Dossier Notre dossier: le scandale Bygmalion

Financement illicite de campagne : le caillou dans la chaussure de Nicolas Sarkozy

Financement de la vie politique

Que son implication soit démontrée ou non dans l'affaire Bygmalion, l'ancien candidat se retrouve sous la menace d'un “petit” article oublié du code électoral.

Les 17 millions d'euros cachés de la campagne Sarkozy

Financement de la vie politique

Selon une comptabilité interne de la société Bygmalion, le candidat Sarkozy a dissimulé presque 17 millions d'euros de frais de campagne aux autorités de contrôle en 2012. Cette comptabilité contenue dans une clef USB a été récupérée par la police judiciaire. Mediapart y a eu accès en intégralité.

Document. Meeting par meeting, le détail du financement

Financement de la vie politique

Mediapart a reconstitué la double facturation établie pour les 44 meetings électoraux de Nicolas Sarkozy en 2012. 

Bygmalion : Mediapart publie l’intégralité des fausses factures à l'UMP

France

Au total, ce sont 58 fausses factures – pour un total de 15 millions d'euros – que Bygmalion a adressées en 2012 à l'UMP pour l'organisation de réunions fictives. Le but : payer secrètement le dépassement du compte de campagne du candidat Sarkozy.

Sarkozy et Copé : non-lieu général dans l’affaire « des pénalités »

France

Après un an d'investigations, les juges chargés d’instruire l’affaire dite « des pénalités » ont prononcé un non-lieu général, mardi 8 septembre, au bénéfice de Nicolas Sarkozy et de Jean-François Copé notamment.

Pénalités de campagne : les juges placent Sarkozy sous le statut de « témoin assisté »

France

Nicolas Sarkozy est sorti du bureau des juges, mercredi 1er avril, sans mise en examen. Mais il se retrouve placé sous le statut de « témoin assisté » dans l'affaire dite des « pénalités », où l'ex-trésorière du parti et Jean-François Copé sont, eux, mis en examen. En 2013, après le rejet de son compte de campagne, il avait fait payer par l'UMP ses propres sanctions financières.

Le compte de campagne de Sarkozy était bel et bien truqué

France

Bygmalion affirme qu'elle a fait payer par l'UMP des factures de meetings organisés pour la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. Objectif supposé: aider le candidat à respecter le plafond des dépenses autorisées.

Eric Cesari, l'homme des «coups montés» de Sarkozy

Financement de la vie politique

L'ex-directeur général de l'UMP est à son tour rattrapé par l'affaire Bygmalion. Installé par Nicolas Sarkozy dès 2007 aux commandes du parti, cet élu de Courbevoie, biberonné aux réseaux Pasqua, est depuis toujours l'un des fidèles exécutants des manœuvres politiques de l'ancien chef d'État.

Malgré 76 millions de dettes, l'UMP a soigné les proches de Copé

France

Mediapart dévoile les comptes 2013 de l’UMP, qui révèlent le montant astronomique de ses seules dettes bancaires : 76,2 millions d’euros. Jean-François Copé ne s’est pourtant pas privé de faire payer par le parti 24 000 euros de billets d’avion à son épouse l'an dernier.

Argent des partis: l’immobilisme coupable du PS

Financement de la vie politique

L'Assemblée nationale vient de voter, dans le projet de loi « Sapin 2 », la transparence sur les emprunts des partis politiques. Mais cette avancée cache mal le bilan rachitique du PS : malgré le scandale Bygmalion et les affaires du FN, la gauche n'aura rien entrepris – ou presque – pour moraliser le financement de la vie politique.

Les finances des partis, ce trou noir de la République

Financement de la vie politique

L'affaire des fausses factures de Bygmalion confirme l'indigence des contrôles sur les dépenses des partis. Vingt-cinq ans après les lois sur le financement de la vie politique, le législateur doit tout reprendre. Certains suggèrent de soumettre l'UMP, le PS, et tous les autres au code des marchés publics.

UMP : après les fausses factures, les formations fantômes

France

Le système Copé entre en décomposition. Alors que les enquêteurs explorent les fausses factures de Bygmalion, Mediapart dévoile comment une association liée à l’UMP, présidée par une fidèle de Jean-François Copé et perquisitionnée lundi, a vendu des formations d’élus en partie fantômes aux collectivités locales.

Formation de députés : Bygmalion a directement facturé l'Assemblée

France

Outre les millions d'euros réglés par le groupe des députés UMP, Bygmalion a aussi facturé l'Assemblée nationale directement. Entre 2008 et 2012, le Palais-Bourbon a versé 217 000 euros à la société pour des formations en communication, d'après des chiffres recueillis par Mediapart.

Affaire Copé : les conventions mystères de l'UMP

UMP

Elles ont coûté près de 12,7 millions d’euros et pourtant, pas grand-monde ne s’en souvient. Après avoir épluché 55 factures de Bygmalion, réglées pour des “réunions thématiques” entre janvier et juin 2012, Libération soupçonne des prestations fictives. Ces révélations renforcent les interrogations sur les liens financiers entre l’UMP et ce groupe de communication, détenu par des proches de Jean-François Copé.

Bygmalion, Sarkozy, bataille d'égos... : la sourde colère des députés UMP

UMP

Alors qu’une petite poignée de ténors UMP se déchirent par médias interposés, la majorité des élus de l’opposition assiste, affligée, à la déconfiture du parti. Mediapart donne la parole à ces députés que l’on n’entend jamais. Et qui n’en peuvent plus de payer pour les autres.

L'effondrement du système Copé

UMP

L'affaire Bygmalion a été l'affaire de trop pour le patron de l'UMP. Depuis près de dix ans, il avait traversé toutes les polémiques sans jamais être inquiété. Conflits d'intérêts, manœuvres politiques, amitiés sulfureuses... Avec une ligne de défense bien rodée, Copé était parvenu à s'en sortir. Jusqu'à devoir démissionner de la tête de l'UMP.