Mathilde Mathieu

44 ans. J'ai d'abord travaillé au Monde de l'éducation et au Monde, avant d'intégrer le magazine La Vie pour des reportages et la rubrique Éducation. Depuis 2008 à Mediapart, j'ai suivi le Parlement, puis rejoint le service Enquêtes. Mes sujets de prédilection pendant des années: la transparence, l'argent des élus et des partis (Bygmalion, Fillon, Balkany, détournements de fonds au Sénat...), les conflits d'intérêts, etc. De 2018 à 2019, je me suis consacrée à des sujets sur les migrations. Je suis aujourd'hui responsable du pôle Société.

Contacts

Twitter
@mathildemathieu

Déclaration d’intérêts

Par souci de transparence vis-à-vis de ses lecteurs, les journalistes de Mediapart remplissent et rendent publique depuis 2018 une déclaration d’intérêts sur le modèle de celle remplie par les parlementaires et les hauts-fonctionnaires auprès de la Haute autorité de la transparence et de la vie publique (HATVP), instance créée en 2014 après les révélations de Mediapart sur l’affaire Cahuzac.

Consultez ma déclaration d’intérêts

Tous ses articles

La Serbie vote pour l'Europe, mollement

International — Note de veille

En choisissant Boris Tadic, candidat pro-occidental, plutôt que le nationaliste Tomislav Nikolic, les Serbes ont marqué leur désir d'un rapprochement avec l'Union européenne, lors des élections législatives du dimanche 11 mai. L'indépendance autoproclamée du Kosovo, le 11 février, avait pourtant compliqué la tâche des modérés. Boris Tadic devra toutefois bâtir une fragile coalition pour espérer gouverner les mains libres.

Réforme des institutions : le PS exige une réforme du Sénat

France

Reçus le 7 mai à Matignon, les dirigeants socialistes ont évalué les marges de négociations et de compromis sur la réforme des institutions. Le premier ministre refuse de toucher aux différents modes de scrutin existants. Les socialistes, pour leur part, veulent relancer le vieux débat sur la réforme du Sénat où la sur-représentation des petites communes rurales garantit toujours à la droite une confortable majorité.

Jean-François Copé s'installe comme juge de paix entre l'Elysée et les députés UMP

France

Nous poursuivons nos portraits des principaux acteurs du pouvoir. Aujourd'hui, Jean-François Copé. Il se démène à l'Assemblée nationale pour désamorcer la fronde des députés UMP, critiques sur la réforme des institutions et sur le projet de loi "modernisation de l'économie". Le président du groupe UMP, hier décrié par les députés et "puni" par l'Elysée, est devenu un élément clef du dispositif sarkozyste pour gérer la majorité. Lire également: Fillon, ou l'art de la survie; Sarko fort? Mon œil.

Des députés UMP bataillent contre la réforme des institutions

France

Les députés UMP ont fait connaître, mercredi, l'ampleur de leur mécontentement et de leurs désaccords avec le projet gouvernemental de réforme des institutions. «Il est clair que ce texte ne peut être adopté en l'état», a expliqué Jean-François Copé. Après le conflit, la veille au Sénat, sur la réforme de la fonction publique, c'est un nouveau signe de la tension grandissante entre la majorité et l'Elysée.

Au Sénat, l'UMP malmène le gouvernement sur la réforme de la fonction publique

France

Les sénateurs ont adopté, mardi 29 avril dans la soirée, le projet de loi renforçant la «mobilité» dans la fonction publique, préalable aux restructurations annoncées dans l'administration. A nouveau, la majorité présidentielle est apparue divisée, plusieurs élus UMP s'opposant à la «précarisation» engendrée par certains articles qui autorisent le recours à l'intérim.

Comment l'exécutif a braqué les députés UMP

France

A l'Assemblée nationale, les critiques et les langues se sont libérées dans les rangs de l'UMP contre la politique menée par le gouvernement et ses méthodes. Les députés réclament davantage de pédagogie de la part de Nicolas Sarkozy et de Matignon. Retour sur l'origine d'une fronde.

Avant-après : le tableau des principales modifications de la Constitution

France

Avec le projet de loi sur la réforme des institutions, comment vont s'équilibrer demain les pouvoirs exécutif et législatif ? Mediapart a relu la Constitution de 1958, regardé les suggestions du rapport Balladur, puis examiné le texte adopté en Conseil des ministres. Tableau comparatif sur 17 points essentiels.

Réforme des institutions: le PS se cherche

France

Le gouvernement a présenté, mercredi 23 avril, son projet de réforme des institutions. Le texte prévoit un renforcement des pouvoirs des parlementaires, et autorise le président de la République à venir s'exprimer devant les sénateurs et députés. Séduit par certaines mesures, outré par d'autres, le Parti socialiste peine encore à fixer sa position.

Réduction des allocations familiales: le mensonge du gouvernement

France

Quand Nadine Morano, secrétaire d'Etat à la famille, assure que la diminution des allocations familiales a été votée par l'Assemblée, elle se trompe. Jamais cette disposition n'a été soumise à approbation. Les députés UMP fulminent.

Les députés enterrent le Contrat nouvelles embauches (CNE)

France

Le contrat nouvelles embauches prévoyait une "période d'essai" de 24 mois. Il n'aura pas vécu trois ans. Dans la nuit du 16 au 17 avril, le contrat à objet défini et la rupture à l'amiable ont été adoptés avec l'ensemble de la loi sur la «modernisation du marché du travail».

Face à la démocratie sociale, quel rôle pour les députés ?

France

La loi sur la modernisation du marché du travail arrive à l'Assemblée après avoir été écrite et validée par tous les syndicats sauf la CGT. Du coup, au Palais-Bourbon, certains députés s'interrogent : s'ils votent sans rediscuter ne deviennent-ils pas de simples greffiers ?

Loi sur le marché du travail : le PS n'a presque rien à redire

France

Rupture de contrat à l'amiable, contrat de mission... Le projet de loi de «modernisation du marché du travail» ne trouvera pas de réels opposants ce mardi à l'Assemblée. Les députés socialistes s'abstiendront lors du vote afin de ne pas revenir sur un texte mis au point par les organisations patronales et syndicales. Au risque de transformer le Parlement «en chambre d'enregistrement», accusent certains élus. Lire aussi le détail des mesures.

Tous ses billets de blogs

Les journalistes de Mediapart utilisent aussi leurs blogs, et participent en leurs noms à cet espace de débats, en y confiant coulisses d’enquêtes ou de reportage, doutes ou réactions personnelles à l’actualité.

Mathilde Mathieu
Journaliste à Mediapart

50 Billets

2 Éditions

Balkany et son ancien bras-droit flashés à Saint-Tropez

Billet de blog

Et de trois. Une fois de plus, Patrick Balkany et son ancien bras-droit, Jean-Pierre Aubry, tous les deux mis en examen pour « blanchiment de fraude fiscale » (entre autres) et soumis à un strict contrôle judiciaire qui leur interdit de se rencontrer, se retrouvent au même moment, au même endroit, sur la même photo. Par hasard, sans aucun doute.

Frais des députés : l'appel de Londres

Billet de blog

Pour Pièces à conviction, le journaliste Stéphane Girard a fait le reportage que Mediapart aurait dû réaliser depuis cinq ans. Consacrée aux abus dans les coulisses de l’Assemblée nationale, son enquête, diffusée ce mercredi à 23h10 sur France 3, nous embarque à Londres pour une plongée dans le (contre)-modèle britannique. 

Le député Tian et son compte en Suisse : déjà une semaine, ne les oubliez pas

Billet de blog

Voilà déjà une semaine que le député UMP Dominique Tian a reconnu publiquement, contraint et forcé, avoir planqué un compte en Suisse pendant des années. Voilà déjà une semaine que ce pourfendeur patenté de la fraude sociale (celle des autres, celle des « gagne-petit » qui grugent le RSA ou les allocs) a confessé avoir soustrait plus de 1,5 million d’euros au fisc français, avant de profiter d’une circulaire indulgente pour rapatrier discrètement ses billes en 2014. Et rien ne se passe ou presque.

Argent du candidat Sarkozy : Mediapart défend la transparence devant le conseil d'Etat

Billet de blog

Mediapart ne lâchera rien. Les citoyens ont le droit de savoir comment le financement des campagnes électorales est contrôlé en France. Avec quelle ardeur, quelle légèreté ou quel aveuglement. Alors que les révélations se multiplient sur les trucages opérés lors de diverses présidentielles, les documents relatifs aux instructions menées par la Commission nationale des comptes de campagne (CNCCFP) sont toujours tenus au secret. En ce vendredi 13 mars, les choses pourraient basculer.

A Balkany-city, le monde est petit

Billet de blog

La fortune les abandonne. Hier, Patrick Balkany (mis en examen pour « corruption » et « blanchiment de fraude fiscale ») et son bras-droit Jean-Pierre Aubry (mis en examen pour « complicité de corruption » et « blanchiment de fraude fiscale ») ont manqué de chance : ils ont été repérés discutant devant L’Anjou, un restaurant de Levallois-Perret, alors que le contrôle judiciaire auquel est soumis le second lui interdit de rencontrer le premier –précisément pour éviter qu’ils n’échangent sur l’information judiciaire en cours, menée par les juges Renaud van Ruymbeke et Patricia Simon.