karl Laske et Laurent Valdiguié, viennent de faire une entaille dans cette certitude nationale avec leur ouvrage Le vrai Canard, qui sortira le 26 novembre chez Stock. Les auteurs sont allés fouiner dans les arrière-cuisines de l'hebdomadaire pour en ressortir avec cinq cents pages d'enquête et quelques saillies qui pourraient faire vaciller l'aura de l'une des plus vénérables institutions de la presse hexagonale. La plus déconcertante d'entre elles veut que ce modèle de quatrième pouvoir se soit compromis avec un certain... Nicolas Sarkozy.

  • Elle raconte son dîner avec Prince (New Yorker)

    International — Lien

  • 48 députés UMP contre le travail le dimanche (L'Express)

    France — Lien

  • Le Petit Quotidien fait la com' écolo de McDo (Rue89)

    France — Lien

  • Edition : les vrais chiffres (Le Nouvel Obs)

    Culture-Idées — Lien

  • Quand Isabelle Balkany compare Royal à Le Pen (Le Post)

    France — Lien

  • L'urbanisation ne gagne pas toutes les villes

    France — Lien

  • «Carnets noirs» d’Yves Bertrand: embarras et couac au gouvernement

    France

    Dans un courrier que Mediapart s'est procuré, la ministre de l'intérieur, Michèle Alliot-Marie, explique pourquoi elle ne peut accorder à l'ancien directeur central des RG la protection juridique qu'il réclame. Selon elle, c'est «à titre privé» qu'Yves Bertrand a tenu des carnets, dans lesquels figurent indiscrétions et ragots visant des personnalités, dont le chef de l'Etat. Mais en consacrant le caractère intime de ces notes, le ministère prend le risque de faire le jeu de la défense et ne facilite pas l'action judiciaire engagée par Nicolas Sarkozy.

Tous ses billets de blogs

Les journalistes de Mediapart utilisent aussi leurs blogs, et participent en leurs noms à cet espace de débats, en y confiant coulisses d’enquêtes ou de reportage, doutes ou réactions personnelles à l’actualité.

Fabrice Arfi
Journaliste à Mediapart

31 Billets

0 Éditions

  • Coronavirus: face à la crise sanitaire, la nécessité de la transparence

    Billet de blog

    Parce qu'il ne peut y avoir de confinement pour l’information d’intérêt général, Mediapart a décidé de créer une adresse mail spécifique — covid@mediapart.fr — afin de recueillir toutes les informations qualifiées, y compris documentaires (notes, rapports, échanges, circulaires, etc…), capables d’éclairer le débat public.

  • Les Rugy n’ont toujours pas digéré

    Billet de blog

    Séverine Servat de Rugy, l’épouse de l’ancien numéro 2 du gouvernement qui avait dû démissionner suite aux révélations de Mediapart sur l’appétit du couple pour le mélange des genres avec l’argent public, publie un livre-témoignage, « La Marche du crabe ». Mediapart l’a lu.

  • La manipulation

    Billet de blog

    J’ai fait l’objet d’une manipulation de la DGSI. Discrète, habile, subtile. Je ne parle pas d’une surveillance téléphonique illégale, d’un cambriolage nocturne ou d’une filature avec le col de l’imperméable relevé, non, je parle d’une petite manip' de papier. Explications.

  • «D’argent et de sang»: un livre et un chat sur Mediapart le 10 septembre, de 11h à midi

    Billet de blog

    Après les enquêtes de Mediapart entamées à l’automne 2015 sur “la mafia du CO2”, j’ai voulu consacrer à cette histoire devenue pour moi une obsession un livre, «D’argent et de sang», publié aujourd'hui aux éditions du Seuil.

  • Rendre public

    Billet de blog

    La revue Médium, dirigée par Régis Debray, a souhaité m'interroger sur les enjeux — et les risques — de la « transparence ». Voici le résultat de notre entretien publié dans le numéro de la revue actuellement en kiosques (Nouveaux pouvoirs, nouvelles servitudes) et que je reproduis avec l'aimable autorisation de sa direction. Où il est question de journalisme et de secret.