Programme du FN (2). La «priorité nationale», une doctrine contraire aux fondements républicains

Par

Emploi, protection sociale, logement, santé et même éducation : tout y passe. Marine Le Pen assume vouloir établir un traitement différencié entre les Français et les étrangers résidant en France. Au mépris de la Constitution et de la tradition républicaine, et alors même que ces personnes ont déjà les plus grandes difficultés à accéder aux droits sociaux.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Contraire aux principes de 1789, la doctrine de la « priorité nationale », qui renvoie dans l’imaginaire collectif français à l’usage qu’en a fait Vichy contre les juifs et qui constitue l’un des marqueurs historiques de l’extrême droite, irrigue l’ensemble du programme de Marine Le Pen. Son instauration provoquerait une rupture fondamentale avec le système politique actuel, dont l’un des piliers est l’égalité ; elle aurait des conséquences catastrophiques pour les 4,2 millions d’étrangers (est étrangère toute personne ayant déclaré lors du recensement une nationalité autre que celle du pays dans lequel elle réside) vivant en France, qui représentent 6,4 % de la population.