Analyses

  • Etats-Unis et Israël: l'heure du choix pour Obama

    Par

    En recevant lundi 18 mai le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou à la Maison Blanche, le président des États-Unis entame un cycle de consultations qui va aboutir à un grand discours à l'attention du monde musulman, le 4 juin au Caire. Après des mois de politique discrète, Barack Obama montre qu'il a l'intention de s'emparer à bras-le-corps du dossier israélo-palestinien. D'ores et déjà un désaccord est là entre gouvernement israélien et Maison Blanche: le dossier iranien.

  • Un festival, cet enfer si banal où on est si bien

    Par
    Quinzaine des réalisateurs, troisième épisode. La présentation, samedi 16 mai, de Like you know it all du coréen Hong Sang-soo, dont le héros est juré d'un festival. Mesquineries, jalousies, mensonges, rivalité, revanche : ces démons minuscules sont décrits avec amour, dans un style minuscule, tout de zooms tremblés. C'est l'occasion de dire quelques mots des festivals en général et de faire le point sur une sélection en plein renouveau.
  • Yuki & Nina, l'échappée magnifique d'un enfant-film

    Par

    Toujours à la Quinzaine des réalisateurs, Nobuhiro Suwa, le plus connu des cinéastes japonais, et l'acteur Hyppolite Girardot ont présenté, vendredi 15 mai, le film qu'ils ont co-signé, Yuki & Nina. Bien loin des clichés sur le plus rebattu des sujets, «cinéma et enfance», Yuki & Nina est une merveille d'abandon et de douceur, et pour Suwa un nouveau traité sur son thème favori : la division.

  • Zone euro: la «trappe portugaise» et comment en sortir

    Par
    Après l'Irlande, coup de projecteur sur un autre pays "périphérique" de la zone euro, où la crise financière mondiale a mis en évidence une vulnérabilité trop longtemps masquée par la protection de la monnaie unique. Le Portugal était en crise bien avant la crise. Premier et seul membre de l'UEM soumis à la rigueur, aujourd'hui jetée par dessus bord, du pacte de stabilité. Comment sortir du piège sans abandonner l'euro? Un économiste renommé propose une solution d'urgence, la baisse généralisée et négociée des salaires. Provocation?
  • EDF et GDF: la poudrière sociale

    Par

    L'arrestation de 74 manifestants appartenant aux filiales de distribution d'EDF et GDF, jeudi, par les forces de police marque un tournant dans le conflit social qui agite les deux entreprises depuis sept semaines. Derrière les revendications salariales, se cache un malaise social profond. Chez EDF comme chez GDF, les salariés ne comprennent plus dans quelle entreprise ils sont. Ils refusent de voir mis à mal le dernier bien commun, le statut. Ils accusent la CGT d'avoir trahi le service public et les deux entreprises. La contestation fuse de toutes parts, imprévisible. En choisissant la méthode policière, le gouvernement espère éteindre le mouvement. Mais il peut tout aussi bien l'amener à se radicaliser. Analyse.

  • Francis Ford Coppola, brûlé par la lumière

    Par
    Tetro a montré Francis Ford Coppola tel qu'en lui-même: de plus en plus doux, mais aussi de plus en plus expérimentateur, de plus en plus libre à mesure que les années passent (il vient d'avoir 70 ans). Est-ce un film réussi? Voilà la question à ne pas poser. Celle-ci n'a plus aucun sens pour un homme qui est la plus importante figure apparue dans le cinéma depuis Jean-Luc Godard. (Photo: Vincent Gallo dans le rôle de Tetro/DR)
  • Relâcher Roxana Saberi... pour garder Ahmadinejad?

    Par
    Condamnée pour espionnage, la journaliste américano-iranienne, Roxana Saberi, a finalement été libérée lundi par Téhéran, au grand dam d'une partie de la presse iranienne. A moins d'un mois de l'élection présidentielle iranienne prévue pour le 12 juin, ce geste en direction de Washington pourrait être une manière pour Téhéran de faire accepter à l'administration Obama le possible renouvellement du mandat de Mahmoud Ahmadinejad.
  • Sans-abri: débattre pour rebattre les cartes

    Par
    Le collectif Les Morts de la rue organise mercredi au Panthéon une cérémonie en hommage aux 253 sans-abri décédés depuis le mois de novembre. «Chaque homme est grand», rappelle le collectif. A cette occasion, Mediapart révèle quelques statistiques surprenantes sur les causes de ces morts. Et lance un débat sur les politiques publiques censées combattre un mal qui ne faiblit pas.
  • Et Cannes, donc!

    Par

    Mediapart a demandé à Emmanuel Burdeau, ancien rédacteur en chef des Cahiers du cinéma, journal qu'il a quitté en mars, de couvrir cette 62e édition du festival de Cannes. Pour parler chaque jour des films bien sûr, de la création, des surprises et des bides, mais aussi pour décrypter les bouleversements à l'œuvre dans l'économie de cette industrie culturelle. Premier article.

    « La seule question qui vaille à mes yeux, c'est l'avenir du cinéma d'auteur indépendant, donc le futur des festivals de cinéma, ce qui est au fond la même chose. » Prononcés par le président Gilles Jacob lors de la conférence de presse de présentation de la sélection, ces mots et ce «donc» résument quelques-uns des enjeux de la soixante-deuxième édition du festival de Cannes qui s'ouvre aujourd'hui. Pendant douze jours, Pedro Almodovar va côtoyer Gyong-Tae Roh, Quentin Tarantino l'ACID et le glamour l'action culturelle. Pour essayer d'assurer la survie d'une idée unique du cinéma ?

  • A l'Assemblée, plus question de renforcer les droits de l'opposition

    Par
    Les députés se penchent, mardi 12 mai, sur leur nouveau règlement intérieur, notamment sur la question des droits de l'opposition. Alors que l'UMP prétend les avoir renforcés, le constitutionnaliste Guy Carcassonne, ancien membre du comité Balladur et partisan de la modernisation des institutions opérée en juillet 2008, souligne pour Mediapart les «insuffisances» de ce volet de la réforme et juge que la droite est «loin du compte». Côté PS, Jean-Jacques Urvoas reproche au patron des députés UMP, Jean-François Copé, d'agir en «chef de meute», résolu à ne faire «aucun quartier».