Mathilde Mathieu

44 ans. J'ai d'abord travaillé au Monde de l'éducation et au Monde, avant d'intégrer le magazine La Vie pour des reportages et la rubrique Éducation. Depuis 2008 à Mediapart, j'ai suivi le Parlement, puis rejoint le service Enquêtes. Mes sujets de prédilection pendant des années: la transparence, l'argent des élus et des partis (Bygmalion, Fillon, Balkany, détournements de fonds au Sénat...), les conflits d'intérêts, etc. De 2018 à 2019, je me suis consacrée à des sujets sur les migrations. Je suis aujourd'hui responsable du pôle Société.

Contacts

Twitter
@mathildemathieu

Déclaration d’intérêts

Par souci de transparence vis-à-vis de ses lecteurs, les journalistes de Mediapart remplissent et rendent publique depuis 2018 une déclaration d’intérêts sur le modèle de celle remplie par les parlementaires et les hauts-fonctionnaires auprès de la Haute autorité de la transparence et de la vie publique (HATVP), instance créée en 2014 après les révélations de Mediapart sur l’affaire Cahuzac.

Consultez ma déclaration d’intérêts

Tous ses articles

Yannick Noah: «C'est toujours les sportifs de couleur qui réagissent»

L’affaire des quotas discriminatoires dans le foot français — Entretien

Le dernier vainqueur français de Roland-Garros juge «hallucinants» les propos de Laurent Blanc. Il souhaite que les participants à la réunion du 8 novembre reconnaissent avoir «déliré». Mais il se sent seul: «C'est toujours pareil: il n'y a que les sportifs de couleur qui réagissent.» Entretien et vidéos

André Mérelle: «On me reprochait de prendre autant de blacks et de beurs»

L’affaire des quotas discriminatoires dans le foot français — Entretien

Ancien joueur et entraîneur, André Mérelle a dirigé le principal centre de formation du foot français, l'Institut national de Clairefontaine (INF), de 2004 à septembre 2010. Il raconte qu'au printemps dernier, lors d'une réunion de la direction technique nationale, «quelqu'un a parlé de “caractéristiques ethniques”». Et dénonce des relents racistes.

La binationalité: vrai phénomène, faux problème

L’affaire des quotas discriminatoires dans le foot français — Analyse

Laurent Blanc et des dirigeants du football n'ont qu'un mot à la bouche: la binationalité. C'est pour contrer la règle internationale de libre choix que la Direction technique nationale a voulu mettre en place des quotas discriminatoires envers certains Français. Pour la ministre Chantal Jouanno ou les joueurs Lilian Thuram et Vikash Dhorasso, cet argument ne tient pas. Explications.

Quotas dans le foot: la vérité au mot près

L’affaire des quotas discriminatoires dans le foot français — Enquête

Le sélectionneur Laurent Blanc dément en bloc avoir évoqué avec d'autres responsables du foot français la mise en place de politiques discriminatoires et de quotas dans la formation et la sélection des joueurs.Voilà pourtant ce que lui et ses collègues disaient lors d'une réunion officielle, le 8 novembre 2010:Laurent Blanc: Qu'est-ce qu'il y a actuellement comme grands, costauds, puissants ? Les blacks (...) Je crois qu'il faut recentrer, surtout pour des garçons de 13-14 ans, 12-13 ans, avoir d'autres critères, modifiés avec notre propre culture (...) Les Espagnols, ils m'ont dit: “Nous, on n'a pas de problème. Nous, des blacks, on n'en a pas”.»Erick Mombaerts: Est-ce qu'on s'attelle au problème et on limite l'entrée du nombre de gamins qui peuvent changer de nationalité?Laurent Blanc: Moi j'y suis tout à fait favorable.François Blaquart: On peut s'organiser, en non-dit, sur une espèce de quota. Mais il ne faut pas que ce soit dit.Erick Mombaerts: Donc il faut 30% ? (...) Il y a bien des clubs comme Lyon qui le font dans leur centre de formation.Francis Smerecki: Je dis: première chose, c'est discriminatoire.

Laurent Blanc, François Blaquart, Erick Mombaerts, biographies

L’affaire des quotas discriminatoires dans le foot français — Note de veille

Laurent Blanc: Cet ancien très grand joueur, champion du monde en 1998, champion d'Europe en 2000, est devenu sélectionneur de l'équipe de France après la coupe du monde 2010 en Afrique du Sud. Il a succédé à ce poste à Raymond Domenech.Très vite, dans différentes interviews, il prend position sur des questions d'identité et d'immigration. Lors d'un tchat sur LePoint.fr, à la question de savoir ce qu'il pense de l'expulsion des Roms, il répond: «Les Français assument le fait que leur pays soit une terre d'asile, une terre d' accueil, mais la société change, notre histoire change. Mais les Roms ne sont qu'un élément déclencheur qui a fait resurgir des problèmes liés à l'immigration en France. En France, il y a un gros problème d'identification. Peut-être plus qu'ailleurs en Europe. Quand on choisit la nationalité française, il faut en être digne et fier.

Foot français: les dirigeants veulent moins de noirs et d'arabes

L’affaire des quotas discriminatoires dans le foot français — Enquête

Moins de noirs et moins d'arabes sur les terrains de foot ! Plusieurs dirigeants de la Direction technique nationale de la Fédération française de football, dont le sélectionneur des Bleus, Laurent Blanc, ont approuvé dans le plus grand secret, fin 2010, le principe de quotas discriminatoires officieux dans les centres de formation et les écoles de foot du pays. Objectif: limiter le nombre de joueurs français de type africains et nord-africains. Notre enquête.

Les déclarations sans intérêt des ministres

Politique et conflits d'intérêts — Analyse

A la suite de l'affaire Woerth-Bettencourt, c'était promis, plus rien ne serait pareil. Dix mois plus tard, les ministres viennent de rendre leur déclaration d'intérêts. Leurs situations sont à peine plus transparentes qu'auparavant.

Les ministres et leurs familles: jusqu'où traquer les conflits d'intérêts?

Politique et conflits d'intérêts

Les déclarations d'intérêts des ministres sont rendues publiques ce jeudi. Le chapitre concernant les activités des membres de leur famille reste secret. Mediapart a recensé une série de situations qui posent pourtant question.

PS: comment compter l'argent des primaires

France

Les dépenses engagées ne seront pratiquement pas imputées sur la campagne officielle du candidat à la présidentielle. A la condition que le candidat ne s'adresse qu'aux sympathisants socialistes.

Sondages: le ministère de la défense paye des questions sur l'UMP

France — Enquête

Le ministère de la défense a commandé un sondage confidentiel, début avril. Problème: certaines questions, posées aux frais du contribuable, touchaient à la politique intérieure et au parti présidentiel.

Sénat: le très cher cabinet du président Larcher

Nos très chers sénateurs — Enquête

Gérard Larcher communique beaucoup sur les économies réalisées au Sénat depuis qu'il en est devenu président. Mais il oublie de préciser que les salaires de ses conseillers ont dérapé, le plus élevé atteignant plus de 19.000 euros, selon des fiches de paye que Mediapart s'est procurées. «Moins de petits fours, plus de neurones», se justifie le président. Etat des lieux d'un cabinet qui revient encore plus cher que celui de son prédécesseur.

Conflits d'intérêts: un «déontologue» sur mesure pour les députés

Politique et conflits d'intérêts

Les prochains députés devront remplir des déclarations d'intérêts, qu'un déontologue «maison» épluchera pour livrer des recommandations. Sous la pression de Jean-François Copé, cette délicate question a été réglée en petit comité. Le dispositif se veut préventif. Suffira-t-il?

Tous ses billets de blogs

Les journalistes de Mediapart utilisent aussi leurs blogs, et participent en leurs noms à cet espace de débats, en y confiant coulisses d’enquêtes ou de reportage, doutes ou réactions personnelles à l’actualité.

Mathilde Mathieu
Journaliste à Mediapart

50 Billets

2 Éditions

Balkany et son ancien bras-droit flashés à Saint-Tropez

Billet de blog

Et de trois. Une fois de plus, Patrick Balkany et son ancien bras-droit, Jean-Pierre Aubry, tous les deux mis en examen pour « blanchiment de fraude fiscale » (entre autres) et soumis à un strict contrôle judiciaire qui leur interdit de se rencontrer, se retrouvent au même moment, au même endroit, sur la même photo. Par hasard, sans aucun doute.

Frais des députés : l'appel de Londres

Billet de blog

Pour Pièces à conviction, le journaliste Stéphane Girard a fait le reportage que Mediapart aurait dû réaliser depuis cinq ans. Consacrée aux abus dans les coulisses de l’Assemblée nationale, son enquête, diffusée ce mercredi à 23h10 sur France 3, nous embarque à Londres pour une plongée dans le (contre)-modèle britannique. 

Le député Tian et son compte en Suisse : déjà une semaine, ne les oubliez pas

Billet de blog

Voilà déjà une semaine que le député UMP Dominique Tian a reconnu publiquement, contraint et forcé, avoir planqué un compte en Suisse pendant des années. Voilà déjà une semaine que ce pourfendeur patenté de la fraude sociale (celle des autres, celle des « gagne-petit » qui grugent le RSA ou les allocs) a confessé avoir soustrait plus de 1,5 million d’euros au fisc français, avant de profiter d’une circulaire indulgente pour rapatrier discrètement ses billes en 2014. Et rien ne se passe ou presque.

Argent du candidat Sarkozy : Mediapart défend la transparence devant le conseil d'Etat

Billet de blog

Mediapart ne lâchera rien. Les citoyens ont le droit de savoir comment le financement des campagnes électorales est contrôlé en France. Avec quelle ardeur, quelle légèreté ou quel aveuglement. Alors que les révélations se multiplient sur les trucages opérés lors de diverses présidentielles, les documents relatifs aux instructions menées par la Commission nationale des comptes de campagne (CNCCFP) sont toujours tenus au secret. En ce vendredi 13 mars, les choses pourraient basculer.

A Balkany-city, le monde est petit

Billet de blog

La fortune les abandonne. Hier, Patrick Balkany (mis en examen pour « corruption » et « blanchiment de fraude fiscale ») et son bras-droit Jean-Pierre Aubry (mis en examen pour « complicité de corruption » et « blanchiment de fraude fiscale ») ont manqué de chance : ils ont été repérés discutant devant L’Anjou, un restaurant de Levallois-Perret, alors que le contrôle judiciaire auquel est soumis le second lui interdit de rencontrer le premier –précisément pour éviter qu’ils n’échangent sur l’information judiciaire en cours, menée par les juges Renaud van Ruymbeke et Patricia Simon.