Analyses

  • Valérie Pécresse obtient sa réforme du CNRS

    Par
    Recul du gouvernement ou défaite de la communauté scientifique? L'adoption, après quelque six mois de controverses, par le conseil d'administration du CNRS mardi 1er juillet de la réforme le transformant en une fédération d'instituts marque une étape importante de l'évolution de l'organisme. Mais laisse ouverte les questions qui fâchent : quels crédits pour les années à venir? Combien de postes statutaires?
  • Les quatre crises de la social-démocratie européenne

    Par
    La gauche dite "de gouvernement" a perdu treize des quinze dernières élections en Europe. Les socialistes français se débattent dans la préparation du congrès de Reims tandis qu'Olivier Besancenot lance le nouveau parti anticapitaliste... A l'occasion d'un colloque universitaire qui s'est tenu à Saint-Ouen les 25 et 26 juin, Mediapart rapporte quatre analyses de chercheurs sur les raisons des défaites en série de la social-démocratie européenne. Personnalisation extrême du pouvoir; panne d'idées sur l'Europe; faiblesse militante; politiques sociales vécues comme néolibérales: ce sont les quatre moteurs de la crise actuelle.
  • La Corée du Nord offre à Bush une victoire diplomatique

    Par
    En acceptant de remettre à la Chine un document recensant les différents éléments de son programme nucléaire, le régime de Kim Jong-Il accède aux demandes des négociateurs et entame sa dénucléarisation militaire. Au passage, la nation-recluse, de nouveau au bord de la famine, démontre à George W. Bush les vertus de la discussion par rapport à la confrontation.
  • La grande réforme de la médecine du travail attendra

    Par

    Le ministre du travail Xavier Bertrand présente ce vendredi ces idées pour la réforme de la médecine du travail. La profession, dont les effectifs fondent, s'interroge sur son rôle. Depuis plusieurs mois, les rapports officiels ne manquent pas. Tous plus ambitieux les uns que les autres, par les réformes proposées, ils mettent en évidence la crise profonde de ce secteur. Le gouvernement a choisi une réforme sage. Pas la révolution que certains espéraient. Décryptage. Lire aussi : "Les médecins du travail désemparés face au stress croissant des salariés".

  • Un an après, les députés PS font leur (petite) autocritique

    Par
    Lundi 23 juin, les parlementaires PS se sont réunis, dans un grand cinéma parisien, pour dresser le bilan d'un an de mandature. L'objectif de cette opération : démontrer, en présence de journalistes et de représentants de la société civile, combien les socialistes mènent une opposition utile, malgré leurs divisions et l'hyperprésidence sarkozienne. A la base, certains avancent pourtant, pour imager leur situation, la figure «d'un boxeur coincé dans les cordes, qui remonte perpétuellement sur le ring, sans pour autant passer à l'offensive».
  • Voter et mourir au Zimbabwe

    Par
    Afin d'éviter de mettre ses électeurs en danger, le candidat de l'opposition zimbabwéenne, Morgan Tsvangirai, a renoncé à se présenter au second tour de l'élection présidentielle face au vieux dictateur Robert Mugabe. Ce qui se passe actuellement dans le pays n'est pas juste une élection violente, c'est une guerre.
  • Des chercheurs devenus contre-experts en matière de réforme

    Par
    Loin d'opposer un non corporatiste et conservateur au projet de réforme du CNRS, les chercheurs s'appuient sur les compétences qu'ils ont acquises depuis cinq ans en matière de réforme de la recherche pour dénoncer la logique de contrôle politique que le gouvernement cherche à installer – une démarche aux antipodes de ce qu'ils prônent en voulant faire du laboratoire le cœur de toute politique scientifique.
  • EDF: la contestable acquisition de British Energy

    Par
    Quinze milliards d'euros pour racheter un parc de centrales nucléaires vieillissant, où les incidents se multiplient, qu'il va falloir commencer à démanteler dès 2014, est-ce une bonne opération ? EDF pense que oui et a le soutien des gouvernements français et britannique dans ce projet. Mais au bout du compte, l'opération risque d'aboutir à faire payer par le contribuable français le coût du démantèlement du premier parc nucléaire anglais.
  • Pas de big bang social dans la maison bling-bling

    Par
    L'espace du contrat social en France n'est toléré par les gouvernants que s'il ne dérange pas leurs intérêts politiques du moment. C'est ce que l'on voit aujourd'hui, à droite, avec les accords sur la représentativité et les 35 heures. C'est aussi ce que l'on a vu à gauche, à l'époque de l'élaboration des lois sur la réduction du temps de travail.
  • Hugo Chavez met de l'eau dans son rhum

    Par

    Le bouillonnant président du Venezuela a fait cette semaine volte-face sur deux dossiers majeurs : sa réforme des services secrets et son soutien aux FARC. Il démontre ainsi qu'il sait écouter ses concitoyens et n'a pas transformé le pays en une dictature corsetée, comme le lui reprochent souvent ses détracteurs.